Cité de la BD d’Angoulême : Les enjeux de la « Fondation Cité du 9e Art »

8 février 2020 0 commentaire
  • Bon an mal an, sous l’impulsion de Pierre Lungheretti, le Directeur Général de la Cité de la BD et de l’Image d’Angoulême, l’institution angoumoisine se renforce, tandis que se dessine une stratégie qui consiste à faire de la Cité une référence nationale et européenne, voire mondiale.

Cité de la BD d'Angoulême : Les enjeux de la « Fondation Cité du 9e Art »On souligne souvent tout ce que le Festival International de la BD d’Angoulême a apporté à la Cité de la BD et à son joyau le musée d’Angoulême : elle fait d’Angoulême la « capitale mondiale de la BD » le temps d’un week-end et apporte à la Cité le gros de sa fréquentation de l’année.

Mais sans l’institution créée et voulue par le regretté Jean Mardikian, le FIBD ne serait qu’un festival parmi d’autres emporté par la moindre bourrasque. L’institution a été et est toujours le facteur déterminant de la pérennité de l’événement, de la présence de l’État et des institutionnels locaux (Mairie, Région, Département, Agglomération…) à ses côtés.

C’est pourquoi la rivalité entre le FIBD et la Cité nous a toujours agacés. Même si les dissensions se sont aujourd’hui largement calmées -les qualités de diplomates de Pierre Lungheretti et de Stéphane Beaujean y sont largement pour leur part- nous sommes toujours choqués de constater que les événements de la Cité qui ont lieu pendant le FIBD ne figurent pas dans le dossier de presse de l’événement, par exemple. La rivalité est toujours là, en sourdine.

Mais chacun joue sa partie, assez admirablement il faut le dire : Franck Bondoux, le délégué général du FIBD, fait monter année après année son événement en puissance ; quant à Pierre Lungheretti, il est en train de porter son institution à un niveau de reconnaissance institutionnelle jamais vue jusqu’ici.

Création d’une Fondation

Pour preuve, ce dernier développement : la création d’une « Fondation pour la Cité du 9e Art ». Son objectif ? « Mobiliser des partenaires privés et des mécènes autour des projets portés par la Cité de la BD  » selon les propres mots du Ministre de la culture Franck Riester qui était venu accompagner le Président Emmanuel Macron lors de sa visite au Musée National de la bande dessinée lors du dernier FIBD. [1]

Cette structure sera rattachée à l’Institut de France. « Créé en 1795, l’Institut de France a pour mission de proposer aux cinq Académies qui y demeurent un cadre harmonieux pour travailler au perfectionnement des lettres, des sciences et des arts, à titre non lucratif.  » Cela se traduit notamment par la remise de Prix et de subventions dotés de plus de 20 millions d’euros par le truchement des fondations abritées.

Xavier Darcos, chancellier de l’Institut de France et Pierre Lungheretti, Directeur Général de la Cité de la BD d’Angoulême signent la conevntion pour la création de la Fondation pour la Cité du 9e art.
Photo : Cité de la BD d’Angoulême. DR.

Un système de défiscalisation permet en France aux entreprises et aux particuliers de soutenir une institution culturelle. Cette institution aidera à encadrer cet apport financier nécessaire à la promotion et à la conservation patrimoniale de la bande dessinée en France, à favoriser l’accueil de donations de collectionneurs et d’auteurs mais aussi à réaliser d’autres missions comme soutenir la création et les auteurs (bourses, résidence accrue d’auteurs...), exploiter le potentiel éducatif de la bande dessinée (campus de l’image...), soutenir la recherche et l’innovation (expositions transversales, soutiens de chercheurs...) et enfin, développer le rayonnement national et international du 9e art.

Xavier Darcos et Pierre Lungheretti
Photo : Cité de la BD d’Angoulême. DR.

« Les premiers donateurs-fondateurs de la Fondation Cité du 9e Art sont des entreprises du territoire angoumoisin et charentais, dit le communiqué. Il était essentiel pour ce projet qu’il soit soutenu par le tissu économique d’Angoulême compte tenu de l’ancrage et de l’identification de la bande dessinée au territoire. La campagne de financement s’élargit à présent au national et à l’international.

La gouvernance de la Fondation est constituée d’un Conseil d’administration composé à parité entre l’Institut de France et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, sous la présidence du Chancelier de l’Institut de France, et d’un Conseil d’orientation, constitué de personnalités qualifiées et des élus du territoire angoumoisin, ainsi que des représentants du monde économique. »

Une étape de plus de la part de celui qui, grâce à son rapport, a permis la création de l’année BD2020. Un projet qui ne manque ni de vision, ni d’ambition.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Discours de Franck Riester, lors du lancement de BD2020, 18 décembre 2019.

  Un commentaire ?