Cixi de Troy, tome 1/2 : le Secret de Cixi - Par Vatine & Arleston - Soleil

29 janvier 2010 0 commentaire
  • Mais qu'a donc vécu Cixi en quittant le palais du Darshan pour se transformer en justicière d'Eckmül ? C'est ce que Vatine et Arleston nous dévoilent dans la première partie de ce diptyque. Humour et action pour un album qui se laisse lire avec (beaucoup de) plaisir !

À la fin du cinquième tome de Lanfeust de Troy, le forgeron partait avec ses amis pour le palais des dieux Darshanides. Mais Cixi s’éclipse, jalouse de l’attention que Lanfeust réserve à sa sœur. Pourtant, quelques mois plus tard, on la retrouve dans le rôle de l’Ombre Ténébreuse, et aussi en maîtresse de Thanos ! Que s’est-il passé pour cette jeune garce se transforme en justicière manipulatrice ?

C’est ce que nous allons découvrir dans ce diptyque prometteur. Pendant que ses amis s’amusent avec les dieux, Cixi tente de rejoindre Eckmül. Mais son navire est arraisonné par un équipage de pirates... qui n’est composé que de femmes ! Ces amazones recueillent Cixi et lui apprennent les rudiments du métier. L’élève se révèle douée !

Cixi de Troy, tome 1/2 : le Secret de Cixi - Par Vatine & Arleston - Soleil

Nous en parlions cet été : ce diptyque de l’univers de Troy s’annonce savoureux. D’abord parce qu’il reprend un épisode intéressant et inédit du premier cycle de Lanfeust. Puis, parce c’est Olivier Vatine qui est au dessin. Depuis Aquablue, on ne l’avait pas vu dessiner deux albums de la même série d’affilée. Même Angela avait mis pas mal de temps pour se finaliser, et on se demandait si le roi du storyboard ferait autre chose que des crayonnés pour d’autres dessinateurs, comme pour 9 Tigres !

Pour rappel, un version grand format en noir et blanc est sorti dans un tirage limité

Mais le rendu de Cixi de Troy efface tous ces doutes : nous aurons bien deux albums et le dessin de Vatine n’a rien perdu de sa vivacité. L’action est omniprésente, sa maîtrise du découpage étant bien entendu un réel plus pour le tempo de l’aventure. Pourtant, il faut se résoudre à se passer des détails des personnages : son trait est limité, parfois cassant. Passé quelques déconvenues où l’on aurait apprécié plus de douceur ou d’expression dans les visages, on se fond dans le style, se laissant emporter dans l’aventure.

Arleston ne renoue pourtant pas avec les longs dialogues de Lanfeust, distillant les bons mots. Si l’humour est bien présent, il se met au diapason de Vatine, jouant sur l’action et le tempo soutenu pour entraîner le lecteur dans l’apprentissage de Cixi. Depuis des lustres, on sait que cette progression de personnages a le don de fasciner le lecteur, et effectivement, on apprécie de voir Cixi passer de l’égoïste finie à une altruiste mesurée, face à des massacres qu’elle ne désire pas.

Lecteur de Lanfeust de Troy, tu ne seras pas déçu en t’embarquant dans ce navire d’amazones. Tout en restant sobre, Vatine n’a de cesse d’enchaîner pirouettes et corsages ouvert, alors qu’Arleston joue sur la rivalité, les aspirations, le tout mêlé d’humour et d’une pointe de sensualité. Un bon cru !

Même parvenue au poste le plus enviée de l’équipage, Cixi continue de rêver à Eckmül ...

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire les premières planches

  Un commentaire ?