Darnand T1&T2 par Bedouel et Perna - Rue de Sèvres

7 octobre 2018 0 commentaire
  • Joseph Darnand fait partie de ces personnages attachés aux heures les plus sombres de notre histoire. Comment faire d’un salaud le héros d’une bande dessinée et éviter toute complaisance avec le discours nauséabond du personnage ? Un projet ambitieux qui n’est pas sans risque !

Héros célébré pour sa bravoure au cours du première guerre mondiale comme sous officier d’élite, ce soldat charismatique se montra à plusieurs reprises prêt à tout pour sauver ses hommes. Comment cet homme qualifié « d’artisan de la victoire » et décoré de la légion d’honneur à tout juste vingt ans en 1918 est-il devenu l’un des plus ignobles artisans de la collaboration ?

En rejoignant la milice dès les débuts du second conflit mondial, ce « patriote » persistera dans l’illusion de poursuivre le combat autrement. Homme violent et brutal, il trouvera dans la milice et son idéologie fasciste une expression à la noirceur de son âme. C’est du moins le genre de portrait que proposent Fabien Bedouel et Patrice Perna dans ce biopic décliné en trois tomes.

Dans le second, qui vient de paraitre, nous sommes en 1943 ; c’est le moment où la Résistance française prend contact avec Ange, un ancien compagnon d’arme de Darnand pour approcher celui qui est devenu le chef de la Milice. Les alliés sont alors encore convaincus de pouvoir le « retourner » et de le faire rejoindre leur camp. Ange est donc chargé d’infiltrer le mouvement.

Arrêté par la Milice, Ange subit des interrogatoires, et finit par retrouver son ancien compagnon. Malgré ces retrouvailles Darnand, homme de principe, persiste à suivre ses propres valeurs et travaille au rapprochement avec l’Allemagne nazie. Suite à l’échec de cette tentative , on demande à Ange de l’éliminer. Sa mission prend une tournure inattendue.

Darnand T1&T2 par Bedouel et Perna - Rue de Sèvres
La narration et le découpage privilégient la restitution de l’atmosphère de l’époque.

Comment un individu ignoble, violent et raciste peut-il devenir le héros d’une bande dessinée tout public ? À l’heure des nouvelles polémiques qui agitent le monde de l’édition concernant notamment la réédition d’ouvrages sulfureux, le pari des auteurs semble particulièrement osé. Plus de soixante ans après les faits, certaines plaies sont loin d’être refermées ! Les controverses qui agitent encore l’opinion à propos des heures les plus sombres de la dernière guerre laissent peu d’espace aux initiatives éditoriales.

Éviter la caricature et la complaisance, rester crédible sans contredire la vérité historique, l’entreprise s’avère souvent difficile et non sans risque. Néanmoins, Patrice Perna est parvenu à un juste équilibre entre réalité et situations romancées, l’objectif du projet ne revendiquant pas d’être une restitution historique.

Darnand, comment un héros devient un salaud.

Plus qu’une biographie ou une leçon d’histoire, les auteurs se sont attachés à susciter une interrogation chez le lecteur. La trajectoire de Darnand, du soldat hors pair au salaud raciste et brutal, invite à remonter aux sources mêmes de l’extrême droite française. Mélange de patriotisme et de racisme, refus de la défaite et du pacifisme, l’engagement des hommes de cette trempe a de quoi interpeller encore aujourd’hui.

Darnand ne refuse pas de se battre , bien au contraire sa fascination pour la violence, son refus de baisser les bras, son absence d’émotion le conduiront au pire. Sans regret apparent ! La froideur et la distance avec lequel le personnage est traité ne laissent aucune ambiguïté, la fiction venant en appui d’un discours direct et lucide. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une leçon d’histoire, la lecture de ce Darnand scénarisé par Perna et dessiné Bedouel reste utile et salutaire.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Commander le premier tome chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?