Charlie Hebdo : Le parquet demande la relaxe

9 février 2007 2 commentaires
  • Dans le procès qui oppose certaines organisations musulmanes dont la Mosquée de Paris à l’hebdomadaire satirique, un soutien de poids est venu s’ajouter à celui des principaux ténors de la classe politique : le Parquet, représenté par le substitut du procureur de la République Anne de Fontette, qui a estimé que les caricatures publiées par Charlie relevaient de la liberté d'expression et ne s'en prenaient pas à la religion musulmane ou aux musulmans, mais à l'intégrisme.
Charlie Hebdo : Le parquet demande la relaxe
Me Francis Szpiner
Photo : D. Pasamonik

Le parquet est l’expression du « Ministère public », c’est-à-dire, dans un procès, le magistrat chargé de représenter et de défendre les intérêts de la collectivité nationale lesquels constituent « l’ordre public ». Son rôle est particulièrement important dans cette affaire qui oppose Charlie Hebdo et certaines organisations musulmanes, dont la Mosquée de Paris, puisqu’elle met en cause un des fondements de la République : la liberté d’expression.

Le soutien des politiques

C’est dire si son intervention est un tournant de ce procès qui, en deux jours, avait vu défiler bon nombre de personnalités politiques venues soutenir Charlie Hebdo, parmi lesquelles le Premier Secrétaire du Parti Socialiste, François Hollande et le « troisième homme » de la campagne électorale, le Président de l’UDF, François Bayrou. Hier, à l’audience, l’avocat de Charlie Hebdo, maître Georges Kiejman, avait lu une lettre de soutien de Nicolas Sarkozy qui a créé pas mal de remous au sein des institutions musulmanes. Mais faisant fi de ces témoins de moralité, Madame la Substitut Anne de Fontenette va directement au cœur de l’affaire : « Ce qui est en évidence dans ces caricatures, dit-elle, ce n’est pas l’obscurantisme supposé de la religion musulmane, son prosélytisme ou encore ses défauts, c’est la dénonciation de l’utilisation qu’en font les terroristes qui prétendent agir en son nom. » Dès lors, cette publication est une affaire d’opinion et n’aurait pas lieu, selon le Parquet, de se retrouver devant ce tribunal.

Une issue incertaine

Me Christophe Bigot
Photo : D. Pasamonik

Lorsque nous sommes arrivés devant la 17ème Chambre du Tribunal correctionnel de Paris, le moral, dans le camp de Charlie Hebdo, n’était pas au beau fixe. Ils venaient d’essuyer les plaidoiries de Me Francis Szpiner, par ailleurs l’avocat de Jacques Chirac, et celle de Me Christophe Bigot, l’un des meilleurs spécialistes du droit de la presse de France. Du premier, un spectateur désolé me dit : « Il n’y a pas de doute : les meilleurs avocats de ce procès sont du côté des Islamistes ! ». Du second, l’un des membres de la défense de Charlie Hebdo me dit qu’il avait fait un travail de documentation, pour appuyer sa plaidoirie, « absolument remarquable ». « Oui, mais son intervention était soporifique ! » me glisse un journaliste. Ce n’est pas cela qui est important : un procès n’est pas un spectacle, on est ici pour dire le droit. Un point insécurise la défense de Charlie Hebdo : le président du tribunal est celui du Tribunal de Grande Instance de Paris, Jean-Claude Magendie qui, précisément, était celui qui produisit un arrêt début 2005 condamnant une publicité parodiant la cène [1], au motif qu’elle faisait « gravement injure aux sentiments religieux et à la foi des Catholiques », même si Me Bigot devait bien admettre que ce jugement avait été cassé en novembre de la même année par la Cour de Cassation.

« Un combat pour la laïcité »

Cabu
Photo : D. Pasamonik

Le moral revint avec l’intervention du Parquet recommandant la relaxe. Dès lors, Me Richard Malka commença sa plaidoirie avec un peu plus de réconfort. A l’argument de Me Bigot qui explique qu’en publiant ces dessins plusieurs mois après le journal danois, Charlie Hebdo avait "commis un acte parfaitement et mûrement réfléchi avec la conscience de la blessure" qu’il infligeait au droit d’exercer sa religion, protégé précise-t-il par l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme, Me Malka répondit que cette notion de blessure était subjective. Que lui aussi avait été blessé quand il avait entendu à la radio Me Szpiner affirmer qu’il allait gagner ce procès mais qu’il n’avait pas l’intention pour autant de le censurer (le président du tribunal ne put réprimer son sourire).
Plus sérieusement, il avance que « la liberté d’expression ne peut pas être indolore, se réduire à ce qui est consensuel ». Il ajoute aussitôt, argumentant sur la liberté de raconter l’actualité : « Alors quoi, le monde entier parlerait de ces caricatures, provoquant l’incendie d’ambassades et même des morts, et le peuple n’aurait pas le droit de les voir ? »

Le tout-Paris médiatique y va de son commentaire. Ici, Jean-Pierre Elkabbach, président d’Europe 1
Photo : D. Pasamonik
Me Georges Kiejman
Photo : D. Pasamonik

« Tout cela est de la rhétorique, martèle-t-il en rappelant les nombreuses affaires gagnées par Charlie Hebdo contre les intégristes catholiques et aussi la tradition anticléricale de la France, et tout cela a un sens : le combat pour la laïcité. La demande des plaignants est la plus formidable interdiction demandée à un tribunal ! » Il conjure le tribunal de ne pas céder, citant cette lettre qui lui a été adressée par un intellectuel tunisien, « parmi mille autres de Musulmans reçues chaque mois » : « Vous ne devez pas renoncer à la libre critique ! Si vous cédez, c’est fini ! »

« Cabu me dessine avec des pantalons de golf ridicules »

Les plaidoiries de Me Georges Kiejman terminaient la journée. L’ancien avocat de François Mitterand considérant Me Richard Malka comme son « fils spirituel », « plus spirituel que fils, d’ailleurs, comme vous avez pu le constater » ne manqua pas de complimenter la plaidoirie de son jeune confrère. Il annonça qu’il sera « plus ennuyeux » que lui, se bornant seulement à rappeler des « jurisprudences filandreuses », mais « moins filandreuses que celles de Me Bigot » ajouta-t-il, toujours vachard.

L’homme est de haute stature et porte beau, ce qui surprend un peu car Cabu le représente d’ordinaire comme un nabot. « Je n’aime pas Cabu, dit-il à l’audience en détaillant la couverture de ce dessinateur attaquée par ses adversaires, car il me représente toujours avec des pantalons de golf ridicules traînant un caddie ». Cela ne l’empêche pas de défendre son dessin. Il est, selon lui, « un hommage à Mahomet. Car lui, il sait qui sont les cons parmi les Musulmans : ce sont les intégristes –. « Les littéralistes » ne manque-t-il pas de préciser.

Le créateur de Charlie Hebdo, Cavanna au milieu des journalistes
Photo : D. Pasamonik

« L’objet de sa désolation, continue-t-il, c’est que les intégristes se recommandent de lui. » Il rappelle au passage que la défense récuse la représentativité des plaignants au nom de tous les Musulmans de France : déjà ils ne représentent pas les laïcs, dit-il, et encore moins une majorité de croyants qui sont pour la liberté d’expression dans ce pays. Il regrette qu’un personnage aussi modéré que M. Dalil Boubaker se soit joint aux plaintes d’intégristes.

Me Richard Malka
Photo : D. Pasamonik.

Faisant la liste des cas de jurisprudence qui ont construit une liberté d’expression «  forgée pendant des années dans cette 17ème chambre », il revient sur le dessin de Mahomet coiffé d’une bombe publiée par les Danois et repris par Charlie Hebdo, « à la taille d’un timbre-poste ! ». On reproche à Charlie-Hebdo, en le publiant, d’y associer Islam et violence. « Mais ce n’est pas l’Islam qui est en cause ici : c’est l’Islam justifiant la violence. C’est ça, la bombe dans le turban, dans un raccourci propre à la caricature ! » Il s’agit donc bien, dit-il, de « la contribution à un débat… Car s’il n’y a pas de débat, on fait quoi ? On meurt côte à côte de manière œcuménique ! »

Un reportage de Joann Sfar

Philippe Val
Photo : D. Pasamonik

Venu conclure, Philippe Val remercia les témoins qui ont mis la qualité du débat à un niveau serein. Il ajoute ces derniers arguments à l’intention de la cour : « Si les religions séparent les hommes, dit-il, alors l’humanité doit être placée au-dessus des religions ». Et encore : «  Ce ne sont pas seulement les intérêts de Charlie Hebdo qui sont en cause, mais ceux de centaines de dessinateurs, d’écrivains, d’artistes, d’intellectuels… Et pas seulement en France : il y a ceux qui vivent dans d’autres pays où leur liberté est quotidiennement bafouée. Notre liberté est leur raison de vivre et leur horizon » conclut-il sous les applaudissements. La décision du tribunal tombera le 15 mars 2007.

A la sortie, Joann Sfar présent tout au long des débats me dit les avoir retranscrits intégralement en bande dessinée. « J’ai le poignet brisé » se plaint-il. Cela fera l’objet d’un carnet de dessins chez Delcourt. « Plus tard, quand tout sera apaisé », me dit-il. Pour mémoire.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Une pub pour Marithé et François Girbaud où le Christ se retrouvait entouré de femmes très déshabillées.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Charlie Hebdo : Le parquet demande la relaxe
    10 février 2007 09:29, par geubeul1

    ce qui est triste c est l ambiance generale , l unité des "grands democrates" ( sarkozy et hollande par exemple, vous savez ceux là meme qui ont insulté 55°/. des français il y a 2 ans). et la presse en general.... 95°/. des articles publiés etaient pour le oui ....
    alors la liberté d expression c est comme la democratie dans la bouche de certain cest pour rire...
    http://fils2prof.over-blog.com/

    Voir en ligne : charlie hebdo et democratie

    Répondre à ce message

  • Charlie Hebdo : Le parquet demande la relaxe
    19 février 2007 15:55, par FAIVRE P.

    En quoi le point de vue forcément partial d’un croyant concernant une hypothétique attaque de sa religion peut-il être acceptable dans un état laïc ?
    En voulant croire à de telles sornettes, le croyant ne peut que s’exposer à la critique : on demande aux scientifiques de valider leurs hypothèses mais pas aux religieux de prouver leurs dires … Pourquoi ?
    Charlie Hebdo devrait assumer le fait d’attaquer les religions - forcément obscurantistes - et non seulement les intégristes.

    Répondre à ce message