Cet été, rattrapage de mangas avec Animeland !

29 juillet 2006 0 commentaire
  • En mangas, vos connaissances sont limitées, le petit monde de la {Japanime} vous est étranger, vous ignorez l'histoire du genre ? Qu'importe, le magazine {AnimeLand} vous offre, pour un prix modique, l'occasion d'un rattrapage qui vous permettra d'aborder la rentrée en connaissance de cause.

Fondé il y a 15 ans, alors qu’il n’était qu’un fanzine, AnimeLand est le premier magazine d’information sur les mangas en France, avec une vente moyenne nette de 25.000 exemplaires par mois, premier sur son secteur malgré une concurrence rude, notamment du Net. Depuis la nomination d’ Olivier Fallaix au poste de rédacteur en chef (il connaissait bien le mag puisqu’il y collaborait depuis le N°10, tandis que le 123ème vient de paraître en kiosque), il a réorienté le journal vers la Japanime et les mangas, afin de s’adapter aux évolutions récentes du marché, une situation qui a décidé son prédécesseur Yves West Laurence, présent dès les origines, à passer le relais à la nouvelle rédaction. «  Quand AnimeLand est né, il n’y avait rien, nous explique Olivier Fallaix, et on partageait la découverte de l’animation japonaise avec nos lecteurs. Aujourd’hui, beaucoup de choses arrivent en France et les lecteurs attendent plutôt de nous des conseils afin de savoir quoi lire ou quoi regarder. »

Cet été, rattrapage de mangas avec Animeland !
Olivier Fallaix
Rédacteur en chef d’Animeland. Photo : D. Pasamonik.

Un succès grandissant

Cette demande se traduit par le succès grandissant d’un événement comme Japan Expo où bien évidemment Animeland avait un stand, duquel son équipe a pu observer la manifestation en experts : « Le nouvel espace en dehors de Paris était plus confortable au niveau de la place consacrée à l’événement. En revanche, on a perdu la convivialité, notamment lors des conférences ou concert qui se déroulent dans le brouhaha du salon. Japan Expo a toujours voulu éviter d’être un salon où l’on vient uniquement faire son shopping et c’est vrai que les activités et les choses à voir ne manquent pas. Mais ces activités gagneraient à être mieux mises en valeur. »

AnimeLand 122

Un public exigeant

Le public des mangas n’est pas seulement grandissant, il est aussi devenu plus exigeant. Il doit l’être : l’offre des mangas s’étant multipliée, il lui faut faire des choix. Le rythme des parutions est-il encore supportable ? Il semble que oui, pour notre expert, tandis que se pointe le spectre d’une éventuelle régression de ce secteur : « Nous recevons chaque mois plus d’une centaine de titres à chroniquer et c’est vrai que ça commence à faire beaucoup. Maintenant, je ne dirais pas que cette avalanche de sorties est insupportable. Comment font alors les Japonais qui en ont bien plus ? Cela permet d’en avoir pour tous les goûts et de tous les genres. Je comprends qu’il n’est pas facile de savoir quel titre acheter quand on se retrouve devant un rayon de mangas, mais il y a encore quelques années, les éditeurs ne sortaient quasiment que du shônen. Et ce n’était pas toujours les meilleurs non plus. Si la tendance continue, les premiers à en faire les frais seront certainement les éditeurs les plus fragiles ou ceux qui sont venus sur ce marché en simples opportunistes. Pour résister, il faut avoir des titres forts ou une vrai collection qui trouvera son public. En attendant un possible régression, profitons du choix qui nous est offert ! »

AnimeLand Hors Série (verso)

Hors série

Pour cela, rien de tel que le deuxième hors-série encyclopédique d’Animeland dont le premier volet était paru il y a trois ans. Outre un bilan des événements du marché des mangas depuis le précédent bilan, on y trouve « le Top 10 des préjugés » contre les mangas (« C’est mal dessiné et mal animé », « c’est violent », « l’intrigue est niaise », « ils ont tous de grands yeux », etc.), les principaux studios de production, les anime cultes, un inventaire des thèmes de l’animation japonaise : robots, fantasy, comédie sentimentale, sport, samouraï, polar...

Dans la section bande dessinée, il y a la nécessaire explication des catégories éditoriales : shôjo, shônen, seinen... et un choix des plus grands auteurs de mangas, de Kazuo Koike à Junko Mizuno. Ce guide très complet est complémentaire à celui paru il y a trois ans. Un fabuleux dossier de 260 pages pour le prix d’un manga de 8,50 euros. [1]

AnimeLand 123

Le Numéro 123

Dans le même temps, le dernier numéro d’Animeland vient de paraître. Au sommaire, un dossier sur le doublage de Oban, une production franco-japonaise qui fait parler d’elle (et dont l’équipe était présente sur Japan Expo), une interview de Keiichi Sugiyama et de Kôji Kajita à propos du film Origine présenté à Annecy, un dossier sur le film Nausicaa de la Vallée du Vent, l’adaptation à l’écran du chef-d’œuvre de Hayao Miyazaki que l’on attendait en France depuis... 1984 !, un dossier sur Ken Akamatsu, un réalisateur au regard malicieux, un compte-rendu du dernier festival d’animation d’Annecy, l’actualité des sorties en salle, des DVD, des jeux vidéo et bien entendu des mangas par une équipe de journalistes qui connaît son sujet même s’ils sont capables parfois de charcuter les patronymes de leurs invités à la hache ! [2]

On appréciera le portrait de l’éditeur Asuka qui raconte ses débuts et les circonstances de son rapprochement avec les éditions Soleil, de même que l’article sur la nouvelle console de jeu de Nintendo, la DS, dont Animeland annonce que « la fine frontière entre le manga, l’anime et le jeu a enfin volé en éclats » et que cette nouvelle tendance du jeu vidéo est « peut-être le manifeste d’une nouvelle forme de la pop-culture japonaise ». Bigre !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Pour les libraires intéressés, ces numéros sont distribués en librairie par Makassar.

[2Ainsi, le patron de la collection Shogun aux Humanos, est nommé Dhorison et non Dorison.

  Un commentaire ?