Commando Torquemada - T2 : Dominique, nique, nique... - par Nihoul & Lemmens - Fluide Glacial

28 mai 2008 1 commentaire
  • Cette édition en album qui n'a fait l'objet d'aucune prépublication dans le magazine Fluide Glacial, est aussi jubilatoire que le premier opus.

A Castel Ganfoldo, résidence d’été du vicaire de Dieu sur terre, sa Sainteté pique une crise : le rossignol du Vatican, Sœur Dominique de la Génuflexion, "pête un cable". La nonne chantante, dont les droits reviennent directement à l’Eglise, fait perdre beaucoup d’argent et d’influence au Vatican. Un seul remède : faire appel au redoutable commando Torquemada.

C’est avec un plaisir non dissimulé que nous retrouvons les membres du commando Torquemada : Frère Malachie, le prêtre Feargal Mc Gowan et Sœur Sarah Terwagne. Le trio déjanté a cette fois-ci une lourde tâche, remettre la voix d’une religieuse sur le droit chemin de sa mission ecclésiastique. Un véritable sacerdoce tant la belle est en piteux état.
Philippe Nihoul s’inspire de la célèbre belge Jeanine Deckers, plus connue sous le pseudonyme de Sœur Sourire. Entrée dans l’Ordre catholique des Dominicains en 1959, cette dernière entame une carrière de chanteuse et devient une star mondiale en 1963 avec son tube "Dominique". "Dominique, nique, nique s’en allait tout simplement, Routier, pauvre et chantant…" avec une telle entame, les paroles ont vite fait rire les amateurs de gauloiseries.
Tout en les caricaturant à l’extrême, le scénariste reprend des faits réels de la vie de Sœur Sourire. En effet, la religieuse quitta les ordres, entama une deuxième carrière, eut des problèmes avec le fisc, et finira par se suicider en compagnie de celle qui partageait sa vie… De tout cela, Philippe Nihoul en tire une comédie loufoque où les bons mots côtoient les situations truculentes.

Commando Torquemada - T2 : Dominique, nique, nique... - par Nihoul & Lemmens - Fluide Glacial
Xavier Lemmens réitère son trait caricatural et stylisé qui illustre à merveille les dialogues décapants et bourrés de références. Seule la mise en couleur est inégale. Plusieurs directions sont explorées par l’auteur sans que l’une d’entre elles s’affirme pour compléter le dispositif narratif.

Commando Torquemada est une vraie trouvaille de Fluide Glacial. Pour la plus grande gloire de Dieu !

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Un chef-d’oeuvre d’impertinence intelligente ! Rien que ça, oui...
    Commando Torquemada passe rageusement à la moulinette tous les faux-culs, les hypocrites et les bien-pensants. C’est drôle (très) mais aussi beaucoup plus profond que ça n’en a l’air. Sans avoir l’air d’y toucher, les auteurs soulèvent de vraies questions sur la place des femmes dans la religion, l’homophobie, le charité business à la "Live Aid" ou "Les Enfoirés". En trois cases, Lemmens et Nihoul assassinent U2 avec une férocité qui me laisse encore pantois.
    Si vous voulez rire (et pas qu’un peu) avec beaucoup d’arrières pensées, gardez l’argent que vous destiniez à l’achat des "Blagues de Toto", "belges", "corses" ou "blondes" et ruez vous sur les deux épisodes de ce commando unique dans l’histoire de la BD.

    Répondre à ce message