Newsletter ActuaBD

Comment réussir sa migration clandestine : le manuel trash et dérangeant de Salim Zerrouki

  • Après un premier ouvrage qui était un mode d’emploi pour « rendre le monde meilleur en se débarrassant des Arabes », voici que Salim Zerrouki dispense de nouveaux conseils, aux migrants cette fois… Un recueil grinçant et désespérant, cinglant comme un réquisitoire.

L’esprit de Charlie-Hebdo est comme L’Idée de Frans Masereel : indestructible et reproductible. Ici, nous avons affaire à un avatar maghrébin : Salim Zerrouki, qui, après un premier recueil intitulé « 100% Bled – Comment se débarrasser de nous pour un monde meilleur » où il égrenait avec une décapante dose d’autodérision antiraciste toutes les bonnes raisons de se "débarrasser des Arabes", le voici qui revient en donnant conseil aux migrants, ces candidats à l’Eden occidental qui pour la plupart meurent tragiquement en Méditerranée. Sur la couverture, un « distributeur de bouée en libre-service », « don de l’Union Européenne… » Le ton est donné...

Dans le viseur : « la crise migratoire », cette formule embarrassée qui donne toute la mesure du malaise qu’elle suscite en Europe. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, près de 17 000 personnes ont péri en Méditerranée depuis 2014.

Comment réussir sa migration clandestine : le manuel trash et dérangeant de Salim Zerrouki

Mais la réalité est bien pire que cette statistique tellement rassurante face à celle des morts de la Covid. En fait, certaines ONG estiment que les trois-quarts des candidats à la migration meurent dans le périple qui doit les mener aux portes de l’Europe.

Là où l’aspect percutant et trash de Zerrouki est à l’œuvre, c’est dans cette forme d’humour noir de ces neuf histoires qui peuvent paraître, selon ses mots, « affreusement cruelles, absurdes et impossibles », mais qui sont pourtant bien réelles : il y est question de noyades, de viols, de tortures, de vol d’organes, de solitude, de perversion, en un mot comme en cent : d’inhumanité. Cela laisse peu de place au sourire...

Sorte de filtre-cataplasme qui permet d’appréhender l’horrible, dans le registre ultra-provocateur du Charlie Hebdo de Charb, Riss ou Coco avec, étonnamment quelquefois, des envolées quasiment poétiques, cet humour-là intervient comme un choc électrique puissant destiné à réveiller nos consciences, peut-être notre humanité.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Comment réussir sa migration clandestine - Par Salim Zerrouki – Éditions Encre de Nuit

LIRE SUR ACTUABD :

- INTERVIEW - Salim Zerrouki (« 100% Bled » : « J’ai fait cette BD dans le but de parler des sujets que l’on évite » (8 mars 2018)

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Pas facile de vendre un album avec un tel sujet dans une France qui n’a plus peur de dire tout haut sa haine de "l’étranger". J’en veux pour preuve les affaires récentes de ce livreur salement insulté et malmené, ou cette caissière de Carrefour qui a subit un lot d’injures racistes. Lorsque l’on voit aussi la Remontada du FN grâce au thème de l’immigration, l’humour de cet album parait bien mince pour interpeller... Le Covid a rendu les gens encore plus individualistes qu’avant et la peur du chômage, prends le pas sur les drames qui se jouent aux larges des côtes Européennes. La BD comme antidote à l’indifférence ? Frêle esquif.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 7 juin à  07:45 :

      Justement, il est plus que jamais temps de lutter contre la bêtise et la xénophobie qui progressent jour après jour. Cet auteur pratique un humour salutaire !

      Répondre à ce message

    • Répondu par Auteur-trice le 7 juin à  09:23 :

      Mille est invariable, il ne prend pas de S.

      Répondre à ce message

    • Répondu par nicolas le 7 juin à  15:21 :

      Milles sabords ... c’est sure que en comparaison avec le capitaine haddock ... Malheureusement c’est bien avec ce genre de propos que les extrêmes progressent. La France s’est endormie, ne combat plus, ne se révolte plus, mais fait des grands débats de racisme et de xénophobie sur les merdias d’actualité, la peur de l’autre et l’insécurité feront le peur des politiques pendant cette année à venir. Pendant ce temps l’UE et ses gouvernants continuent de donner vos milliards à des milices du sud pour gérer le problème de la migration fermant les yeux sur les tortures et assassinats. Le Covid n’a rien à voir avec tout cela. L’immigration est le vrai débat des mois et années à venir pour les pays du nord mais les solutions prises par vos gouvernants vous sont couteuses et surtout totalement inefficace. Après tout ce ne sont que des africains qui meurent en mer !!!

      Répondre à ce message

      • Répondu par Milles Sabords le 9 juin à  05:33 :

        Le pourcentage de la population qui lit de la BD n’est pas énorme. Et pour ce type d’album, le pourcentage sera encore plus faible, même si la démarche éditoriale est louable. Les mécanismes de l’immigration sont multiples et complexes et il n’y a pas de solution miracle. Notre mode de vie à l’occidentale favorise ces flux de population, tout autant qu’il détruit la biodiversité. La vraie question est celle-ci : sommes-nous prêt à changer notre mode de vie pour améliorer le monde ?

        Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD