Clifton - L’intégrale - Par Macherot - Niffle

19 octobre 2003 0 commentaire
  • {{Frédéric Niffle}} a décidément le goût des bons livres ! L'éditeur avait publié l'année dernière le premier tome d'une intégrale de {Félix} (de l'excellent {{Maurice Tillieux}}). Il avait dû alors retravailler chacune des planches, grâce à l'outil informatique, afin d'y gommer les imperfections laissées par le temps. Aujourd'hui, l'éditeur nous entraîne à lire les chefs-d'oeuvre du savoureux {{Raymond Macherot}}, en publiant une intégrale de {Clifton}.

Et oui, pour ceux qui l’ignoraient, le célèbre colonel ne fut pas inventé par les truculents Turk & De Groot, mais par Raymond Macherot en 1959 ! L’auteur ne se s’était pas encore consacré à ses personnages animaliers (Sibylline et Chlorophylle) qui ont contribué à sa notoriété… Avec Clifton, il nous dépeint une personnalité forte, dont les attitudes sont aussi flegmatiques que britanniques. Les récits mêlent astucieusement humour, action et courses-poursuites.

Cette intégrale propose trois histoires. La première présente le personnage et le voit enquêter sur le vol du coffre-fort, propriété d’un diamantaire, contenant l’un des plus gros diamants du monde : le célèbre Kohr-I-Door. Le diamantaire ne s’en remet évidemment pas.

Dans la deuxième aventure,Clifton à New York, notre flegmatique inspecteur fait la connaissance d’un ex-dictateur d’opérette. Ce dernier enlève un célèbre acteur, Mr Pincher Barnett, dont la rançon servira à fomenter une nouvelle révolution à San Mirador… Héron Mélomane, alias le Colonel Clifton, se verra être chargé de l’enquête…

Et enfin, dans Clifton et les Espions, qui est une préfiguration d’une aventure d’Isabelle, le Tableau Enchanté (co-scénarisé par Delporte et dessiné par le grand Will), le célèbre colonel souhaite blanchir l’un de ses anciens scouts, Osbert Horsepower, un expert en thermo-dynamique, d’une accusation d’espionnage. Clifton ne doute pas de l’innocence de son ami car : « Non, il n’est pas possible qu’un ancien scout puisse trahir l’Angleterre ».

Le lombard souhaita malheureusement que l’auteur se consacre plutôt à Chlorophylle qu’à Clifton. Il dut arrêter la série. Il nous laisse de merveilleuses histoires où son style souple et dépouillé est parfaitement mis en valeur par un subtil usage des alats noirs.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Un chef-d’œuvre, malheureusement oublié.

Lire un extrait

  Un commentaire ?