Catalyse - Par Pierre-Henry Gomont - Manolosanctis

20 mai 2011 0
  • Lorsqu'un ancien cadre consultant installe une fiction dans le milieu professionnel où il œuvrait, cela donne {Catalyse}: un récit étonnant et réaliste, mariant psychologie et polar, dans un décor d'usine froid, déshumanisé.

Lionel, jeune auditeur financier du cabinet Constant & Sons est envoyé dans une entreprise isolée afin de clôturer les comptes. Alors qu’il n’y connait pas grand chose en comptabilité, on lui confie de nouvelles tâches bien plus complexes. Résultat indéniable : Lionel patauge complètement. Pour l’aider débarque Simon, son nouveau coéquipier. Un type sympa, bien qu’un peu zélé, qui cache un passé de militant d’ultra-gauche. Et ce dernier semble rapidement mettre le doigt sur quelque chose de louche dans les comptes de cette entreprise.

Avant de participer au collectif 13m28 et de signer son premier album, Kirkenes avec Jonathan Châtel (Les Enfants Rouges), Pierre-Henry Gomont avait travaillé durant trois ans dans un cabinet de conseil anglo-saxon. Il sait donc de quoi il parle, et cela se sent dans Catalyse.

Rassurez-vous, nul besoin de s’y connaître ou même de s’intéresser au domaine financier et comptable pour apprécier cet album. Grâce à des personnages intéressants voire fascinants, à cet environnement fidèlement reproduit et à ces histoires de détournement de fonds qui émergent petit à petit, le lecteur n’a aucun mal à pénétrer dans l’ambiance dépeinte.

Pierre-Henry Gomont joue la carte de la crédibilité, dévoile plus ou moins ses acteurs, alterne quelques changements de décors pour éviter l’asphyxie. Et sa mise en images renforce le tout, avec un trait fin, efficace comme une calculatrice scientifique, et un découpage qui ne sombre pas dans l’ennui qu’un univers statique comme celui-ci aurait pu susciter.

Une belle réussite.

Catalyse - Par Pierre-Henry Gomont - Manolosanctis
© Pierre-Henry Gomont - Manolosanctis

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?