Catawiki lève 150M€ et se développe encore

16 décembre 2020 7
  • La plateforme d'enchères en ligne, acteur majeur dans le domaine de la BD mais pas seulement, franchit une étape complémentaire dans son impressionnante progression : un nouvel actionnaire vient d'investir 150 millions d'euros dans la société, avec comme objectif de devenir le leader dans son domaine d'activité.

Fondée en 2008 comme une plateforme en ligne où les collectionneurs pouvaient échanger entre eux, Catawiki a pris en en 2011 un tournant capital en s’ouvrant au grand public et en lançant les ventes en ligne. La société a pris une position éminente dans le secteur des voitures de collection, le design vintage, les timbres, les jouets, l’horlogerie, la cartographie, les appareils photos anciens, les billets de banque, l’art japonais, les vins et champagnes, et même les figurines Panini !

Par la suite, la plateforme a connu une progression que l’on peut vraiment qualifier d’exceptionnelle. Avec quel atout par rapport à la concurrence, notamment Ebay ? Par sa capacité à réunir des experts dans de nombreux domaines qui analysent les différents objets proposés avant d’accepter de les mettre en vente sur leur site. Les acheteurs sont ainsi en confiance pour acheter un bien qui a été authentifié, dans des ventes toujours qualitatives.

Jacques Pels, l’un des experts du site dans le secteur de la bande dessinée, a expliqué dans une interview comment Catawiki a pu évoluer aussi vite : « [C’est grâce aux] qualités d’entrepreneurs de René Schoenmakers et son associé Marco Jansen qui ont réussi à récolter quinze millions d’euros au moment où la société avait besoin de grandir, ce qui a d’ailleurs créé un grand changement. »

Le soutien à cette croissance a été positive, car la société basée à Amsterdam compte désormais plus de cinq cents employés répartis un peu partout en Europe. À ce jour, après avoir été authentifiés par leurs deux cents experts, plus de 65.000 objets sont vendus par semaine sur le site de vente en ligne.

Catawiki lève 150M€ et se développe encore
René Schoenmakers et Marco Jansen, les cofondateurs de Catawiki,

Un nouveau bond en avant

Depuis quelques années, Catawiki ne cache plus son ambition de devenir la première plateforme d’enchères en ligne. Un rêve qui devrait bien se concrétiser après l’annonce faite il y a quelques jours par Frederik De Beer, le directeur commercial de la société : « Un fonds d’investissement mondial de premier plan, Permira, nous rejoint en tant qu’actionnaire minoritaire, en investissant un total de 150 millions d’euros dans Catawiki. » Permira est un capital-risqueur britannique pesant près de 44 Md€ présent dans différents secteurs dans le commerce, les services financiers, la santé, ou les services liés aux nouvelles technologies avec des marques comme Legalzoom, Pharmaq, les surgelés Iglo, ou Hugo Boss et New Look.

« Cet investissement nous permet d’accélérer notre croissance en investissant davantage dans les domaines suivants :

- Notre expansion géographique et notre marketing : une plus grande présence sur les marchés clés nous permettra de toucher davantage d’acheteurs [...] À ce jour, plus de 10 millions de visiteurs uniques se rendent sur le site de Catawiki chaque mois et les deux tiers des objets que nous sélectionnons sont vendus sous 10 jours. Nous utiliserons cet investissement afin de proposer et de promouvoir les objets d’exception à un groupe encore plus important de personnes passionnées à travers le monde.

- Outils et expériences de vente : nous allons redoubler d’efforts sur le plan technologique, afin de faciliter la soumission et la vente des objets d’exception, tout en permettant aux acheteurs de trouver et d’acquérir plus facilement les objets qu’ils recherchent. »

Après la forte augmentation de son activité en 2020 (plus de 10 M€ sur le seul secteur de la bande dessinée), boostée par les confinements successifs, Catawiki se donne les moyens de son ambition pour 2021.

Que vous soyez ou non un familier de la plateforme, jour après jour, notamment dans la bande dessinée, Catawiki fait de plus en plus figure désormais d’incontournable dans le marché de la bande dessinée, pour les collectionneurs et les passionnés d’albums et de planches originales.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Toutes les images sont © Catawiki.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Catawiki lève 150M€ et se développe encore
    16 décembre 2020 16:36, par JC Lebourdais

    Belle page de pub gratuite dépourvue de tout sens critique ou perspective dissonante.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 17 décembre 2020 à  08:45 :

      Gratuite pour vous. Nous cela nous a coûté de la faire. C’est une info économique purement factuelle. On attend votre perspective dissonante. Si c’est pour colporter des rumeurs ou procéder à de la diffamation, gardez-la pour vous. Contrairement à ce que vous prétendez, nous avons enquêté.

      Répondre à ce message

      • Répondu par bourrée Clément le 17 décembre 2020 à  22:09 :

        Avez vous également enquêté auprès des clients de catawiki ? Avez vous acheté sur le site et en cas de problème, avez vous reçu toute l’assistance que vous pouviez espérer du site ? Beaucoup des sociétés / particuliers pour lesquels ils servent de plateforme de vente sont à l’étranger, très peu d’objets vendus passent en fait entre les mains des experts comme vous l’indiquez..

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 18 décembre 2020 à  06:32 :

          Oui, nous avons acheté sur le site. Non, nous n’avons pas eu de problème particulier (et nous pouvons naturellement supposer qu’il doit y en avoir sur des millions de transactions) et oui, la grande part des objets ne passent pas, pour la BD, "dans les mains" des experts, ce que l’on peut comprendre puisque la vente est faite en ligne par des particuliers chargés des expéditions. Tout cela est bien décrit dans leurs conditions de vente. Mais tous les lots font l’objet d’examen par un expert. Seules les pièces importantes sont sujettes à un examen approfondi en "présentiel" comme on dit aujourd’hui. Pour une planche de Franquin, l’expert s’est rendu au Portugal. Nous l’avons constaté. Pour le courant, Catawiki applique les principes des plateformes en ligne (Fnac, Amazon, La Redoute...) Rien de nouveau sous le soleil.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Michel Dartay le 18 décembre 2020 à  08:28 :

            Personnellement, j’ai déjà acheté plusieurs dizaines de BD, Comics, Planches et dessins sur catawiki, le plus souvent à des vendeurs pros italiens, hollandais, belges et espagnols. Les envois se font toujours avec un numéro de tracking, mais la Poste française distribue rarement les lots, car ces vendeurs utilisent surtout les services de DHL, Fedex, UPS.
            Je n’ai jamais eu de problèmes à ce niveau, mais il est vrai que je sélectionne en amont les vendeurs, de préfèrence avec plus de 98% d’évaluations positives.

            Répondre à ce message

  • Catawiki lève 150M€ et se développe encore
    23 décembre 2020 14:37, par Geoffroy Kevin

    Ce qui est troublant, c’est que cet article ne mentionne à aucun moment que catawiki est un important acheteur d’espace publicitaire sur actuabd. De fait, difficile de savoir s’il s’agit d’un article ou d’un publi-reportage ou d’un publi-communiqué.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 23 décembre 2020 à  15:10 :

      C’est très simple, Kevin. Quand c’est un publireportage, il est bien indiqué clairement en début et en fin d’article le mot "publireportage" et le logo de Catawiki. Vérifiez, svp.
      Ici, il s’agit d’un article signé par un journaliste de la rédaction et donc indépendant de Catawiki.
      Cela dit, nous sommes très contents que Catawiki figure parmi nos annonceurs.

      Répondre à ce message