Colibri – Par Guillaume Trouillard – Éditions de la Cerise

1er janvier 2008 0 commentaire
  • Le colibri est l’autre nom donné à l’oiseau-mouche : Sous ce titre guilleret Guillaume Trouillard a réalisé un chant graphique, poétique et cinglant, en faveur de la préservation de la planète.

On passe brusquement de la densité de la forêt vierge à celle, tout aussi inextricable, de la ville tentaculaire avec ses croisements de voies aériennes et sa circulation ininterrompue. On assiste à l’écrasement d’un hérisson par une voiture rapide, aussitôt vengé par un éléphant qui aplatit le conducteur scélérat d’un pas qui pèse une tonne. Les publicités défilent qui vendent la consommation facile. Mais la souffrance est là : nostalgie du Paradis perdu, aliénation sociale, vie difficile dans une société prise par la nécessité fiévreuse et incontrôlable de construire sans arrêt, encore et encore, en effaçant l’ancien monde, celui qui n’existera plus jamais. Et où vivaient encore les colibris…

Parce qu’il est édité par une petite structure, il y a beaucoup de chances que vous passiez chez votre libraire sans voir ce chef-d’œuvre. Il ne le faut pas. Réclamez-le lui : c’est un des ouvrages importants de l’année 2007, réalisé par Guillaume Trouillard après sa visite en Chine, où il avait voulu voir ce à quoi ressemblait une société qui vivait une croissance « de plus de 10% par an ». Il a vu des quartiers entiers disparaître en une nuit et, quelques jours plus tard, pousser au même endroit des buildings gigantesques. Trouillard… Un nom dur à porter, penserons certains plaisantins. Un nom à retenir en tout cas, car la trouille qu’il nous inspire n’a rien à voir avec de la lâcheté.

Colibri – Par Guillaume Trouillard – Éditions de la Cerise
Colibri – Par Guillaume Trouillard
Éditions de la Cerise

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?