Ché - par Kim Yong Hwe- Soleil

  • Quand un auteur coréen s'attaque à la vie de Che Guevara, cela donne une hagiographie qui peut faire fureur à la prochaine fête de l'Huma.

Kim Yong-Hwe explique en préambule de son Che qu’avant d’entamer son travail, il avait en horreur les ouvrages historiques consacrés au révolutionnaire sud-américain. Il faut croire que ces biographies sérieuses avaient quelque peu travesti celui-ci, si l’on en croit la version manwha de la biographie du Che, qui le dépeint, du début à la fin du récit, comme un véritable saint.

De son enfance, forcément merveilleuse, à son éveil aux idéaux marxistes, forcément universels, jusqu’à sa lutte au fin fond de la Bolivie, pas un accroc, pas une faute n’entache son accession à la lumière éternelle.

C’est comme si Kim Yong-Hwe s’était inspiré, non pas de sa vraie vie, mais du mythe qu’on nous vend depuis des années à grands renforts de T-shirts, de groupes de rock (Rage Against The Machine, par ailleurs véritables militants foncièrement honnêtes) et de nostalgie d’un Communisme idéal injustement méconnu.

À cet égard, le récit regorge de citations qui montrent qu’en effet, Che Guevara portait cet idéal. Mais que de couleuvres ne faut-il pas avaler en échange ! Même Fidel Castro passe ici pour un grand humaniste pétri de fraternité prolétarienne sans l’ombre d’une tentation dictatoriale.
Pour étayer son laborieux propos, l’auteur insère des textes explicatifs, utilisant alors un autre graphisme, fortement enfantin, pour dessiner les mêmes personnages.

Dans son élan, Kim enfile les perles, la meilleure étant cette explication magistrale liée à l’impérialisme :" La Première Guerre mondiale et la Guerre du Pacifique ont été causées par la soif d’impérialisme de l’Europe et du Japon". Les historiens apprécieront.

On suppose que cet ouvrage ne sera pas censuré à Cuba, bien que sa naïveté, même au pays de Fidel, doive le cantonner à un public adolescent ou pas très éduqué, en délicatesse avec le petit livre rouge.
En espérant aussi que les lecteurs cubains seront épargnés par les quelques fâcheuses fautes d’orthographe qui défigurent la version française.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • > Ché - par Kim Yong Hwe- Soleil
    18 août 2006 17:33

    Effectivement ce manwha adopte un certain nombre de lieux communs sur la figure du Che mais étant donné la catégorie de lecteurs auxquels il s’adresse, ces lieux communs sont efficaces d’un point de vue narratif. Plus : une des qualités de cette bd, c’est de transcender ces lieux communs dans de vrais moments d’inspiration où, au détour d’un visage de paysans latino-américains, d’une remarque sur la condition du guérillero, passe une image très forte du vécu humain et historique du Che.
    À propos du vécu de ce dernier, il est vrai que certains de ces échecs sont gommés (notamment le désastre de la guérilla en Bolivie ou la mise en œuvre d’une nouvelle politique économique de développement dans les années 60), mais quelque chose est très bien saisi : la réalité d’une existence jamais assouvie, d’une existence non seulement tendue à l’accomplissement d’un idéal de libération humaine (le socialisme révolutionnaire) mais aussi la remise en question systématique des modalités de réalisation de cet idéal : passer d’une révolution anti-impérialiste à une révolution socialiste, ne plus penser la révolution comme un phénomène local mais mondial etc. Malgré une certaine superficialité prêtée aux réflexions du Che à l’époque, tout ceci est bien présent dans une bande dessinée s’adressant à un jeune public très néophyte. C’était un tour de force à accomplir qui passait peut-être par certains schématismes.

    Répondre à ce message

    • Répondu par grey le 23 novembre 2011 à  19:30 :

      moi ça me tape sur les nerf que ce boucher fanatique soit héroisé. pourquoi pas faire des films avec staline en superman tant qu’on y est

      Répondre à ce message