Ceci est mon corps - T2 - Par Damien Marie et Sébastien Goethals - Bamboo

2 avril 2009 0 commentaire
  • Des fils à papa désabusés, défoncés du matin au soir, qui rêvent d’expériences limites et ultimes au volant de leurs bolides rutilants et hors de prix lancés à vive allure à la recherche de nouvelles expériences. Des villas somptueuses avec piscine en soirées déjantées avec alcools et jolies filles. Une société furieusement semblable à la nôtre à quelques années près, tel est le décor de la nouvelle série de Damien Marie et Sébastien Goethals .

Avec Ceci est mon corps dont le second tome vient de paraître, on nous invite à suivre les déboires de Lucas, fils d’un magnat de la firme pharmaceutique NeedNc principal pourvoyeur en « voyages spirituels ».

Dans une humanité décadente au look hollywoodien le must, le trip ultime consiste à « emprunter » le corps d’un pauvre (contre rémunération, évidemment !) et de s’immerger dans le ghetto, histoire de vivre d’incroyables sensations extrêmes. Les progrès des biotechnologies autorisent donc toutes les aventures et les excès les plus fous. Hébergé dans une autre enveloppe que la sienne, transporté momentanément par d’efficaces psychotropes et les vertus de la technologie, Lucas, beau gosse de riche avide d’expériences nouvelles ne tarde pas à comprendre qu’il risque à la suite de ses étranges « voyages » d’être pris dans une histoire qui le dépasse. Abattu et victime d’un tueur lancé à ses trousses, notre héros se retrouve dans une course folle où le moyen d’échapper à ses poursuivants c’est de …changer de corps.

Avec ce diptyque dont les deux volumes paraissent presque simultanément, Marie et Goethals nous entraînent dans un futur où le cynisme et les inégalités sociales constituent la toile de fond d’une société dans laquelle les plus riches croupissent dans des ghettos dorés loin de la crasse populaire des bas-fonds.

A l’aide d’un graphisme efficace, tout à fait en harmonie avec l’atmosphère de la série, Sébastien Goethals nous immerge dans ce futur si proche et si réaliste qu’il en devient vite crédible et glaçant de cynisme et de brutalité.

Les deux auteurs nous convient à traverser les froids paradis artificiels, enclaves de débauche et de plaisirs factices Dans ce monde, où une élite accumule toujours plus de richesses non loin d’une population recluse dans des quartiers sordide (ça ne vous rappelle rien ?), la situation apparait à la fois désespérée et implacable.

Ceux qui ont aimé Welcome to Hope retrouveront ici la vision très pessimiste et très noire de ce jeune scénariste doué. L’effet est saisissant par l’actualité et la crédibilité du sujet traité. À découvrir avant de se réveiller dans ce monde là !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?