Conan le Cimmérien T. 8 : Le Peuple du cercle noir - Par Sylvain Runberg & Park Jae Wang - Glénat

12 janvier 2020 1 commentaire
  • Conan le barbare revient, plus enragé et prompt à la violence que jamais. Dans un album signé Sylvain Runberg et Park Jae Kwang, c'est la nouvelle du créateur de Conan Robert E. Howard "Le Peuple du cercle noir" qui est adaptée. Un récit d'Heroic Fantasy épique que les amateurs du genre ne voudront surtout pas manquer.
Conan le Cimmérien T. 8 : Le Peuple du cercle noir - Par Sylvain Runberg & Park Jae Wang - Glénat
En travaillant les ambiances et les jeux de lumières, Park Jae Kwang sublîme l’environnement du barbare.
© Glénat

Contrées disparues, dynasties immémoriales, sombres sortilèges et héros légendaires composent le monde de Conan le Cimmérien. Une recette désormais classique de l’Heroic Fantasy épique, qui fait encore une fois montre de son efficacité, dans une bande dessinée que l’on ne saurait qualifier de réellement originale dans son contenu, mais qui pourtant parvient à captiver son lecteur de la première à la dernière case, pour peu qu’il accepte de rentrer dans l’univers.

Peut-être est-ce parce que son héros, le mythique Conan, a contribué à façonner ces topoï, dans les œuvres de son auteur Robert E. Howard. Peut-être est-ce grâce à la précision et au dynamisme des graphisme, au soin particulier accordé aux lumières et aux ombres. Peut-être est-ce, enfin, grâce aux personnages, tous des archétypes de leur propre rôle, mais tellement réussis et crédibles dans leur genre.

Dans le monde hyborien, parmi les royaumes en perpétuels conflit et les tribus sans foi ni loi vit Conan le Cimmérien, dit Conan le barbare. Il dirige la tribu des Afghulis, impitoyables guerriers dont la vie toute entière est destinée au champ de bataille. Bien qu’étranger à la tribu, il a réussi à en prendre la tête grâce à ses exceptionnels faits d’armes qui ont fait de lui une véritable légende et un croquemitaine dans les pays voisins.

L’histoire commence lorsque sa route croise celle de la Devi Yasmina, sœur d’un roi terrassé par un mal mystérieux qu’elle cherche à venger par tous les moyens. En dévoiler plus serait gâcher l’intrigue, nous laisserons donc au lecteur le plaisir de découvrir par lui-même les aventures de ce duo improbable.

Yasmina, prête à tout pour venger son frère, partira en quête du Cimmérien pour tenter de l’engager comme mercenaire. Audacieux.
© Glénat

On a souvent reproché à Conan de n’être qu’une montagne de muscles hypertrophiés, un être abruti par les combats, accompagné de femmes aussi insipides que dénudées. Et si cette description colle plutôt bien à certaines itérations du personnage (dont un certain film américain des années 1980), elle reflète finalement assez peu le personnage tel qu’il est imaginé par Robert E. Howard au début des années 1930.

C’est à cette première vision que nos auteurs choisissent de se fier. Ainsi, Conan n’est pas seulement un colosse maniant la lame comme personne, il est aussi un fin stratège doublé d’un être à la grande sensibilité (si si). De même pour Yasmina, principale figure féminine de l’œuvre, qui apparaît ici comme une fière représentante de son sexe, forte, courageuse, et aussi intelligente que déterminée à atteindre son but. Elle est le véritable moteur de l’histoire, bien plus qu’un trophée trimballé à droite et à gauche, et elle prendra d’ailleurs souvent les rênes du récit pour guider ces guerriers mâles souvent trop enclin à la baston plutôt qu’à la réflexion.

Et baston, il y a pléthore. Dès la première page, on est immergé dans l’anarchie effrénée des batailles, les gerbes de sang qui se noient dans les hurlements, les lames qui sifflent et les membres qui se scindent sous les coups. On retrouverait presque là un hommage au Slaine de Mills et Bisley, ode au carnage et à la poésie martiale.

Au milieu de ce chaos, c’est Conan, juché sur un monticule de cadavres, qui surgit, tel un dieu de la guerre baignant dans son élément. Et il faut bien le dire, il a ainsi fière allure. Les âmes sensibles et les phobiques du sang préfèreront donc se tenir à bonne distance de ce volume. Quant aux autres, qu’ils soient prévenus : la viande hachée est au menu.

Même Arès en frémirait.
© Glénat.

Comme le rappelle la postface, Le Peuple du cercle noir, dont est adapté la BD, est le premier texte aussi long qu’Howard consacre à son personnage. Publié en 1934, il témoigne de la prise de confiance de l’auteur envers ses propres qualités. Il s’agit donc d’une nouvelle très importante dans la mythologie de Conan. L’adaptation proposée par Sylvain Runberg et Park Jae Kwang choisit donc de ne pas s’écarter outre mesure du matériau original, mais constitue plutôt une révérence à celui-ci.

C’est peut-être le principal reproche qu’on puisse lui formuler. Le récit reste assez linéaire et ne cherche pas vraiment à surprendre son lecteur par des incartades. Ce qui ne constitue pas en soit un défaut, mais on aurait apprécié une adaptation un peu plus audacieuse. C’est cependant par son profond respect de l’œuvre que l’album trouve son intérêt, il saura aussi bien ravir les néophytes du Cimmérien que ceux qui arpentent depuis longtemps les vallées de Gurashah.

Huitième opus de la collection que Glénat consacre aux aventures de Conan, Le Peuple du cercle noir est un album de très grande qualité. Pour rappel, la collection de l’éditeur grenoblois a pour vocation d’adapter toutes les nouvelles d’Howard en bande dessinée, en proposant à chaque fois à des auteurs francophones différents de s’emparer de l’œuvre.

Tous les volumes sont indépendants les uns des autres et constituent une formidable fenêtre sur l’univers du plus gothique des guerriers. Le présent tome avait d’ailleurs bénéficié d’une édition noir et blanc grand format, que nous vous présentions en décembre.

Nulle armée ne saurait resister aux Afghulis et à leur impitoyable leader.
© Glénat

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
1 Message :