Crime & Châtiment – La belle adaptation d’un classique de la littérature

27 février 2020 0 commentaire
  • Crime et Châtiment fait partie de ces quelques livres que tout le monde connaît mais que peu ont eu le courage de lire jusqu'au bout. Pourtant, nous l'avons tous en mémoire… Une mémoire ravivée aujourd’hui par tout le talent de Bastien Loukia dans une adaptation qui parvient à trouver l'équilibre délicat entre fidélité et originalité, pour ne pas être une simple transcription en dessin mais bien une toute nouvelle œuvre.
Crime & Châtiment – La belle adaptation d'un classique de la littérature
© Bastien Loukia.

Fédor Dostoïevski est un des écrivains majeurs de la littérature russe et mondiale. De par les thèmes qu’il a abordé de livre en livre, on le dit grand observateur de l’âme russe, mais au-delà du cliché, voire même de la caricature, Dostoïevski est surtout le témoin d’une époque qui annonce des révoltes essentielles. Il en est témoin, et il en est aussi acteur : la pauvreté et la misère qu’il décrit ont été son lot quotidien pendant des années.

Résumer ce livre, son plus connu, n’est pas difficile. L’intrigue est linéaire et simple : Rodion Romanovitch Raskolnikov, ex-étudiant sans le sou, est obligé pour survivre de mettre ses maigres biens en gage chez une vieille usurière acariâtre. Une femme, rappelons-le au passage, dont Dostoïevski dit qu’elle "pratique des taux de Juifs". Ici aussi, l’écrivain se fait observateur d’une époque de l’Histoire qui préfigure d’indicibles horreurs.

Et ce jeune homme assassine cette usurière, et la sœur de cette dernière. Pour la voler, certes… Mais surtout parce qu’il ne voit pas pourquoi un tel être mérite de vivre. Et lui viennent ensuite les affres du remord, de la culpabilité, de la peur, de la folie.

© Bastien Loukia.

Chez Fédor Dostoïevski, comme chez la plupart des écrivains russes, les personnages sont nombreux, très nombreux, tous participant pleinement à la trame du roman. Pour éviter de leur donner trop de place, l’auteur de cette BD, Bastien Loukia, a décidé de faire de Raskolnikov à la fois l’acteur et le narrateur de sa propre errance. Cette manière de faire rythme le récit, tout comme sa construction en chapitres et en sous-chapitres.

Mais ce qui marque cet album d’une évidente qualité, c’est la fidélité dont Loukia fait preuve vis-à-vis du texte original. Ce sont les phrases de Dostoïevski qui en forment la musique, une musique sombre qui mène inexorablement à un néant sans rémission !

Le livre de Dostoïevski parle de morale, de ce que Nietzsche appelle le surhomme, de la fragilité d’une vie, voire même de son inutilité face au bien commun. Et pour restituer au dessin ces questionnements essentiels, Bastien Loukia a un trait qui privilégie les visages et les attitudes aux décors, qui simplifie les expressions pour laisser aux mots la place d’exprimer toute leur puissance…

© Bastien Loukia.

Les adaptations d’œuvres littéraires en bande dessinée comme au cinéma offrent souvent des résultats mitigés. C’est une raison de plus pour souligner ici un livre qui réussit à allier originalité et fidélité, qui ne se contente pas de reproduire plus ou moins un modèle précis mais qui réussit à en faire une nouvelle narration vers des horizons communs : ceux de la vie et de ses utilités, de ses erreurs, et de ses mortelles culpabilités.

Le livre de Dostoïevski est à la fois extrêmement réaliste et tristement symbolique. La bande dessinée de Loukia, elle, est à la fois romanesque, psychologique et universelle comme l’était le roman de départ !
Un livre intelligent donc, aux couleurs nous montrant les lumières de quotidiens sans clarté, qui nous prouve une fois de plus que les grands textes sont sans aucun doute les meilleurs compagnons d’une existence soucieuse de ne pas être celle d’un mouton de Panurge !

(par Jacques Schraûwen)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Crime & Châtiment - par Bastien Loukia – Philippe Rey - 160 pages - Sortie septembre 2019

Lire également une autre chronique d’ActuaBD concernant Retour à Killybegs

  Un commentaire ?