Newsletter ActuaBD

« Coiffeurs pour Dames » redessine la presse graphique !

  • L'ancien rédacteur en chef de Spirou, {{Olivier Van Vaerenbergh}}, vient de créer, avec d’autres compères, {Coiffeurs Pour Dames}, un studio spécialisé dans la presse graphique. Durant l’été, le quotidien belge {Le Soir} a fait appel à lui : il publiera chaque semaine {El Rios}, un supplément d’une page où des auteurs de BD tirent un trait sur l’actualité !

Ancien journaliste du quotidien Le Soir, puis de l’éphémère Pepper Plug, Olivier Van Vaerenbergh a décidé de mettre à profit l’expérience acquise à la direction du journal de Spirou pour redonner des couleurs à l’expression graphique dans la presse. « Notre objectif est de traiter l’actualité par le dessin et la narration propre à la bande dessinée. Nous espérons que la presse graphique devienne un outil à part entière, au même titre que la presse écrite, radiophonique ou audiovisuelle. L’atout de la presse graphique est la lisibilité et le didactisme. Certaines informations sont plus accessibles et plus compréhensibles pour le public à travers le dessin. Les longs textes sur des sujets compliqués dans les quotidiens dégoûtent certains lecteurs ! Un autre atout : l’humour, il autorise plus de subjectivité que dans la presse classique. »

« Coiffeurs pour Dames » redessine la presse graphique !
Cela ne rigole pas chez « Coiffeurs pour Dames ». De gauche à droite : Claude Milan, Olivier Van Vaerenbergh et Steven Hermans.
Photo (c) Nicolas Anspach

Le studio Coiffeurs pour Dames a ses bureaux dans le quartier de la rue Antoine Dansaert à Bruxelles. Cette rue est devenue en un peu plus de cinq ans l’endroit où toutes les tendances, tous les genres culturels, se mélangent à Bruxelles : Design, mode, publicité, etc. Cette société a été créée par quatre associés. Olivier Van Vaerenbergh en est le timonier et s’occupe de la partie journalistique et du suivi des projets. Le dessinateur Steven Hermans [1] met son talent d’auteur de BD au profit du studio. Totodernoncourt gère plus spécifiquement la partie multimédia. Enfin Claude Milan se charge de l’infographie. À cette équipe de base se greffent de nombreux auteurs dont Xavier Lemmens, Libon, Hugo Piette, Capucine, Nix ou encore Gabrion. Ceux-ci interviendront ponctuellement en fonction des sujets et de leurs sensibilités.

Le studio est également ouvert aux jeunes auteurs. OVV67, comme on le surnommait volontiers à la rédaction du journal de Spirou, reste modeste : « La presse graphique existe depuis des années. Nous n’inventons rien ! Regardez les Histoires d’Oncle Paul, c’était déjà de la presse graphique ! Nous voulons pérenniser, et peut-être réinventer, un genre. Si des sociétés, des publicitaires, ou des médias souhaitent utiliser ce type de support de communication, ils auront à portée de main un studio capable de mobiliser rapidement un collectif d’auteurs. C’est un métier à part, qui est souvent traité avec une certaine maladresse. Nous amenons un contexte esthétique avec des auteurs possédant une habilité graphique incontestable ».

Coiffeurs Pour Dames scrute actuellement les blogs des dessinateurs et graphistes étrangers pour les convier à prendre part, notamment, à l’expérience El Rios. « Nous avons préservé une place dans ce support pour publier des strips d’actualité sur des évènements à l’étranger. Ce sera un auteur du pays concerné qui traitera l’information », précise-t-il. Un chinois devrait par exemple, parler des Jeux Olympiques de Pékin : « Il auront parfois une autre vision sur l’événement que nous, Européens. Ce qui n’est pas dérangeant ». Ce dernier refuse l’amalgame avec les dessins publiés dans Charlie Hebdo ou le journal satirique bruxellois Le Pan. : « L’essentiel des informations sera traité sous la forme de BD et de strips, pas par le dessin d’humour. Nous traiterons de l’actualité sous toutes ses facettes. La politique en est une, mais pas la seule  ».

Rien ne va plus dans la « bancassurance » belge Fortis dont le cours de l’action a dégringolé de 45% depuis le début de l’année.
(c) Coiffeurs Pour Dames, Le Soir, El Rios.

Pour le supplément Focus du Vif/L’Express, le studio concocte une page de BD hebdomadaire consacrée aux concerts et festivals de musique de l’été. Un auteur y partage ses impressions de l’événement.

L’ancien rédacteur en chef de Spirou avoue avoir mis du temps à se libérer de la retenue que lui imposait son ancien support : « Nous devions faire attention car le journal de Spirou s’adressait à des enfants. J’ai du me libérer de ce passé et apprendre à avoir un discours .plus mordant, plus corrosif. »

Le marché pour ce type d’activité est-il assez grand ? Chaque création étant exclusive, les coûts s’avèrent plus importants que l’écriture d’un article et l’utilisation de photos provenant d’une agence. Oui, rassurent les fondateurs car il ne se limite pas seulement à la chose écrite : « Nous travaillons déjà sur un dessin animé documentaire. À moyen terme, nous souhaitons réaliser notre propre journal qui traitera évidement de l’actualité sous la forme de BD ». Le studio louche également vers internet. Il y a développé trois sites : une vitrine commerciale, le pendant web de El Rios et enfin TchacTchac, un site communautaire d’information privilégiant l’amusement.

Cette décennie a été marquée par la diversification de la bande dessinée tant du point de vue de l’objet, que de son contenu, ou son genre. Les années qui viennent verront certainement son développement sur les supports numériques. Quel joli pari que celui de Coiffeurs Pour Dames ! !

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1plus connu sous la signature de Steven

 
Newsletter ActuaBD