Dans la sélection d’Angoulême, l’étonnant « Coda » de Simon Spurrier et Matías Bergara

4 décembre 2020 0 commentaire
  • C’est un impressionnant volume que ce Coda qui figure dans la sélection officielle du Festival de la bande dessinée d’Angoulême. Mais ce qui impressionne le plus d’entrée dans Coda (Ed. Glénat), c’est la puissance graphique qui se dégage de ce Seigneur des Anneaux à la sauce Don Quichotte. Pas étonnant qu’il ait tapé dans l’œil du jury de sélection d’Angoulême.

La Ténèbre a triomphé. La magie du monde a été anéantie dans une apocalypse sans merci dans lequel progresse, le barde Hum, oui c’est son nom car il n’est pas causant, il se contente de marmonner des mmmh d’approbation sans autre forme de commentaire. Il est prêt à tout, Hum et son Pentacorne -une licorne à cinq cornes- qui l’accompagne. La bestiole, commandée par un simple anneau, peut transformer en monstre irascible déchiquetant n’importe quel ennemi si son maître est en danger.

Les aptitudes de Hum ne passent pas inaperçues et notre paladin se retrouve bientôt enrôlé malgré lui dans une garde prétorienne, certes prestigieuse, mais dans laquelle il doit faire ses preuves, lui qui n’est pas spécialement séduit par une carrière d’homme de main. Jusqu’à rétablir le beau et le bien ? Possible, mais il n’en a rien à battre : ce qui l’intéresse, c’est de sauver l’âme de son épouse défunte. Mais le destin est facétieux…

Dans la sélection d'Angoulême, l'étonnant « Coda » de Simon Spurrier et Matías Bergara
© Boom / Glénat Comics

Nominé aux Eisner-Awards dans la catégorie série, ce comic book est conduit par des pointures : Simon Spurrier (X-Men, StarWars, The Power of the Dark Crystal,The Spire, Godshaper…) au scénario et Matías Bergara (Dengue, Cannibal, John Constantine, Hellblazer, Supergirl, …) au dessin.

Avec ses récitatifs en voix off, le Britannique Spurrier s’inscrit dans la lignée d’un Alan Moore pour sa trame sophistiquée à la forte résonance symbolique et dans celle d’un Grant Morrison dans sa faculté à décocher des dialogues pénétrants comme des carreaux d’arbalète.

© Boom / Glénat Comics

Mais la vraie magie tient au dessin : l’Uruguayen Matías Bergara est tout simplement brillant quand ses cases éclatent en splash pages sous les coups de ses protagonistes. Avec lui, la Fantasy a trouvé un jeune maître qui n’est pas le padawan de l’année mais dont on découvre ici toute la maestria d’un graphisme fougueux.

© Boom / Glénat Comics

Un prix à Angoulême serait pour ces deux auteurs une reconnaissance méritée.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Coda – Omnibus – Par Simon Spurrier et Matías Bergara – Glénat Comics – 25,95€

  Un commentaire ?