Newsletter ActuaBD

Dans la tête de Charel Cambré – Un auteur prolifique s’expose au Centre Belge de la Bande Dessinée

  • Le Centre Belge de la Bande Dessinée veut s’inscrire dans une démarche éclectique, d'ouverture. Montre la richesse du neuvième art dans le cadre étroit de la Belgique.

Jusqu’en novembre prochain, vous pourrez pénétrer, dans l’institution de la rue des Sables à Bruxelles, au sein de l’atelier de Charel Cambré. Un auteur venu du nord du pays et qui, depuis le début des années 1990, n’arrête pas de dessiner ! Un auteur heureux de pouvoir montrer son travail un lieu comme le CBBD !

Charel Cambré est un auteur étonnant. Et cette exposition permet d’en découvrir toutes les facettes. Tous les talents, ai-je envie de dire, toute sa capacité à être populaire avec le sourire, avec un évident plaisir, aussi, à ne pas se limiter à un seul genre, à un seul style.

Dans la tête de Charel Cambré – Un auteur prolifique s'expose au Centre Belge de la Bande Dessinée

Cela dit, force est de reconnaître que, en France comme du côté francophone de la Belgique, la BD flamande est peu connue. Toute la culture flamande en fait, il faut oser le dire ! J’en veux comme exemple l’écrivain Pieter Aspe, mort il y a peu, et qui n’a été traduit en français que par un éditeur de l’hexagone qui a découvert l’auteur grâce à une traduction... en allemand ! Plusieurs de ses romans ont d’ailleurs été adaptés en bande dessinée, mais uniquement en néerlandais !
Quelle est la cause de ce manque d’intérêt, de curiosité, même ?
Il y a certainement des tas de raisons, éditoriales, culturelles, valables et moins valables (surtout) à cet état de fait.

Charel Cambré, lui, a vu certains de ses albums (très peu !) traduits en français. Il faut dire que sa façon, avec le scénariste néerlandophone Legendre, de moderniser les personnages mythiques de Bob et Bobette, de les rendre adultes, dans le trait comme dans le contenu de leurs aventures, méritait le détour.
Mais il faut bien avouer que les Francophones n’ont pas toujours l’œil ouvert sur la « création » au-delà de la frontière linguistique ! Question de culture ? D’approche du média « BD » ?... Oui, aussi, sans aucun doute…

Charel Cambré ajoutait qu’on ne peut pas aimer ce qu’on ne connaît pas !
Et il est vrai que très souvent la bande dessinée flamande s‘ancre très fort dans la réalité quotidienne de ses lecteurs. Elle ne se différencie pas, tout compte fait, de ce que le cinéma flamand était dans les années 1970, avec des films comme Pallieter ou Louisa un mot d’amour, ou Mira… Des films qui, à l’époque, ont paru « vulgaires » à quelques critiques francophones du Plat Pays !

De la même manière, la bande dessinée flamande est souvent considérée au sud de la petite Belgique comme uniquement « populaire », dans le sens péjoratif du terme. Pourtant, il existe aussi des auteurs comme Judith Vanistendael qui font de la BD moderne, sans pour autant renier leur culture profonde !
D’ailleurs, le fait d’être populaire n’est pas un défaut, loin s’en faut ! Les origines de la BD sont à explorer dans des œuvres qui ne cherchaient qu’à intéresser monsieur et madame toutlemonde, et leurs enfants…

Charel est un auteur populaire et extrêmement éclectique. Son humour, souvent déjanté, reste toujours à la portée de tout le monde. Il s’amuse et amuse… Hormis Bob et Bobette, il est l’auteur de Albert & co, de Filip en Mathilde (une série sur la famille royale, une dizaine d’albums, quand même), d’une adaptation en BD d’une série télévisée flamande, de bien d’autres séries populaires aussi, et, également, de caricatures politiques particulièrement réussies !

On lui doit aussi trois albums des aventures de Spirou, qui ne sont parus qu’en néerlandais… Et qui, pourtant, auraient largement leur place dans une version francophone ! Spirou est un personnage emblématique de la bande dessinée belge,. Pourquoi ses aventures imaginées par des Néerlandophones ne plaisent pas aux éditeurs francophones ?

(par Jacques Schraûwen)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Dans la tête de Charel Cambré, une expo jusqu’en novembre, à Bruxelles, au Musée de la bande dessinée, rue des sables… Commissaire de l’exposition : Kurt Morissens

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Le Spirou de Cambré est frais, rafraichissant. Il s’inscrit parfaitement dans la ligne éditorial de Dupuis francophone. Il est aussi un formidable hommage à l’esprit Franquin, et Tome et Janry. Alors pourquoi les éditions Dupuis ne veulent-ils pas rééditer les tomes sur le marché français ? Les 3 albums peuvent paraitre en one-shot ou même dans la série originale. Ils sont pour moi meilleurs que les derniers tomes....

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pol le 5 juillet à  07:37 :

      Parce que son Spirou arbore le R de Robbedoes et pas le S de Spirou, du coup ça ne veut rien dire en français, et ce R est directement sur le dessin, donc pas corrigeable.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Nicolas GRAPPIN le 5 juillet à  19:32 :

        Non ce n’est pas pour cette fausse explication... Achetez les 3 albums de Robbedoes en langue originale....

        Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD