Newsletter ActuaBD

Décès de Walli, dessinateur de Chlorophylle et Modeste & Pompon

  • C'est un auteur 100% Lombard qui nous a quittés à 69 ans ce 23 mai dernier. Pendant vingt ans, André Van Der Elst, alias Walli fut l'un des dessinateurs humoristiques principaux du "Journal Tintin", avec les séries "Modeste & Pompon", "Chlorophylle" et "Cosmic Connection".
Décès de Walli, dessinateur de Chlorophylle et Modeste & Pompon
Photo de Walli sur le plat arrière de ses albums de "Chlorophylle"
© Le Lombard.

Né le 6 avril 1952 à Bruxelles, André Van Der Elst, instituteur de formation, prend le pseudonyme de Walli lorsqu’il commence à réaliser les gags de Croqueminou dans Le Journal Tintin sur des scénarios de Noiret dès 1974.

Après avoir collaboré en 1976 avec Griffo et Monique sur le plus long récit de Jeremiah Jones pour Tintin Sélection, il revient à l’humour l’année suivante en créant la série de gags intitulée L’Oeuf toujours pour le Journal Tintin. Il est vite rejoint par Bob De Groot au scénario. Et ensemble, en 1978, ils créent pour le magazine Touky le Toucan, l’emblème des magasins de jeux belges Christiaensen.

1980 marque un tournant pour l’auteur. Après avoir épaulé Turk et De Groot sur Clifton (Une Panthère pour le colonel et le récit qui suivit, sans doute Atout cœur), il invente le petit astronaute de Cosmic Connection qui vit diverses péripéties lors de son exploration galactique, en strips et en gag. Dans le même temps, il reprend Modeste et Pompon, des personnages créés par Franquin pour le Journal Tintin en 1959. Walli prend ainsi la suite des Attanasio, Griffo, Mittéï et autre Dupont.

Cosmic Connection, par Walli

Rapidement, le dessinateur s’adjoint sur cette série les services du scénariste Bom avec qui il va entreprendre une collaboration au long cours, avec Modeste et Pompon donc, tout d’abord en gags, puis en alternance avec des récits plus ou moins longs. Leur dernière idée sera d’ailleurs d’envoyer ces personnages dans le passé, en 1935. À l’image des aventures vécues par Natacha dans le Journal Spirou, ils imaginent que Modeste raconte à ses neveux les péripéties de son grand-père. Cette dernière aventure au long cours est d’ailleurs inédite en album, car elle s’arrête après 46 pages sur un cliffhanger qui n’aura jamais de suite. Et pour cause...

A l’instar de Natacha, Walli et Bom content les aventures du grand-père de Modeste
Mais l’aventure du ’Lac Maudit" ne verra jamais le jour…

Mais avant d’en arriver, là, toujours avec Bom, Walli réalise un court récit de deux pages sur Julie, Claire et Cécile et les autres... toujours en 1983, avant de reprendre avec lui un personnage éphémère créé par Macherot en 1956 (Klaxon) toujours pour Le Journal Tintin. Ce qui s’apparentait certainement à un galop d’essai est vite transformé : Walli est à l’aise avec l’univers animalier et il peut entreprendre de reprendre Chlorophylle.

Au début avec Bob De Groot, mais très rapidement avec Bom, Walli dessine les aventures de Chlorophylle pendant six ans, prenant de Guilmard et Dupa. Macherot valide d’ailleurs cette reprise en lui permettant de reprendre le personnage d’Anthracite, dont il avait décidé jusqu’ici de garder les droits en quittant l’éditeur bruxellois.

Entre ses trois séries (Modeste & Pompon, Cosmic Connection et Chlorophylle), Walli est omniprésent dans Le Journal Tintin à partir de 1983. Tout s’arrête pourtant brusquement lorsque le magazine s’interrompt en 1988.

Jean-Luc Vernal, le rédacteur en chef du nouveau magazine du Lombard, Hello Bédé cherche de nouveaux personnages en 1989. Est-ce en pensant à leur dernière aventure de Modeste et Pompon présentant leur héros comme un aviateur de l’entre-deux guerres, que les auteurs pensent à Gil Sinclair ? Quoiqu’il en soit, ceux-ci mêlent histoire et humour en mettant en scène ce Français américanisé vivant des aventures pendant la Seconde Guerre mondiale aux côtés de Flint Bottleneck.

Les deux auteurs ne ménagent pas leur peine et réalisent trois aventures de 46 pages de leurs nouveaux personnages, édité directement en album par Le Lombard. Mais la série ne prend pas. En 1993, Hello Bédé s’interrompt à son tour. Devenu directeur éditorial du Lombard après avoir repris le poste de Vernal en 1991, Yves Sente publie une quatrième aventure de Gil Sinclair, qui s’avère pourtant la dernière du personnage et de l’auteur.

Pendant vingt ans, Walli a été un auteur humoristique, pilier des éditions du Lombard, qui a pu reprendre quelques-unes des licences humoristiques les plus connues du magazine, avec Clifton, brièvement, mais surtout Modeste & Pompon et Chlorophylle.

Montage réalisé par le fils de Walli avec tous les personnages de son père à l’occasion de son récent anniversaire.

Toute la rédaction d’ActuaBD présente ses condoléances à ses proches.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo en médaillon : J.-J. Procureur.

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Une pensée pour sa famille et ses amis.
    Il avait su prolonger et étendre avec brio l’univers de Modeste et Pompon.

    Répondre à ce message

    • Répondu par marcel le 25 juin à  13:08 :

      Euh… Vous êtes sûrs pour les deux pages de Julie, Claire, Cécile ?... Ca ressemble plus à une boulette de BDOubliees (sûrement votre source), j’ai pas souvenir qu’un autre que Sidney ait dessiné cette série, surtout qu’en 1983, elle commençait à peine.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Charles-Louis Detournay le 26 juin à  05:27 :

        Bonjour,

        Oui, je me suis posé la question sur cette courte incursion, mais Walli avait cette capacité de jouer avec son trait, et il ne me paraissait pas impossible qu’il ait dépanné Bom et Sydney sur une double-page. D’un autre côté, la confusion de BdOubliées est aussi possible.

        J’avoue que j’ai poussé mes investigations plus loin sur Modeste & Pompon et Chlorophylle, que sur Julie, Claire Cécile et les autres. Mais ces articles nécrologiques, qui ne sont pas des drôles à écrire, ne permettent pas non plus d’y consacrer plus de quelques heures, afin que l’article ne soit pas publié trop tard...

        Donc, appel aux collectionneurs du Journal Tintin, pourriez-vous vérifier dans le Tintin Français 385, ou le 4e numéro de 1983 du Tintin Belge qui a dessiné les deux pages de Julie, Claire, Cécile et les autres...

        Merci

        Répondre à ce message

        • Répondu par marcel le 29 juin à  09:25 :

          Je peux vérifier dans ma collection, Sidney signait ses planches.
          Par ailleurs, le site BDZoom indique que le Wally (avec un Y) de Croqueminou et Jeremiah Jones n’est pas le même que le Walli dont il est question ici (confirmé par l’auteur de son vivant). C’est vrai que le dessin de sa série avec Noirret me semblait très différent de ses débuts sur L’œuf ou Cosmic Connection.

          Répondre à ce message

    • Répondu par jacques pavie le 25 juin à  16:46 :

      Je déplore aussi la disparition de Walli et adresse mes condoléances à sa famille, j’ai surtout apprécié ses reprises de Modeste et Pompom et celle de Chloropylle, pour Modeste et Pompom il a su faire revenir des personnages crées par Franquin : l’oncle et son coq jules, l’abominable famille voisine des Dubruits, pour Pompom il lui a donné un visage plus adulte, pour ce qui est de Chlorophylle il était très proche du style Macherot à la différence de ses prédecesseurs, j’ai apprécié son testament D’Anthracite, Macherot a eu raison de lui permettre de reprendre le personage, je crois savoir de les dernières histoires n’ont pas été reprise en album

      Répondre à ce message

      • Répondu par Charles-Louis Detournay le 26 juin à  05:53 :

        Bonjour,

        J’avoue ne pas disposer du dernier album de Walli sur Chlorophylle, mais celui-ci intitulé Le Combat des Mages doit reprendre les récits parus en 1986-7 dans le Journal Tintin : Le Spectre noir, le mage, et le retour de Morlok.

        Toutefois, sans oublier différents gags ou courts récit comme Le Secret de Caquet qui sont certainement restés inédits, la dernière aventure au long cours publiée dans Le Journal Tintin et intitulée Le Voyage Infernal est effectivement inédite.

        Celle-ci voit un nouveau retour de l’infâme Anthracite. Je compte 32 pages publiées dans Le Journal Tintin dans sa dernière année de 1988. La fin aurait-elle été publiée dans le Tintin Reporter 5 ? (Cela me semble bien étrange...) BD oubliées n’est pas clair, et pour ma part, Tintin Reporter est un mauvais souvenir que j’ai évacué depuis longtemps. Si une bonne âme qui dispose encore des Tintin Reporter peut nous répondre, nous saurons si cette dernière aventure a trouvé une conclusion...

        Merci

        Répondre à ce message

        • Répondu par joel le 26 juin à  07:21 :

          triste en effet ce départ, un pillier du journal tintin !

          sans chipoter jean luc Vernal en 89 était toujours le rédac chef jusqu’en 91 et Sente a pris la suite.

          en effet la fin du dernier Chloro est bien passé dans le désastreux tintin reporter

          Répondre à ce message

          • Répondu par Charles-Louis Detournay le 26 juin à  07:46 :

            Merci pour ces précisions !

            Je corrige de suite pour Vernal.
            Très bonne journée

            Répondre à ce message

        • Répondu par Mike le 26 juin à  12:36 :

          Oui, l’album s’est bien terminé dans Tintin reporter, mais pas l’histoire, car il y avait un 2e tome de prévu, "Le retour des rats noirs", qui lui n’a jamais vu le jour.
          Très triste d’apprendre cette nouvelle, Walli a enchanté ma jeunesse dans le journal Tintin, j’ai vraiment adoré tout ce qu’il a fait. Cosmic connection tout le monde à dû oublier car il n’y a jamais eu d’album, mais c’était super drôle !

          Répondre à ce message

      • Répondu par J.Marie le 28 juin à  10:52 :

        La suite du Testament d’Anthracite existe mais n’a jamais été ni totalement pré-publiée, ni sortie en album. Ça s’appelle "Le voyage infernal", et j’ai pu me le procurer en pdf. C’est un dossier très lourd (52 pages pour l’histoire et 44 pour un dossier sur Walli et Bom et sur le Bruxelles de la BD) mais je peux tjr essayer de l’envoyer

        Répondre à ce message

  • Merci pour cet article détaillé sur un auteur sympathique que j’avais eu la chance de rencontrer sur un festival il y a bien longtemps.
    Une précision : Croqueminou et Jeremiah Jones, ce n’est pas de Walli mais de son "presque homonyme" Wally. Rendons à César ce qui est à César :)

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD