City Hunter Rebirth T. 4 - Par Tsukasa Hojo & Sokura Nishiki - Ki-oon

13 avril 2020 0
  • Un quatrième tome en demi-teinte composé de deux récits dont nous ne retiendrons que la seconde partie qui permet à Ryo Saeba d'affronter ses démons du passé. Un titre, loin d'être convaincant mais qui offre une lueur d'espoir quant à la suite.

Le rêve de Saori d’être étrangement propulsée dans l’univers de City Hunter continue. Mais c’est avec stupéfaction, qu’elle constate qu’une autre personne vit également ce conte de fée : une adulte du nom de Yurika, grande admiratrice de Ryo Saeba, qui se retrouve dans le corps d’une écolière.

En dépit de cet agréable voyage multidimensionnel, ses tenues de sport disparaissent en plein cours à plusieurs reprises et son jeune ami Takehiko est accusé par leur professeur. Un instituteur loin d’être blanc comme neige qui devra immanquablement rendre des comptes à Ryo & Falcon...

Ce 4e opus de City Hunter Rebirth démarre à tâtons dans un récit bien trop gentil, avec un pseudo ennemi débutant. Un professeur qui dérobe des petites culottes d’écolières, rejetant la culpabilité sur un jeune garçon, est un thème manque singulièrement de profondeur. Certes, City Hunter est un invétéré collectionneur de lingerie de la gent féminine, mais tout "obsédé" qu’il est, c’est un redresseur de torts et un défenseur de la veuve et l’orphelin. Alors, imaginez sa réaction vis-à-vis d’un pervers pédophile. En quelquees pages, Sokura Nishiki clôt ce court récit qui correspond peu à nos attentes.

Fort heureusement, la seconde partie du manga relève nettement le niveau, avec au casting un authentique adversaire de la taille de Ryo, véritable professionnel de la gâchette qui, du haut de ses 17 ans promet un duel qui attise par avance notre curiosité. "Jack James", un très jeune tueur à gages formé à la dure, véritable machine de mort, ayant à moult reprises proposé ses services de nettoyeur aux services mafieux locaux et étrangers.

Un tel adversaire est un véritable challenge pour Ryo Saeba car, au-delà de son affrontement avec ce jeune combattant, le sombre passé de notre héros refait surface, ce qui a le don de l’agacer et de prendre toute la mesure de la situation. Une trame menée tambour battant qui trouvera son point culminant dans le suivant opus.

Après une première partie à la qualité mitigée, ont retient donc l’apparition de Jack James au cynisme diabolique. La suite nous permettra de jauger à sa juste valeur la qualité de City Hunter Rebirth. Pas évident en effet de concurrencer le géant Tsukasa Hojo, bien qu’à bien des moments, Sokura Nishiki tient la distance.

City Hunter Rebirth T. 4 - Par Tsukasa Hojo & Sokura Nishiki - Ki-oon
©Sokura Nishiki / Ki-oon

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

City Hunter Rebirth T.4. D’après l’œuvre originale de Tsukasa Hojo. Auteur : Sokura Nishiki. Éditeur : Ki-oon. 192 pages. Sortie : le 7 novembre 2020. Prix : 7,90 euros.

- Lire la chronique City Hunter : Le retour mythique d’une série culte !
- Lire la chronique Angel Heart : un adieu riche en émotions
- Lire la chronique Le Temps des cerisiers - Par Tsukasa Hojo - Ki-Oon
- Lire la chronique La Mélodie de Jenny - Par Tsukasa Hojo - Ki-Oon

  Un commentaire ?