Daniel Maghen Enchères et Expertises lance sa première vente

28 septembre 2019 4 commentaires
  • Après avoir exposé les plus grands artistes de la bande dessinée dans sa galerie pendant près de 25 ans, puis œuvré pour les salles de vente Tajan et Christie's, Daniel Maghen ouvre ces jours-ci sa propre maison de ventes aux enchères : "Daniel Maghen Enchères et Expertises". Sa première vacation a lieu en ce début du mois d'octobre, les œuvres étant déjà visibles dans sa galerie, rue du Louvre à Paris.

Il avait ces dernières années réalisé les plus belles vacations de la maison de vente Christie’s dans le domaine de la bande dessinée. Dans les prochains jours, le galeriste parisien prend son indépendance. Logique : il portait l’essentiel du travail de la vente : la recherche des pièces, la réalisation des catalogues, l’accrochage des expositions, et apportait plus de 90% de la clientèle. En face, ses interlocuteurs étaient de plus en plus rétifs à réaliser les catalogues monographiques (Rosinski, Mirallès...), élément distinctif qui caractérisait sa démarche commerciale.

La frilosité de la maison de vente suite à ce qu’il est convenu d’appeler « l’Affaire Jacobs » (toujours en cours d’instruction et où le galeriste n’est pour l’heure pas mis en cause) a été un élément de cette rupture. Ce manque de soutien l’a décidé à sauter le pas. « Les auteurs et les collectionneurs continuent de me faire confiance, commente-t-il brièvement. L’affaire suit son cours, je ne suis pas inquiet puisque j’ai des arguments tout à fait valables : j’ai acheté les planches de bonne foi, sur facture. S’il y avait eu un problème majeur, je n’aurais pas pu monter ma maison de vente aux enchères... »

Daniel Maghen Enchères et Expertises lance sa première vente
Daniel Maghen devant deux des plus belles pièces de cette vente.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Pour preuve : avec Hergé, Franquin, Moebius, Albert Uderzo, Morris, Grzegorz Rosinski, Art Spiegelman, Jacques Martin, Hugo Pratt, Marcel Gotlib, André Juillard, Hermann, Yslaire, Tezuka, Milo Manara, William Vance, Enrico Marini, Sempé, Enki Bilal, Didier Conrad, Jacques Tardi, Philippe Francq ou encore Charles Burns et bien d’autres encore, pour cette première vente, Daniel Maghen a réuni des pièces de choix, et ce n’est de nos jours pas chose aisée : "la difficulté de monter un catalogue comme celui-là, c’est qu’il faut aller chercher des pièces chez 100, 200, 400 collectionneurs..."

Sur ce tableau de chasse, une couverture originale de Tintin pour Le Petit Vingtième, mettant en scène le héros d’Hergé face au « monstre » de L’Île noire, une pièce estimée entre 270 000 et 300 000 euros, dédicacée à un proche par le créateur du célèbre reporter. Une pièce de musée.

Une exceptionnelle couverture originale de Tintin par Hergé, pour le Petit Vingtième n°6 du 10 février 1938

On retrouve aussi une « rarissime couverture » de Spirou & Fantasio signée Franquin, celle du 24e tome de la série, Tembo Tabou. Dans cette aventure, nos deux héros viennent en aide à des pygmées réduits en esclavage par des bandits qui convoitent leur or. En son centre, un magnifique pachyderme. C’est le Franquin animalier dans toute sa splendeur. Une pièce quant à elle estimée entre 180 000 et 200 000 €.

En couverture du catalogue, l’exceptionnel dessin de Franquin pour "Tembo Tabou".
© Franquin, Éditions Dupuis.

Mais l’auteur invité qui fait scintiller cette vacation est sans conteste André Juillard, un artiste majeur du 9e Art. Il bénéficie, comme il est de tradition dans les ventes Maghen, de son propre catalogue, un ouvrage très complet truffé d’informations inédites, dont les commentaires d’artistes contemporains et compagnons de route du dessinateur tels que Pierre Christin, Jean-Claude Mézières, Patrice Pellerin, Régis Loisel, Yves Sente ou encore Loustal. Pour Daniel Maghen, ce n’est pas un simple catalogue "On est allés très loin sur le catalogue Juillard, c’est une publication qui relève davantage de la démarche historique, qui permet de laisser une trace de ce que représenter le travail de l’auteur, plutôt qu’une démarche purement commerciale."

Le magnifique catalogue Juillard

Les 226 lots de cette vacation sont exposés à la Galerie Daniel Maghen, du 25 septembre au 11 octobre 2019, date à laquelle la vente aura lieu dans les locaux de la Maison de l’Amérique Latine, boulevard Saint-Germain, à 18h00. Si vous souhaitez observer les pièces avant achat, ou simplement admirer -gratuitement pour le coup- les œuvres des plus grands maîtres de la bande dessinée, c’est le moment de passer par la rue du Louvre.

Les pièces des deux catalogues de l’exposition sont d’ores et déjà disponibles EN LIGNE SUR DROUOT DIGITAL. Les catalogues imprimés sont disponibles quant à eux dans différents points de vente, à la galerie Daniel Maghen et sur son site internet, ainsi qu’en Belgique à Bruxelles, dans les librairies Brüsel Flagey, Filigranes et Multi BD.

Le montage de l’exposition.
Photo : Galerie Daniel Maghen

Voir en ligne : LA VENTE EN LIGNE SUR DROUOT DIGITAL (catalogue téhéchargeable)

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Exposition de la vente "Bande dessinée & illustration" - du 25 septembre au 11 octobre 2019 - 10h30 à 19h00 - Galerie Daniel Maghen - 35 rue du louvre, 75001 Paris

Vente le 11 octobre 2019 - Maison de l’Amérique Latine - 19h00 - 217 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Daniel Maghen Enchères et Expertises lance sa première vente
    28 septembre 08:50, par Laurent Colonnier

    C’est pratique la méthode Coué...

    Cette couv de Spirou m’a fait rêver, il y a quelque chose de magique dans le trait de Franquin. Dès que je revends une ou deux pages de B&M, je l’achète...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 28 septembre à  11:06 :

      Monsieur Colonnier, ne soyez pas jaloux de la réussite d’un honnête homme dans la bande dessinée. Puisque Monsieur Maghen vous dit qu’il a acheté "les planches de bonne foi, sur facture".

      Répondre à ce message

  • La frilosité de la maison de vente suite à ce qu’il est convenu d’appeler « l’Affaire Jacobs » (toujours en cours d’instruction et où le galeriste n’est pour l’heure pas mis en cause) a été un élément de cette rupture.

    Pas mis en cause ? Maghen a été mis en examen par la justice belge qui a aussi procédé à quelques saisies conservatoires.
    Son inculpation a été publiée dans la presse belge. Vérifiez vos informations.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 5 octobre à  12:51 :

      C’est vous qui êtes très mal renseigné. L’enquête est en cours, aucune condamnation, même vis à vis du principal acteur de cette histoire, M. Philippe Biermé, n’est pour l’heure prononcée.

      Qu’il y ait des saisies conservatoires, c’est logique. Le fisc se protège comme il peut. Une mise en examen est une mise en examen, en aucun cas une condamnation. Vos insinuations vaseuses "lues dans la presse" ne reposent sur aucun fondement.

      Laissez la justice faire son travail. M. Maghen a plusieurs fois affirmé qu’il n’avait rien à se reprocher dans cette affaire. Nous nous en tenons aux faits et nous affirmons que nous sommes mieux renseignés que vous. Nous reviendrons d’ailleurs sur ces questions quand l’actualité judiciaire le commandera.

      Répondre à ce message