BD d’Asie

De nous, il ne restera que des cendres, T.3 - Par Akira Kasugai – Édition Kana

Par Malgorzata Natanek le 12 novembre 2022                      Lien  
Une nouvelle victime du tueur rapproche Yû de son identité. Celle-ci est protégée par des ennemis, ce qui complique tout. Un tome qui apporte des réponses et pas mal d’action.

Une jeune fille est assassinée et il lui manque son annulaire comme pour la sœur de Yû. Ce meurtre entraîne le jeune tueur à enquêter avec un journaliste nommé Chihiro qu’il aide lors d’une agression. La piste ne mène à rien car quelqu’un semble tout faire pour empêcher le héros de découvrir la vérité. L’étau se resserre sur l’identité du tueur au tatouage mais le danger devient plus fort que jamais.

La découverte du cadavre déclenche de nombreux évènements. Elle pousse Yû et Chihiro à creuser une affaire gênante en lien avec l’objectif du héros. Celle-ci amène des réponses mais également des ennemis qui pourchassent nos enquêteurs. En effet, l’identité du meurtrier est camouflée, car c’est un sujet sensible.

Peu à peu, le criminel est dévoilé avec une mise en scène réussie. Il est entraperçu dans plusieurs cases sans que son visage apparaisse, puis les planches basculent sur le tatouage du patron de Yû et sur le rôle de la pègre chinoise.

De nous, il ne restera que des cendres, T.3 - Par Akira Kasugai – Édition Kana
De nous, il ne restera que des cendres planche
© Akira Kasugai / Kana éditions

Aussi, le déroulement du scénario conduit Yû à se méfier encore plus de son entourage qu’il soupçonne de lui mentir, source de tensions. Il comprend très vite que quelqu’un l’empêche de savoir ce qui se trame. Sa patience qui atteint ses limites et son manque de tolérance pour les agressions commises sur des femmes le font agir de façon risquée. C’est ce qui déclenche une scène d’action intense dont la conclusion, bien qu’ironique, a une réelle importance.

De plus, Akira Kasugai introduit un nouveau personnage-clé en la personne du journaliste. C’est une personne gentille et plutôt naïve qui n’a rien à faire dans le monde de la pègre. Il rend le thriller plus vivant et apporte un contraste à l’univers sanglant dans lequel évolue le jeune héros. C’est grâce à lui que Yû récolte des informations et se rapproche de sa vengeance. Le duo qu’ils forment marche vraiment bien et donne lieu à des scènes intéressantes.

À ses côtés, Yû dévoile l’aspect d’un garçon normal et nous rappelle que c’est un adolescent avant d’être un tueur à gage. Ce qui rend la situation particulièrement amusante, c’est que Chihiro cherche à l’origine, pour un article, une célèbre tueuse à gage qui est en réalité à ses côtés. Les deux personnages se complètent bien avec Chihiro qui est très expressif et souriant alors que Yû reste assez sérieux et méfiant.

De nous, il ne restera que des cendres planche
© Akira Kasugai / Kana éditions

Par ailleurs, cet avant dernier tome met plus en avant les personnes qui entourent le jeune garçon notamment son patron Wang. Ce dernier parait difficile à cerner et cache quelque chose mais, en même temps, exprime un côté plus tendre et souriant. Ses expressions et ses interactions soulèvent des questions sur sa personnalité, le rendant ainsi intéressant. D’ailleurs, il prend une décision étonnante et touchante au cours de ce volume qui en dit long sur sa relation avec le protagoniste, un événeemnt bien souligné dans les flashbacks du tome 2.

En revanche, le nombre d’évènements qui s’enchaînent et le temps accordé à certains personnages auraient pu être davantage exploités. Le dernier chapitre est marqué par un manque de transition frustrant après une scène d’action et de révélations significatives.

De nous, il ne restera que des cendres planche
© Akira Kasugai / Kana éditions

Un tome riche en rebondissements avec des scènes toujours aussi bien réalisées et des dessins de qualités, en dépit de certaines maladresses scénaristiques. L’apparition de Chihiro ajoute de la profondeur au récit et impacte réellement Yû avec qui s’exprime une bonne complicité. Le lecteur a enfin le droit à des révélations attendues depuis le début avec une mise en scène qui accroche. Les interactions entre Yû et ses proches sont plus développées et agréables à suivre. La fin du tome 3 donne envie de lire la conclusion de De nous, il ne restera que des cendres.

(par Malgorzata Natanek)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782505113560

PAR Malgorzata Natanek  
A LIRE AUSSI  
BD d’Asie  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD