Charlotte impératrice T. 2/4 : L’Empire - Par Fabien Nury & Matthieu Bonhomme - Dargaud

12 juin 2020 2
  • Deux ans après leur premier album magistral, le duo d'auteurs Matthieu Bonhomme et Fabien Nury se reforme pour nous conter la suite de l'histoire de la princesse Charlotte de Belgique devenue impératrice du Mexique. Une des sorties BD majeures de ce printemps !

Nous avons tous en tête les films de Sissi avec Romy Schneider, multirediffusés pendant les vacances de Noël et d’été à la télévision. Le souvenir des costumes d’apparat de François-Joseph Ier, le velouté des drapés, le diadème et le teint de porcelaine de l’impératrice d’Autriche nous accompagnent depuis plus de soixante ans. Mais derrière la magie du cinéma, la réalité est parfois plus brutale. Fabien Nury et Matthieu Bonhomme ont assombri le portrait à l’eau de rose d’Elisabeth “Sissi” de Wittelsbach en révélant sa cruauté lors de “l’attentat canin” dans le premier tome de leur quadrilogie consacrée à Charlotte Saxe-Cobourg et Gotha. Un grand moment !

Charlotte impératrice T. 2/4 : L'Empire - Par Fabien Nury & Matthieu Bonhomme - Dargaud

En effet, dans le 1er tome de Charlotte impératrice, nous avions fait la connaissance de Charlotte, une ingénue tombée sous le charme de l’archiduc d’Autriche Ferdinand Maximilien de Habsbourg-Lorraine. L’évolution calamiteuse de leur mariage a d’abord fait déchanter la princesse avant de finalement l’endurcir. Charlotte a pris de l’assurance au point de s’impliquer de plus en plus dans les affaires politiques de son époux. Elle l’encouragea à accepter le titre d’empereur du Mexique et l’album s’est achevé avec leur départ pour l’Amérique centrale.

L’Empire débute donc avec l’arrivée du couple impériale à Veracruz. Malgré la beauté des paysages mexicains, Charlotte et Maximilien découvrent un pays ravagé par la guerre et la famine. Les horreurs du conflit affectent la sensibilité de la jeune femme mais celle-ci doit se ressaisir et palier à la faible personnalité de Maximilien Ier qui, une nouvelle fois, n’est pas à la hauteur des enjeux : il se réfugie à nouveau dans le libertinage. Dans sa tâche, la nouvelle impératrice du Mexique sera bien aidée par son garde du corps et conseiller personnel Monsieur Éloin, dont la présence rassurante stimule ses désirs les plus secrets...

Près de deux ans après la claque qu’a constituée la publication du premier épisode, ce second tome de Charlotte impératrice était attendu au tournant. Mais l’attente en valait la peine car L’Empire est un album de bonne facture. La finesse du dessin et la qualité de la mise en scène de Matthieu Bonhomme nous plongent directement dans les ambiances tantôt feutrées des palais et tantôt sordides des champs de bataille.

En quelques séquences, il réussit autant à nous faire ressentir toute la détresse du peuple mexicain qu’à nous introduire dans la psyché tourmentée de la “Cendrillon Belge”. Fabien Nury, quant à lui, signe un nouveau travail d’orfèvre de scénariste tant dans sa narration maîtrisée que dans ses dialogues ciselés. Les enjeux sont clairement posés et c’est avec un grand plaisir que l’on se passionne pour ces jeux de pouvoir et pour cette chronique familiale chez les têtes couronnées. Un album à ne surtout pas manquer !

Charlotte impératrice T.2/4 - L’Empire
Fabien Nury & Matthieu Bonhomme © Dargaud

Voir en ligne : Découvrez la série "Charlotte impératrice" sur le site des éditions Dargaud

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

À lire sur ActuaBD.com :

Charlotte impératrice T. 2/4 : L’Empire - Par Fabien Nury et Matthieu Bonhomme, éditions Dargaud. Album paru le 12 juin 2020. 76 pages, 16,50 euros.

- Commander Charlotte impératrice T.2 sur Amazon ou à la FNAC

- Commander Charlotte impératrice T.1 sur Amazon ou à la FNAC

Suivez Matthieu Bonhomme sur Facebook et Instagram

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Matthieu Bonhomme est pour les années 2000 l’équivalent de Giraud à partir des années 1960. Puisse-t’il rencontrer un succès à l’égal de son prestigieux ainé ? Même si les époques changent les talents prodigieux sont toujours là !

    Répondre à ce message

  • Charlotte de Saxe-Cobourg et Gotha n’avait pas la beauté plastique, classique et stéréotypée de la Charlotte de Monsieur Bonhomme.
    Au cinéma, dans les séries TV ou la bande dessinée, l’habitude de peindre les personnages royaux plus beaux qu’ils ne sont en réalité est une manière qui persiste. Il ne s’agit plus, comme il y a quelques siècles, d’envoyer à un roi le portrait flatteur de sa future épouse, femme qu’il n’avait jamais vu mais de séduire le plus grand nombre de lecteurs ou de spectateurs. Ces portraits par des peintres officiels qui autrefois n’étaient destinés à mentir qu’à un seul s’est naturellement démocratisé mais le principe reste le même. Il y aurait un sujet de thèse en Histoire de l’Art à creuser !

    Répondre à ce message