Dans la collection des joyaux de Jijé, deux planches inédites publiées après 74 ans !

  • L'expert et grand collectionneur François Deneyer a entrepris depuis 2014, année centenaire de l'artiste Joseph Gillain alias Jijé (13 janvier 1914 - 19 juin 1980), la publication de dix chefs d'oeuvre de celui qui fut le fondateur de l'Ecole de Charleroi, et la première grande figure de l'âge d'or de Spirou. "Un choix très personnel" parmi les 80 livres qu’il a réalisés tout au long de sa carrière. Avec la publication de Blondin & Cirage : Kamiliola, Deneyer revient sur les débuts de cette série fondatrice de l'œuvre du maître.

Gloire aux collectionneurs : ce sont eux les premiers conservateurs du patrimoine. Grand connaisseur de la bande dessinée belge, François Deneyer voue depuis de nombreuses années une passion pour Jijé. Il avait créé un Musée Jijé qui a dû fermer ses portes pour ne plus constituer qu’une galerie virtuelle sur Jijé.org.

Ayant créé à Bruxelles la Maison de bande dessinée, une librairie reprise par Geoffroy del Marmol, il consacre son temps ces dernières années à publier des éditions enrichies des chefs d’œuvre de son auteur favori, dont il est l’expert incontesté. On en sait quelque chose sur ActuaBD où l’implacable "fd" corrige la moindre bévue que l’on pourrait commettre à son propos.

Tout à sa passion, Deneyer a lancé en 2014 un travail de réédition de ses meilleurs albums, selon lui :
1. Jerry Spring - Golden Creek
2. Jerry Spring - Yucca Ranch
3. Jerry Spring - Lune d’Argent
4. Blanc Casque
5. Jean Valhardi - Soleil Noir
6. Jean Valhardi - Le Gang du Diamant
7. Blondin et Cirage - Kamiliola
8. Blondin et Cirage - Silence on Tourne ! (à paraître en novembre 2016)
9. Tanguy et Laverdure - Les Vampires attaquent la nuit + La Terreur vient du ciel (à paraître en avril 2017)
10. Baden Powell (à paraître en novembre 2017)

À chaque fois, l’histoire paraît en noir et blanc, laissant transparaître la maîtrise du dessinateur belge qui excelle dans ses scènes de nuit. En suppléments, des reproductions de 15 à 25 planches originales où l’on peut voir de près ses gestes et ses repentirs et parfois les outrages de coloristes des ateliers Dupuis qui s’en servaient pour apprendre les couleurs. Le tout accompagné de dossiers savants concoctés par l’expert-éditeur. Ces albums cartonnés au format 37 x 27 cm ont un tirage qui varie entre 150 et 300 exemplaires par titre selon la série et chaque volume est vendu au prix de 159 euros incluant un ex-libris reproduisant une couverture d’album de Jijé dessinée par un dessinateur contemporain.

Le 7e volume de la collection, paru juste avant l’été, est consacré l’épisode Kamiliola de la série Blondin et Cirage. Outre un dossier d’une précision démoniaque sur les circonstances de sa création, il comporte dans ses bonus les scans de deux planches originales complètement inédites d’une histoire faisant suite à l’épisode «  Jeunes Ailes  » publié dans Petits Belges en 1942. Nous les reproduisons ci-contre.

Dans la collection des joyaux de Jijé, deux planches inédites publiées après 74 ans !

Ces deux planches forment en réalité une seule. Il faut lire le début de l’histoire à gauche et la suite sur la planche de droite. Curieuse façon de faire qui est léiée à la méthode de clichage des éditions Averbode qui ne pouvait prendre en compte que les petits formats, mais qui a pourtant été celle de toutes les aventures de Blondin & Cirage dans Petits Belges.

"Je pense que c’est inouï après 74 ans de retrouver une trace d’un récit dont personne n’a jamais entendu parler  !" nous écrit Deneyer. De fait, c’est particulièrement émouvant, et cela nous rappelle combien la carrière de ces géants a pu être fragile, semée de doutes et de résignations. On l’oublie parfois en regardant ces planches sublimes.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • L’ingénieur en aéronautique qu’on découvre dans l’avant-dernière case n’est-il pas une quasi-citation graphique de M. Legrand, le père des Jo et Zette d’Hergé ? Ce serait assez goûteux, quand on connaît la querelle qui a opposé les deux auteurs.
    Note : il serait peut-être bon d’expliquer d’emblée dans quel sens ces deux pages doivent être lues (et/ou de les positionner côte à côte) ? Bien sûr on finit par l’établir soi-même, mais au prix d’un moment de doute...

    Répondre à ce message

    • Répondu par francois d le 28 août 2016 à  12:16 :

      la création du père de Blondin et Cirage, Monsieur Lenoir, remonte à l’histoire de Blondin et Cirage en Amérique en 1939 (publiée dans le journal Petits Belges) où les enfants retrouvent leur père emprisonné dans un décor de far-west.
      son aspect physique a évolué en trois-quatre ans pour ressembler - ici en 1942 -, c’est vrai, à Monsieur Legrand de la série Jo, Zette et Jocko créée en 1936.
      Jijé créera un personnage presque similaire (l’explorateur Moulineau) dans son Trinet et Trinette dans l’Himalaya (également en 1939, dans le Journal de Spirou).
      il est donc possible et vraisemblable qu’il y ait une inspiration graphique issue de l’oeuvre d’Hergé. en tous cas, Jijé l’a reconnu pour la création de Jojo, ses débuts en bande dessinée en 1936.
      il a toutefois démontré par la suite qu’il avait trouvé son propre style en fournissant de très belles pages dans le Journal de Spirou (Don Bosco, Valhardi, Spirou, Baden Powell, Jerry Spring, etc.
      fd

      Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 28 août 2016 à  12:53 :

      Vous avez raison, on a corrigé cette bévue, en donnant l’explication en prime !

      Répondre à ce message

  • Belles pages avec des petites trouvailles graphiques, comme toujours chez Jijé. Ce qui est admirable chez lui, c’est qu’il réinvente sans cesse sa manière de dessiner mais que cela ne nuit jamais à la limpidité de la lecture. Quelque chose qui oscille entre maîtrise du geste et lâcher prise.
    Ces deux pages, il faut les lire à l’italienne. Comment ont-elles été publiées en 1942 ? Sur deux pages en vis-à-vis sur ou sur une seule page à l’italienne ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par francois d le 28 août 2016 à  14:38 :

      elles n’ont pas été publiées, donc inédites.
      par contre, les épisodes précédents étaient publiés en pages centrales des Petits Belges avec lecture à l’italienne.
      fd

      Répondre à ce message

      • Répondu le 28 août 2016 à  16:37 :

        Au temps pour moi, je n’avais pas bien compris l’article. Merci pour vos précisions !

        Répondre à ce message