Civil War 3 par Mark Millar, Steve McNiven, Dexter Vines et Molly Hollowell– Panini Comics

27 juin 2007 0 commentaire
  • Troisième volet de LA saga qui chamboule l’univers Marvel en opposant les super-héros les uns contre les autres. Les scénaristes entendent bien maintenir un rythme soutenu pour cette maxi série en 7 volumes et le prouvent une nouvelle fois avec cette avalanche d’action.

Au cours d’un conflit retransmis par un show télévisuel opposant les News Warriors au criminel Nitro, ce dernier provoqua la mort de 600 personnes. La population, sous le choc, rejeta sa colère sur les New Warriors considérés comme responsables du drame. Pour calmer la situation, le gouvernement a voté une loi obligeant les super-héros à révéler leur identité et à s’enregistrer officiellement auprès des autorités dont ils deviennent des agents. Autant dire que tout cela divise nos super-personnalités. D’un côté Captain America et ses amis s’opposent à la mesure, deviennent hors la loi et se réfugient dans la clandestinité, et de l’autre Iron Man, chef de file de cette nouvelle police super-héroïque entend bien faire respecter la loi.

Alors que dans certains mondes, tout cela pourrait se régler à l’amiable devant une bonne tasse de thé ou un cigare, chez Marvel, ça débouche sur de la baston bien primaire. Et en matière de promesses tenues, ce chapitre ne plaisante pas. On pourrait le résumé ainsi :
« Cap contre Iron Man, pas de quartier ».

Civil War 3 par Mark Millar, Steve McNiven, Dexter Vines et Molly Hollowell– Panini Comics

En développant les conséquences de ces évènements sur des personnages secondaires (notamment Speed Ball en prison et Wonder Man face aux subtilités de cette nouvelle loi), les trois autres histoires courtes, tirées de la série parallèle Civil War : Ligne de Front, jouent leur rôle de bouche-trou standard, ni plus ni moins. Le choix éditorial de Panini Comics est néanmoins intéressant puisque ces récits associés permettent d’approfondir certains aspects et de montrer l’étendu de l’impact de l’évènement sur l’univers Marvel.

Ceci n’entame en rien l’excitation que provoque ce numéro qui ravit en rentrant dans le cœur du sujet (les combats entre super-héros) tout en continuant à dévoiler les prises de position de chacun.

Le dessin de Steve McNiven reste comme pour les deux premiers volets toujours aussi nickel. A la fois fluide et carré avec une aisance désinvolte sur les scènes d’action, son graphisme offre également un savant mélange de réalisme et de fantastique dans le look, la mobilité et la musculature des héros qui correspond bien au mot d’ordre de cette maxi-série : "Confronter nos super héros face à une mesure qui aurait été plus que probable dans notre réalité"

(par Mathieu Drouot)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Civil War N°3, en kiosque depuis le mois de mai, 3.85 €

  Un commentaire ?