Charlie Hebdo : tout ça pour ça ?

2 septembre 2020 1 commentaire
  • Aujourd’hui s’ouvre le procès des terribles journées des 7, 8 et 9 janvier 2015 où la mort a donné un coup de faux à Montrouge, dans la rédaction de Charlie Hebdo et dans l’Hypercacher de Vincennes. C’est le procès des complices, les trois principaux responsables ayant été tués. C’est un procès pour l’histoire puisque, comme le Tribunal de Nuremberg et les procès Barbie, Touvier et Papon consacrés aux criminels de la Seconde Guerre mondiale, celui-ci sera entièrement filmé, pour mémoire. Pour la mémoire des 17 victimes de ces tueries, pour le récit national d’un événement qui a marqué la France pour laquelle, désormais, la laïcité est devenue un étendard, un symbole d’émancipation. Avec à la clé sur la Une de "Charlie Hebdo", une couverture provoc.

Elle est belle la Une de Charlie Hebdo cette semaine car c’est un symbole fort : « Tout ça pour ça  » titre l’hebdomadaire satirique en forme de constat.

Un titre polysémique qu’il faut commenter et interpréter, comme il faut toujours le faire en matière d’image et de texte. L’esprit critique, les obtus de la religion révélée l’ont oublié, est inscrit dans les premières lignes de la Genèse : « Alors Dieu dit : "Que la lumière paraisse !" et la lumière parut. Dieu constata que la lumière était une bonne chose, et il sépara la lumière de l’obscurité.  »

Dieu donc a un jugement critique sur son travail. Il aurait pu merder, défaire et refaire ce qu’il a fait, mais non, il considéra que sa création était «  une bonne chose. » Le rôle -divin donc- de Charlie Hebdo était d’aiguiser notre esprit critique. Son engagement est anticlérical. Rappelons aux lecteurs qui l’ignorent ce qu’est le cléricalisme : c’est ce moment où la religion sort de sa sphère privée pour entrer dans la chose publique : quand une croyance veut s’imposer à tous, aux autres croyances comme aux non-croyants. Il a épinglé toutes les religions, y compris les laïcs mal dégrossis. Charlie Hebdo est un journal d’opinion.

Charlie Hebdo : tout ça pour ça ?
Les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo

Tout ça...

Le constat de dépit « Tout ça pour ça », avec ces dessins en Une qui reprennent les caricatures mêmes à l’origine de toute l’affaire, indique toute la vacuité des justifications des attentats de janvier 2015 : de misérables dessins pas vraiment incisifs, dont le trait a vieilli et qui, franchement, ne cassaient pas trois pattes à un canard en termes de violence graphique ou verbale. Reiser, Cabu et Gébé avaient fait cent fois plus percutant. Pour cela, on a tué des gens, brûlé des effigies, vandalisé des bâtiments publics, martyrisé des milliers de personnes. Quelques pauvres dessins et d’abominables crimes. Là est le premier sens de cette Une : le caractère disproportionné de cette publication, de ce "fanzine" (selon Luz) face aux crimes odieux qu’elle a justifiés, et ceci sans aucun repentir, cette conséquence nécessaire de l’esprit critique.

Ce mercredi, Charlie Hebdo republie les caricatures danoises à l’origine des attentats.

« Tout ça pour ça » a un autre sens : cette tragédie a-t-elle au moins fait bouger les lignes ? Même pas. Il fallait les voir le 11 janvier aux côtés de Hollande et de Sarkozy, le Hongrois Viktor Orbán, l’Israélien Benyamin Netanyahou, le Palestinien Mahmoud Abbas, le Turc Ahmet Davutoğlu… aux politiques si peu laïques. Cette laïcité que les plus grandes voix du Liban réclament aujourd’hui de concert avec le Président Macron. La liberté d’expression a reculé partout dans le monde et en particulier dans ces pays-là et Charlie Hebdo, après le sursaut de janvier 2015, continue à essuyer les accusations de « racisme » et à collectionner les menaces de mort, eux qui en sont réduits aujourd’hui à habiter, confinés avant l’heure, un bunker dont l’adresse est tenue secrète et à faire, on l’imagine, ses conférences de rédaction par Zoom. La même année, les attentats de Paris et du Bataclan sont venus alourdir la facture de l’obscurantisme.

Alors oui, « Tout ça pour ça. » La liberté de conscience, le droit à la critique sont des combats de chaque instant. Ils ne termineront jamais. C’est à vous, à nous de le mener en exprimant notre intolérance à l’intolérable, notre indignation face à ces dénis de dignité et notre colère face à l’injustice. Toujours avec un regard critique...

Voir en ligne : LIRE NOTRE DOSSIER ET SES DIZAINES D’ARTICLES SUR CHARLIE HEBDO

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

LIRE AUSSI :

- LES ATTENTATS CONTRE CHARLIE HEBDO
- L’AFFAIRE DES CARICATURES DANOISES

Illustrations © Charlie Hebdo

 
Participez à la discussion
1 Message :