BD d’Asie

Choujin X par Sui Ishida : le maître de Tokyo Ghoul a encore frappé

Par Jaime Bonkowski de Passos le 29 octobre 2022                      Lien  
Dans le cœur des fans de manga, "Tokyo Ghoul" occupe une place toute particulière. Il faut dire que la série, culte et géniale, bénéficie d'une longue postérité du fait de son adaptation animée légendaire et de la ferveur de ses fans, toujours prompts à hisser haut le drapeau de Ken Kaneki et consort. Dans ce contexte, c'est peu de dire que la nouvelle série de Sui Ishida, l'auteur de "Tokyo Ghoul", était attendue au tournant, avec impatience et, il faut le dire, un poil d'appréhension : était-il possible de réitérer l'exploit ? Le tome un vient de sortir en France et verdict : OUI, assurément.

En 1998, le monde fut divisé en provinces autonomes après l’apparition de Choujin, des humains touchés par une étrange maladie leur conférant tantôt des pouvoirs exceptionnels, les plongeant tantôt dans une folie meurtrière.

50 ans plus tard, chacun essaie de vivre sa vie dans ce monde instable, et on croise la route de Tokio, un jeune collégien sans histoire qui vit dans l’ombre de son meilleur ami Azuma. Ils tracent leur route entre galères de collégiens et espoirs d’une vie meilleure, avec un Tokio fasciné par son ami qu’il trouve courageux, fort, intelligent : tout ce qu’il rêverait d’être.

Jusqu’au jour où, pendant une baston contre des petites frappes, les deux jeunes hommes sont exposés à la substance qui provoque la mutation en Choujin. Des deux, il semble que ce soit Tokio qui réagisse le "mieux", et il se retrouve doté d’un pouvoir aussi puissant qu’incontrôlable. Et une mystérieuse organisation semble bien déterminée à mettre la main dessus...

Choujin X par Sui Ishida : le maître de Tokyo Ghoul a encore frappé
CHOUJIN X © 2021 by Sui Ishida / SHUEISHA Inc.

Devenir un monstre, ça vaut le coût ?

Sui Ishida a une griffe particulière qui colore toutes ses œuvres. Une capacité à insuffler de la noirceur et de la maturité presque de manière imperceptible mais bien là. Choujin X, comme Tokyo Ghoul, est pétri de cette noirceur. Et bien que la série soit classée shonen par l’éditeur, elle dégage une aura qu’on retrouve peu dans les autres titres du genre.

Par le dessin, particulièrement obscur, et les chara-design dérangeant et torturés, Ishida nous met mal à l’aise même face à nos héros. Ce premier tome pose les bases de son univers et lance doucement l’intrigue, avant de s’emballer dans le dernier chapitre (et de nous laisser sur un cliffhanger à s’arracher les cheveux).

On retrouve le rythme atypique de Tokyo Ghoul, mis cette fois au service d’une intrigue qui se veut tout de même un peu plus chaleureuse. On devine que l’auteur explorera notamment la question des super-héros ou des figures porteuses d’espoirs, assurément deux dimensions absentes de Tokyo Ghoul.

S’il reprend donc plusieurs ingrédients qui ont fait le succès de son premier né, l’auteur nous propose une série radicalement différente. Il explore toujours son obsession pour le monstre et l’humanité, le rapport entre ces deux pôles, mais sous un angle un peu plus frontal, mais ambigu. On sait qui sont les méchants, et qui sont les gentils, et on ressent même quelques effluves agréables d’un My Hero Academia.

Le héros aura de quoi susciter une vraie identification chez les jeunes lecteurs et lectrices, et il faut absolument saluer l’audace d’Ishida qui a osé lui offrir une "transformation" tout bonnement cauchemardesque, aux antipodes de ce qu’on attend d’une transformation d’un héros de shonen. Les scènes d’action sont ultra-punchy, peu nombreuses dans ce premier tome mais on en aura pour notre argent dans la suite.

Avec Choujin X, Sui Ishida signe un retour réussi dans un registre qui le sort assez de sa zone de confort. C’est plaisant de redécouvrir son trait et ses gimmick narratifs, même si le premier tome reste au final assez chiche dans le développement de l’intrigue. On a encore un peu de mal à discerner où on va, et cette lenteur à la mise en place risque de rebuter quelques lecteurs. On attend la suite avec impatience pour trancher mais pour le moment, on est charmé.

CHOUJIN X © 2021 by Sui Ishida / SHUEISHA Inc.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782344055106

"Choujin X" - par Sui Ishida - 26/10/2022 - 262 pages - 7€90.

à partir de 13 ans Horreur Arts martiaux, Combats 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • La el famoso animation légendaire de tkg
    3 novembre 2022 16:37, par Nathan

    Bonjour, j’écris ici par devoir envers mon oeuvre favorite, je vous demande s’il vous plaît de refaire toute l’introduction. En effet oser dire que l’animation de Tokyo ghoul est légendaire, c’est mentir. Merci

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jaime Bonkowski de Passos le 3 novembre 2022 à  16:49 :

      Bonjour,

      I stand by what I said !

      Et je n’ai pas précisé quel type de "légendaire" ;)

      Néanmoins, si TKG est toujours aussi connue c’est en grand partie pour son animé (parce que les gens l’adorent ou le détestent, mais ça reste une part essentielle de sa postérité).

      Et puis, Unravel quoi

      Répondre à ce message

      • Répondu par juju le 4 novembre 2022 à  01:32 :

        Effectivement... Unravel quoi
        Pas sur qu’un jour un opening lui arrivera à la cheville.
        En tout cas super article !

        Répondre à ce message

PAR Jaime Bonkowski de Passos  
A LIRE AUSSI  
BD d’Asie  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD