Comment, en dix ans, le petit Steinkis est entré dans la cour des grands

23 avril 2021 2
  • Il y a dix ans, Moïse Kissous, un éditeur prospère grâce au succès des bandes dessinées Les Simpson et d’autres licences de la TV publiées sous la marque Jungle, lançait Steinkis, un label destiné à publier des romans graphiques et des « docu-BD ». L’approche se voulait modeste, mais l’éditeur est un malin, prêt à toutes les expérimentations commerciales. Dix ans plus tard, Steinkis s’est fait une place parmi les grands, se hissant parmi les éditeurs les plus actifs de l’hexagone.
Comment, en dix ans, le petit Steinkis est entré dans la cour des grands
"En Route pour la fortune", le 44e album des Simpson paru en janvier 2021. Un bon filon en effet...
Éditions Jungle

Sous son aspect lisse et affable, Moïse Kissous est un ambitieux. Lançant, voici 18 ans en 2003, son premier label de bande dessinée : Jungle, une maison d’édition qui se développe à grande vitesse cette année encore avec Les Simpson toujours mais aussi avec de remarquables séries jeunesse, il réitéra huit ans plus tard en créant [un catalogue qui le positionnait sur le segment très porteur du roman graphique sous la marque Steinkis-https://www.actuabd.com/La-discrete-Success-Story-de-Moise-Kissous], qui allait devenir le nom de son groupe. Le catalogue a aujourd’hui dix ans.

Kissous aime expérimenter. Il s’essaya un temps aux comics (Atlantic) et aux mangas (Vega, en association avec Nexusbook, cédé entretemps à Dupuis) et à une certaine BD alternative (Warum) avant d’en abandonner l’exploitation. Dix ans plus tard, Steinkis s’est forgé une place dans le domaine très concurrentiel du « roman graphique », cette dénomination commerciale où l’on trouve aussi bien du roman, que de l’autofiction, des journaux intimes, des récits de voyage ou de purs documentaires. Le positionnement de Steinkis est principalement celui des sciences humaines et sociales. « L’objectif de la maison : publier des titres qui abordent la relation à l’Autre sous toutes ses formes » dit le communiqué.

Après avoir publié le récit de voyage en Israël de l’Américaine Sarah Glidden (Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins)), son premier succès, les titres s’accumulent : une biographie de Nelson Mandela, une première nomination à Angoulême et un premier Eisner Award pour K.O. à Tel Aviv de Asaf Hanuka en 2016, Steinkis se diversifie dans le roman, le livre jeunesse et le document. Cette inflexion s’opère aussi dans la BD où les récits s’orientent de plus en plus vers le témoignage, comme Une Saison à l’ONU de Karim Lebhour et Aude Massot, Péyi an Nou de Jessica Oublié et Marie-Ange Rousseau, lauréate du Prix de la BD politique de France Culture, tandis que le 2e album d’Ingrid Chabbert et Carole Maurel, Waves, reçoit un Harvey Award (Best European Book) aux USA. Une nouvelle collection, Témoins du monde, accueille notamment Tropiques Toxiques par Jessica Oublié et Nicola Gobbi, un album qui a fait parler de lui. Dans le catalogue Steinkis, on a aussi remarqué la coédition avec Plon d’une biographie de Simone Veil par Annick Cojean, Xavier Bétaucourt et Étienne Oburie..

"K.O. à Tel Aviv" de Asaf Hanuka, le premier grand succès international de Steinkis. Le 4e tome paraît en mai.

Pour accompagner ce 10e anniversaire, Steinkis réédite ses titres les plus emblématiques et organise une tournée dans toute la France dans vingt villes et cinquante librairies avec 30 auteurs.

L’équipe éditoriale de Steinkis (de g. à dr.) Maud Bachotet, assistante éditoriale, Celina Salvador, éditrice et Moïse Kissous, Directeur Général du groupe Steinkis.
Photo : Laetitia Matusik

Rien que le programme des nouveautés du premier trimestre de cette année (dont pour certaines ActuaBD s’est déjà fait l’écho) montre la diversité du catalogue, entre créations originales et traductions :

Sous les déchets… la musique par Hua Lin Xie (21/01)
Les Espionnes racontent par Chloé Aeberhardt & Aurélie Pollet (coédition Arte) (28/01)
Là où se termine la terre par Alain & Désirée Frappier (21/01 – Réédition 10 ans Steinkis)
Au nom de la bombe par Albert Drandov & Franckie Alarcon (18/02)
Naoto - Le gardien de Fukushima par Fabien Grolleau & Ewen Blain (18/02)
Écumes par Ingrid Chabbert & Carole Maurel (11/02 – Réédition 10 ans Steinkis)
Seidou - En quête d’asile par Xavier Bétaucourt & Virginie Vidal (25/02)
Pénis de table (édition augmentée ; 10 ans Steinkis) par Cookie Kalkair
Rouges estampes par Carole Treber, Jean-Louis Robert & Nicola Gobbi
Toutes les fois où je me suis dit… je suis gay par Eleanor Crewes
Sortie d’usine - GM&S, la désindustrialisation et moi par Benjamin Carle & David Lopez

Au mois de mai, devrait paraître :

Le réaliste (KO à Tel-Aviv) T. 4 par Asaf Hanuka (12/05)
Intégrale Le réaliste (KO à Tel-Aviv) par Asaf Hanuka (12/05)
Tsiganes par Kkrist Mirror (06/05 ; réédition 10 ans Steinkis)

Et au mois de juin, un titre marquant :

Les Filles du Kurdistan par Mylène Sauloy & Clément Baloup (17/06)

On ne manquera pas de vous les chroniquer.

En dix ans, Moïse Kissous a grandement développé ses labels (Jungle, Steinkis), fait une alliance stratégique avec le groupe Editis dans le label Phileas, a installé les 48hBD et achève cette année son mandat de président de la section BD du Syndicat National de l’Édition. Joli parcours.

Rouges Estampes par Nicola Gobbi, Carole Trébor et Jean-Louis Robert

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :