Newsletter ActuaBD

De sueur et de sang - Tombelaine, n°3 - Capo et Chaillet - Casterman

  • 1900. Une année folle. A Paris, c'était la fête, on inaugurait l'Exposition Universelle, la vie était facile, légère, gaie... Oui, mais en 1900, la vie n'était ni facile, ni légère, ni gaie partout. En Chine, une insurrection commençait. L'Histoire allait s'en souvenir grâce au siège de Pékin par les Boxeurs, un épisode qui restera gravé dans la mémoire de tous grâce à l'admirable film "Les 55 jours de Pékin".

Victime d’un chantage diabolique, Quentin Fortune a dû quitter brutalement sa terre natale et abandonner Tombelaine et Amélie, la fille qu’il aime.

Embarqué sur l’Entrecasteaux contre son gré, il est parti pour la Chine où couve la révolte des Boxeurs. Pékin, le 21 juin 1900. Les 55 Jours de Pékin commencent. Alors que le capitaine Strouts s’apprête à jouer sa partie de golf quotidienne, dix mille Boxeurs se ruent à l’assaut du quartier européen.

À travers la campagne d’où montent de sinistres colonnes de fumée, Quentin et Maï sont partis à la recherche d’une improbable armée de secours. Il fait horriblement chaud, la poussière assèche les gorges. Les Boxeurs sont partout, mais demeurent invisibles, ne laissant, après leur passage dans les missions, que ruines et cadavres. Et ce salaud de Legall qui réapparaît !

Cependant, à Paris, alors qu’on inaugure l’Exposition universelle, la douce Amélie doit faire l’apprentissage de la rébellion contre le trafiquant Raymond Robert, qui s’est mis en tête de l’épouser.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Rien à redire quant à la qualité de la reconstitution historique effectuée par les auteurs. Le style très marqué "école Jacques Martin" de la narration a peut-être fait son temps, mais le réalisme historique romancé fonctionne impeccablement. On ne comprend pas que, avec tant de rigueur, les auteurs aient réalisé une couverture, certes dramatique à souhait, mais qui ne correspond en rien au contenu du présent album. On appelle ça "publicité mensongère"...

Lire un extrait

 
Newsletter ActuaBD