Dargaud et le Chinois ComicFans s’unissent dans Urban China

24 mars 2014 0 commentaire
  • Vendredi s'est signé entre le groupe Dargaud et le Chinois Comicfans un accord de co-entreprise aux fins de développer un label commun, Urban China, qui se destine à produire des manhua pour le marché international, dont la France.

M. Jin Cheng, le patron de comicfans, n’est pas tout à fait un inconnu pour les lecteurs français avertis, il publie en Chine le dessinateur chinois Benjamin, le talentueux créateur de Orange, ou encore JiDi, la créatrice de My Way publiés naguère chez Xiao Pan.

Avec François Pernot, patron du pôle image de Média-Participations, il a signé solennellement, ce vendredi 21 mars au Salon du livre de Paris, un joint-venture pour le développement en France d’un label de manhua [équivalent de manga, mais pour les bandes dessinées chinoises. NDLR] : Urban China. "Nous partageons la même vision stratégique, nous dit M. Jin Cheng. Média-Participations a une expérience et un savoir-faire sur le marché français, européen et international. Plutôt que d’acquérir des droits d’auteurs européens en Chine, nous allons travailler davantage sur les auteurs chinois et aider à promouvoir la bande dessinée chinoise en Europe. C’est très important pour nous et c’est ce qui nous a poussé à nous allier avec Media-Participations."

Dargaud et le Chinois ComicFans s'unissent dans Urban China
Dirigé par l’auteur de BD Jin Cheng, Comicfans est un groupe chinois indépendant publiant 10 magazines et 400 ouvrages de BD par an
(c) Comicfans
La revue Comic World tire à 3 millions d’exemplaires par mois
(c) Comicfans

Après avoir examiné les différentes possibilités de développement sur le marché chinois, Média-Participations et en particulier sa filiale Dargaud ont en effet jeté leur dévolu sur la société du dynamique M. Cheng qui a l’avantage d’être un éditeur cantonais privé et indépendant fortement investi dans la bande dessinée, le cinéma d’animation, les jeux vidéo sur mobiles et leurs produits dérivés. Il édite des magazines de BD, dont Comic World dont le tirage avoisine les 3 millions d’exemplaires vendus chaque mois.

Dessinateur reconnu dans son pays (on lui doit notamment La Jeune Ming), Jin Cheng est aussi éditeur depuis 1997. Il a créé la société Guangzhou Comicfans Culture Technologie, lancé en 2004 le Prix du Dragon d’or de la BD et du film d’animation. Sa société organise notamment le Festival International de la bande dessinée de Guandong, le plus important événement de ce genre en Chine. Le 5 août de chaque année, le Comicfans Day multiplie les événements, pour la plupart destinés à animer des causes humanitaires, mais aussi pour la promotion de la bande dessinée et du cinéma d’animation dans le pays.

Le dernier album de JiDI, encore inédit en français.
(c) Comicfans

Comment ces deux sociétés travailleront-elles ensemble ? "Nous allons marcher un pas après l’autre, nous dit M. Cheng. Premier pas : travailler sur un catalogue chinois existant de qualité qui a une potentialité sur le marché international en vue d’une publication assez rapide. Vous savez, chaque mois, nous publions dix magazines de BD différents, 400 nouveaux ouvrages paraissent chaque année dans notre maison d’édition, ils tirent en moyenne à 50 000 exemplaires au titre. Notre distribution passe par un réseau national qui se déploie auprès de distributeurs régionaux dans chaque province. Il y a l’équivalent des chaînes comme la FNAC, des kiosques installés dans toutes les grandes villes, ce qui nous donne à peu près mille points de vente, mais nous avons aussi une importante part de ventes en ligne, sur Internet."

Parmi les premiers titres que M. Cheng espère voir publiés en France, il y a ceux de la dessinatrice Xia Da qui a déjà publié six tomes de sa collection Long Song en Chine, vendus chacun à plus d’un million d’exemplaires.

Pour le moment, cette collaboration est à sens unique. Débouchera-t-elle sur un véritable échange entre les manhua et la bande dessinée ? L’avenir nous le dira.

Jin Cheng nous montre une page de Xia Da, l’une des auteures best-seller de sa maison qu’il espère voir publiée en France.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?