Debaser : T1 - Par Raf - Ankama Editions

3 juillet 2008 0 commentaire
  • Une BD d'anticipation rock'n roll, avec des grosses poitrines, de la soupe musicale, et une soupçon de fantastique. Pour les amateurs du jeu Guitar Hero !

En 2007, les Français élisent un président à la poigne de fer, peu soucieux des libertés individuelles. En accord avec les majors de l’industrie du disque, les lois contre le téléchargement illégal de musique sur Internet sont durcies. Les chansons à texte incitatoires sont interdites, seule la variété est autorisée. Les majors de disque fusionnent et deviennent une maison de production de tubes sucrés : Mundial.

En 2020, le divertissement a pris le pas sur la culture, et n’importe qui peut devenir une star de la chanson, grâce à l’émission "Pipole Skool". Une immense majorité adore cette musique jetable, propulsant tous les trois jours un nouvel artiste sur le devant de la scène, les cadeaux d’anniversaire des filles consistent à leur offrir des opérations de chirurgie esthétique, elles n’ont pas droit à des études supérieures, réservées aux garçons. À l’école, les leçons se téléchargent sur des pipole-PC, les leçons pèsent 10 ko. On y apprend que la capitale des États-Unis s’appelle Xashington, eh oui, une faute de frappe sur le seul et unique fichier téléchargeable induit en erreur des centaines d’élèves.

Et puis il y a Joshua, un jeune de banlieue boursier qui déteste la musique, uniquement obsédé par sa passion : dessiner des copies de mangas foireuses. Il y a aussi la geekette intello Anna, passionnée par les livres, qui rêve de devenir chanteuse. À l’instar de Joshua, elle est dotée d’un étrange pouvoir. Mais chut.

Debaser : T1 - Par Raf - Ankama Editions
Debaser est éditée sous le label 619 chez Ankama.

Le dessin en noir et blanc de Debaser possède l’efficacité de celui des mangas, épuré mais solide. Toutefois, les corps en caoutchouc, les perspectives distordues apportent un côté fun et très dynamique à une BD qui aurait pu facilement tomber dans la copie non maitrisée d’un style manga, qui ne s’apprend pas du jour au lendemain. Le ton est à la déconne mais Raf ne cherche pas à en faire trop et ne surcharge pas ses compositions. Son trait assuré devient empreint d’une nervosité bienvenue quand les personnages commencent à s’exciter, leurs bras sont déformés, deviennent comme des spaghettis.

Les amateurs du groupe les Pixies auront reconnu l’hommage à leur morceau Debaser sorti en 1989. Le musicien Black Francis s’était inspiré du film surréaliste Un chien andalou de Buñuel et Dali pour les paroles, reprises telles quelles dans la BD.

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?