Newsletter ActuaBD

Chroniques du Centre-Sud - Par Richard Suicide - Éditions Pow Pow (nouvelle édition augmentée)

  • Figure de la bande dessinée underground québécoise, Richard Suicide s'est fait le chroniqueur de son quartier de Montréal. Sept ans après la première édition et alors que l'auteur vient d'adapter lui-même son livre en un court-métrage d'animation, les Éditions Pow Pow en proposent une nouvelle version agrémentée d'une histoire supplémentaire. Drôles et savoureuses, ces "Chroniques du Centre-Sud" sont à redécouvrir.

Le Centre-Sud de Montréal a bien changé. La politique urbaine et les rénovations ont fait leur œuvre : la gentrification est maintenant avancée. Richard Suicide l’évoque indirectement dans ses Chroniques du Centre-Sud, mais le quartier qu’il raconte est celui d’avant les années 2000, quand il était encore cet espace foutraque rassemblant prolos, artistes, éclopés, bikers et junkies.

Richard Suicide, de son véritable nom Richard Beaulieu et qui signe également William Parano, connaît bien le Centre-Sud. C’est chez lui. Il y vit, y travaille, l’observe et le dessine. Il voit ce mélange de misère et de liberté qui le caractérisait. La débrouille et l’alcoolisme y étaient largement partagées. Et symbolisées, dans ses Chroniques, par le personnage du Bison, voisin envahissant qu’il décrit comme le ferait un ethnologue.

Chroniques du Centre-Sud - Par Richard Suicide - Éditions Pow Pow (nouvelle édition augmentée)
Chroniques du Centre-Sud © Richard Suicide / Pow Pow 2021

Le Bison loge au rez-de-chaussée avec sa compagne la Bisoune. Pour survivre, c’est-à-dire pour pouvoir s’acheter les litres de bière indispensables à son équilibre physiologique, le Bison ramasse dans les rues des tonnes de junk - ça tombe bien, le Centre-Sud en est rempli - qu’il revend comme il peut. Il accumule tout ça dans son appartement et son jardin « d’en devant » jusqu’à ce qu’il soit presque impossible de s’y mouvoir. Il reste malgré tout assez d’espace pour faire de mémorables beuveries qui se terminent invariablement de la même façon : plainte des voisins, arrivée de la police, fermeture de la boutique.

Chroniques du Centre-Sud © Richard Suicide / Pow Pow 2021

En alternant descriptions pseudo-scientifiques du Bison et tranches-de-vie personnelles, Richard Suicide parvient à donner un aperçu vivant et qui semble réaliste du Centre-Sud des années 1990. Il parle avec humour et affection de ses habitants, de ses lieux de vie et de son esprit « marginal » - vivre bancal, à l’écart de la ruée libérale. Faisant preuve d’autodérision, il se montre à sa table de travail et adepte lui aussi de la cannette, qu’il descend allègrement en compagnie de son ami, le dessinateur Siris.

Le dessin renforce cet aspect humoristique. Ses personnages dégueu aux grands pifs rappellent ceux de Carali, avec une pointe de Reiser pour la satire sociale. Le langage, qui ne se contente pas de reprendre quelques expressions québécoises connues, y participe aussi énormément. Plein d’inventions, il donne à entendre la voix de l’auteur et apporte une truculence propre à souligner le comique de situations parfois un peu glauques.

La nouvelle édition des Chroniques du Centre-Sud - la première date de 2014 - proposée par Pow Pow est complétée d’un récit dans la même veine : « Le monstre du Centre-Sud ». Il raconte le tournage, dans le quartier, d’un film financé par « l’Orifice national du film ». Justement, l’Office national du film du Canada vient de produire un court-métrage d’animation réalisé par Richard Suicide, qu’il a lui-même tiré de son livre et qui vient d’être diffusé au festival FanTasia, à Montréal.

Chroniques du Centre-Sud © Richard Suicide / Pow Pow 2021
Chroniques du Centre-Sud © Richard Suicide / Pow Pow 2021
Chroniques du Centre-Sud © Richard Suicide / Pow Pow 2021
Chroniques du Centre-Sud © Richard Suicide / Pow Pow 2021

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Chroniques du Centre-Sud - Par Richard Suicide - Éditions Pow Pow - 1ère édition en 2014 - 16 x 21 cm - 124 pages - couverture souple avec rabats - parution le 11 juin 2021 - 19 €.

Consulter le blog de l’auteur & regarder la bande annonce du court-métrage adapté des Chroniques du Centre-Sud.

 
Newsletter ActuaBD