Dans les têtes de Stéphane Blanquet à la Halle Saint-Pierre

21 juillet 2020 0 commentaire
  • Étrange, angoissant, poétique, choquant,... Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier l'oeuvre protéiforme de Stéphane Blanquet. On le connaissait auteur de bande dessinée avec "Le Lombric" ou "La Vénéneuse aux deux éperons", figure incontournable du fanzinat et de l'édition underground avec "La Monstrueuse" ou "Chacal Puant", ou encore réalisateur de court métrage avec son "Mélange des couleurs" en 2005... La Halle Saint-Pierre à Paris nous propose de découvrir toutes ces facettes et bien d'autres avec l'exposition "Dans les têtes de Stéphane Blanquet".

Le travail de Blanquet sait indéniablement marquer les esprits. Ses oeuvres, qu’elles soient narratives ou non, sont toujours emplies de poésie et de mystère, et dotées d’une élégance certaine. Sa capacité à faire varier son travail en migrant d’un médium à l’autre, tout en conservant un style personnel reconnaissable entre mille, est assurément l’une de ses plus grandes forces.

Dans les têtes de Stéphane Blanquet à la Halle Saint-Pierre
© Stéphane Blanquet.

Impossible donc de manquer l’exposition que lui consacre la Halle Saint Pierre du 5 septembre 2020 au 30 juillet 2021, qui laisse se déployer son univers torturé et angoissé. Il explique lui-même l’origine de cette exposition : « C’est à l’intérieur de soi que ça se passe, à l’intérieur de moi que sont mes images, mon univers, mes univers. Une tête ne suffit pas à contenir toutes mes envies, il m’en faut toujours plus, comme à mon habitude, plus de tout, plus de couleurs, plus d’espace, et évidemment plus de têtes. Plus d’univers nécessite / appelle / exige / signifie plus de têtes. Dans les têtes de Stéphane Blanquet - dans mes têtes ».

Un besoin frénétique d’exprimer, de créer, de raconter, voilà ce qui motive une exposition qui promet de marquer, voire même de traumatiser son public. Car l’univers de Blanquet n’est pas tout rose, bien au contraire. Il est fait de silhouettes ténébreuses et déformées, inhumaines, perverties et cauchemardesques, autant d’incarnations du vice et de la déviance, du monstrueux et de l’obscène. Mais le désespoir et l’apathie n’y ont pas leur place, bien au contraire. Blanquet célèbre la libération des corps, la joie de vivre et d’errer, parfois dans le plaisir, souvent dans la souffrance.

Dessins, photographies, tapisseries, sculptures, l’exposition fera la part belle à la créativité explosive de l’artiste, qui s’est attaqué à d’innombrables médiums avec un brio incontestable.

Et à partir du 11 janvier 2021, carte blanche lui sera donnée pour qu’il invite des artistes de son choix, partageant sa sensibilité et son goût pour une "humanité souterraine". Un freak-show inoubliable à n’en point douter... Nous y reviendrons.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

"Dans les têtes de Stéphane Blanquet", exposition à la Halle Saint Pierre 2 Rue Ronsard, 75018 Paris, du 5 septembre 2020 au 31 juillet 2021.

Lire également sur ActuaBD :
- Stéphane Blanquet : des "Guimauves" à plein crocs (électriques)
- "La Tranchée Racine Hebdomadaire" - Par Stéphane Blanquet & United Dead Artists

  Un commentaire ?