Coup de cœur de la rentrée : "Gagner la guerre", un tome 2 qui marque le début d’une saga épique.

24 octobre 2019 0 commentaire
  • Le premier tome de "Gagner la guerre" avait divisé les lecteurs : beaucoup avaient plébiscité l'album ; d'autres l'avaient trouvé magnifique, mais à l'intrigue trop embrouillée. Ces derniers ne doivent alors pas manquer le tome 2, qui s'annonce comme un nouveau départ !

Frédéric Genêt, que beaucoup de lecteurs connaissent pour ses séries Mygala et Samurai avec J. G. Di Gorgio, avait frappé fort l’année dernière avec le premier tome de Gagner la guerre, son adaptation du best-seller de Jean-Philippe Jaworski.

D’une remarquable puissance graphique, ce premier album offrait surtout un véritable tour de force scénaristique, car l’auteur avait rassemblé dans un seul volume l’intégralité de Mauvaise Donne, la nouvelle écrite par Jaworski, qui introduit le personnage de Benvenuto Gesufal, avant que le romancier ne décide de lui consacrer par la suite le roman-fleuve de Gagner la guerre.

Coup de cœur de la rentrée : "Gagner la guerre", un tome 2 qui marque le début d'une saga épique.
Dès la première page de ce tome 2, Frédéric Genêt entraîne le lecteur dans les méandres de l’intrigue

Le tome 2 de cette adaptation en bande dessinée marque donc un tournant décisif. À la suite de cette nouvelle qui a introduit le lecteur dans l’univers du Vieux Royaume et le personnage de Benvenuto, Frédéric Genêt s’attaque cette fois au roman qui lui succède, une phase plus longue qui devrait se répartir sur quatre tomes, pour une série qui en compte cinq avec l’opus introductif.

Le lecteur ne doit pourtant surtout pas attendre la suite pour profiter de cette immersion éblouissante : Frédéric Genêt a pensé chaque opus comme une entité quasiment indépendante, dans laquelle on se glisse avec plaisir, telle une couverture dans laquelle on s’emmitoufle : on aime se laisser surprendre par son introduction pleine de suspense et de non-dits, on est captivé par les très nombreuses scènes maritimes et la violence de ses combats, on se délecte des jeux de stratégies qui se tissent dans les alcôves du pouvoir dont le but d’interrompre ou au contraire d’attiser cette guerre. Surtout, on profite pleinement de ces superbes cases qui confèrent toute la dimension d’un univers aussi séduisant qu’addictif.

Une double-page qui impose le conflit au lecteur, dans sa violence et son choc des cultures.

Les lecteurs (et ils sont nombreux) qui ont succombé aux charmes du premier tome, seront ravis de retrouver dans ce nouvel opus les éléments qui ont tant séduit dans le premier volume. Même si, cette fois, l’incroyable architecture style Renaissance du début laisse la place aux ambiances byzantines et surtout maritimes. En compensation, on assiste à un beau combat naval en BD, l’un des plus beaux depuis Bruce Hawker de William Vance, une référence !

Quant à ceux qui se seraient détournés du premier tome, à cause d’échos mitigés ou d’un ressenti embarrassé en raison d’une construction certes intéressante, mais par trop complexe, qu’ils ne se privent surtout du plaisir de renouer avec la talentueuse mise en scène et la richesse graphique déployées par Frédéric Genêt : ce second tome se présente comme un nouveau départ, qu’ils peuvent lire sans crainte d’avoir loupé des éléments du début. Naturellement, le personnage de Benvenuto leur semblera moins complexe qu’en réalité, et le Vieux Royaume moins rutilant. Mais rien ne les empêchera de lire le premier tome par la suite, lorsqu’ils auront été conquis par la force, le suspense, le dépaysement, les intrigues et la magie de ce tome 2.

Les intrigues de palais alternent avec les combats militaires

Gagner la guerre tome 2 est l’un des incontournables de la rentrée ! Nous vous en reparlerons d’ailleurs prochainement avec une interview de l’auteur à l’occasion de l’exposition de ses planches au début du mois de novembre, contemporaine avec la parution attendue de ce tome 2 en édition limitée en noir et blanche... À suivre.

Une "simple" case, ici agrandie, qui donne toute la mesure de l’investissement de l’auteur, ainsi que la dimension et la profondeur de l’univers.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Sur le même sujet, lire notre chronique du premier tome : "Gagner la guerre", quand Frédéric Genêt imagine Benvenuto Gesufal : un régal.

De Gagner la Guerre de Jean-Philippe Jaworski adapté par Frédéric Genêt (Le Lombard), acheter sur
- le tome 1 en version classique (la version N&B est épuisée) chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le tome 2 en version classique chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- le tome 2 en version limité N&B (sortie le 31 octobre) chez BD Fugue, FNAC, Amazon.

  Un commentaire ?