« Comica » à Londres : un « baby festival » prometteur

  • Son initiateur, Paul Gravett, prévient : « It's a baby Festival ». Pourtant, « Comica , un Festival de la Littérature et de la Bande Dessinée Internationale » qui a eu lieu cette année du 27 juin au 6 juillet fait plus que tenir ses promesses : à table, autour d'un verre, vous pouviez discuter en toute tranquillité avec Chris Ware, Charles Burn ou Joe Sacco, participer à des conférences sur la BD et l'Internet, sur Alan Moore, ou encore à une {masterclass} animée par Frédéric Boilet et Benoît Peeters.

En Angleterre, la BD tient de l’apostolat. Coincés entre la production continentale et le rouleau compresseur mainstream américain, les créateurs anglais survivent difficilement dans leur propre pays, même si pour certains d’entre eux, comme Alan Moore ou Dave McKean, la renommée est internationale. Pourtant, depuis plusieurs années, la production anglaise maintient un fil ténu et l’on voit cà et là, la signature de gens comme Ilya ou Woodrow Phoenix traverser la manche et trouver un débouché en langue française.

Malgré ce désert, un activiste de la BD comme Paul Gravett a obtenu de l’ Institute of Contemporary Arts de prêter ses prestigieux locaux situés face à Regent Park et à deux pas de Piccadilly Circus, pour une manifestation volontairement déstructurée où le public peut aborder la BD contemporaine avec décontraction. Mieux : se faisant le représentant d’une démarche initiée voici quelques années par l’Association, Gravett a décidé d’inaugurer pour l’Angleterre un « Ouvroir de Bande Dessinée Potentielle » (OuBaPo UK), un vecteur qui permettra aux jeunes artistes anglais de s’exprimer, notamment sur Internet (« Potential Comics Online »).

Les visiteurs du Festival étaient d’ailleurs accueillis par un panneau de quelque vingt mètres de long où ils pouvaient lire ces productions dans un ensemble où une dizaine d’artistes, dont l’américain Chris Ware, avaient interagi les uns par rapport aux autres. Le résultat avait l’air de plaire au public. Face à ce long panneau, des vitrines faisaient une sorte d’historique de ces auteurs qui, comme Crumb, en pionniers de la presse BD indépendante, avaient fait évoluer le média. Alignant des invités comme Chris Ware, Charles Burns, Joe Sacco, Sophie Crumb ou encore Boilet, Comica fait la part belle à la « Small Press ». Un parti-pris qui devrait concerner le public anglais coincé, comme nous l’avons dit, au milieu des productions étrangères. Un choix aussi qui positionne très bien ce Festival comme le lieu d’incubation de la nouvelle BD contemporaine. Chapeau, Mister Gravett !

COMICA, Institute of Contemporary Arts, The Mall, London SW1. Ticket/Info : 020 7930 36476 M° Piccadilly Circus/Charing Cross. www.ica.org

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.