Cher Régis Debray - Par Alexandre Franc - Futuropolis

16 septembre 2013 2
  • Continuant son chemin singulier, Alexandre Franc évoque, dans une interpellation amusée du grand écrivain, l'une des grandes figures françaises de la pensée politique contemporaine, tout en nous donnant à appréhender la condition d'un créateur de bande dessinée d'aujourd'hui.

Peu de jeunes auteurs ont un parcours aussi particulier qu’Alexandre Franc. Après Les Isolés qui raconte le naufrage d’un couple après un avortement mal assumé (Paquet, 2007), il se penche sur le sens de la révolte de Mai 68 (Mai 1968, histoire d’un printemps, Sc. Arnaud Bureau, Ed. Berg, 2008) avant d’évoquer avec le docteur Laurent Alexandre les perspectives parfois angoissantes de la manipulation génétique (Macula Brocoli, Champaka, 2009). Il reprend le scénario pour Actes Sud avec Victor et l’Ourous, une parabole intelligente et décalée sur l’amour, avant de commettre avec Thomas Cadène (qu’il retrouve sur Les Autres Gens) un hommage à Jean-Paul Goude (La Jungle des images, Dupuis, 2011) et de céder le dessin à Claire de Gastold pour Les Satellites (Gallimard, coll. Bayou, 2012), une fable sur l’adolescence perturbée.

Il retrouve ici l’écriture et le dessin pour évoquer l’écrivain Régis Debray, philosophe, membre de l’académie Goncourt, normalien et compagnon de route de Che Guevara, figure de la gauche française qui rencontre Pablo Neruda et Salvador Allende, co-organise l’enlèvement et le procès de Klaus Barbie, avant de devenir le fondateur de la médiologie.

Cher Régis Debray - Par Alexandre Franc - Futuropolis
Cher Régis Debray - Par Alexandre Franc
(c) Futuropolis

Au départ, il pense pouvoir faire une bande dessinée avec lui, suite à une déclaration de l’écrivain sur ActuaBD (voir notre entretien avec le dessinateur en cliquant sur le lien ci-dessous). Mais très vite, en dépit d’une rencontre où s’exprime une sympathie réciproque, il se rend compte que la conception de la BD par l’écrivain, qui est de l’ordre du fantasme, ne correspond pas à son approche. Il en résulte un dialogue autour d’un projet qui est aussi une réflexion sur la condition précaire de dessinateur de bande dessinée aujourd’hui, et surtout de jeune dessinateur qui a grandi dans l’admiration de Scott McCloud et des grands auteurs de L’Association.

Cher Régis Debray - Par Alexandre Franc
(c) Futuropolis

Rares sont les ouvrages qui affichent une telle sincérité et un tel respect du sujet. Sans esbroufe, avec une intelligence pénétrante, Alexandre Franc interpelle Régis Debray dans ce qu’il a de plus brillant : ses idées sur l’action politique, la République, les grands hommes de l’Histoire de France, la Colonisation... Mais en même temps, comme un nain face à un géant, il ne cache pas le caractère impressionnant de la démarche, ni la difficulté d’en faire une bande dessinée dans les conditions qui sont les siennes, celles d’un jeune père dans une situation économique précaire. Une sorte de rencontre du troisième type.

Ne ratez pas ce qui constitue l’un des ouvrages les plus intelligents de cette rentrée.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Cher Régis Debray - Par Alexandre Franc - Futuropolis
    5 novembre 2013 20:08, par Raoul

    Un beau livre, qui permet à la bande dessinée de trouver sa place à côté de, où "sur les épaules de", la pensée d’un intellectuel majeur. En bonus, c’est une bonne bande dessinée consacrée à la bande dessinée : quand Alexandre Franc écrit "Je préfère les bandes dessinées à la vie. La vie est imparfaite, c’est une esquisse qu’il nous faudrait plusieurs autres vies pour retravailler. Une bande dessinée, on peut la reprendre autant de fois que nécessaire" (p. 43), on croit lire une paraphrase de Truffaut qui disait la même chose du cinéma, quasi-mot pour mot, dans "la Nuit américaine". Franc est dévoué à son art, autant que l’était Truffaut.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred le 6 novembre 2013 à  23:36 :

      Mais sur le plan purement bande dessinée, c’est niveau zéro.

      Répondre à ce message