Delcourt : 12 mois chrono

16 février 2006 0 commentaire
  • À quelques mois d'intervalle, les éditions Delcourt publient deux longues séries ({L'Histoire secrète} en 7 volumes et {La Loi des 12 tables} en 6 volumes), dont les publications s'étaleront sur à peine un an. Serait-ce les prémisses d'une sérieuse remise en cause du principe basique franco-belge: 1 album = 1 an ?

L’Histoire secrète et La Loi des 12 tables [1] sont directement inspirées de séries déjà existentes : Arcane et Asphodèle. Dans les deux cas, les lecteurs ne seront donc pas en terrain inconnu.

Delcourt : 12 mois chrono
Jean-Pierre Pécau
© L. Boileau

Pour le scénariste Jean-Pierre Pécau, L’Histoire secrète est "une vieille histoire de plus de 10 ans ! À la base, cela correspond à la "bible" qui m’a servi à écrire les séries Arcane et Arcane Majeur. J’avais ressenti le besoin d’écrire sur l’origine de ces mystérieuses cartes de tarot qui peuvent influer sur le hasard. J’étais quasiment remonté jusqu’à la préhistoire. Olivier Vatine avait lu mes notes et s’était dit que cela pourrait être développé un jour. Et puis il y a 3-4 ans, nous avons décidé d’approfondir le projet et l’idée d’une série de 7 albums a été rapidement retenue. Mais comme le concept était assez concentré, c’est-à-dire que chaque album se déroule à une période différente mais rebondit sur l’album précédent, il nous a semblé opportun de ne pas choisir de publier, comme cela se fait habituellement, un album tous les ans. Nous avons donc préféré faire travailler plusieurs dessinateurs [2] pour sortir les 7 albums sur une période d’un an. Cela permettra ainsi au lecteur d’avoir tous les éléments en place rapidement."

Car face aux mangas et à leur parution rapide, la bonne vieille BD franco-belge ne répond pas toujours aux impatiences d’un lectorat de plus en plus exigeant. Pour Thierry Joor, le directeur littéraire des Éditions Delcourt, deux raisons justifient un rythme de parution aussi soutenu : "La première, une vraie envie des auteurs concernés de répondre au défi d’une production dense tant d’un point de vue écriture que d’un point de vue dessin. Il y a de leur part une excitation tangible de travailler sur ce rythme encore assez inhabituel dans le cadre de ce que j’appellerais la production d’oeuvres franco-belges. La seconde, un appétit du marché qui a, depuis un moment déjà, digéré le rythme de parution du manga où il est habituel d’avoir entre quatre et six volumes d’une même série sur l’année."

2 récits dans le tome 1
© Corbeyran/Defali/Delcourt

La Loi des 12 tables, dont le premier volume vient de paraître, est "plus qu’une série, c’est un concept", déclare-t-on chez Delcourt. La forme a en effet de quoi surprendre : 360 pages pour 12 épisodes de 30 pages publiés en 6 albums de 60 pages ! Cette saga développée par Corbeyran est, en partie, inspirée de la série télé 24 heures. Avec un principe à la clé : du suspense en temps réel. D’où une parution étalée sur 10 mois !

Corbeyran : "Contrairement à ce que l’on croit, les contraintes n’empêchent pas la créativité ; à l’inverse, elles la stimulent. C’est motivant de se lancer des défis, c’est stimulant de dépasser ses propres limites et d’exercer son boulot dans d’autres cadres que celui des 46 pages traditionnelles."

Contrairement à L’Histoire secrète, La Loi des 12 tables est l’œuvre d’un seul dessinateur, Djillali Defali. Il faut donc, comme cela se fait déjà pour certains diptyques, emmagasiner les albums pour pouvoir publier sur une courte période. Conséquence pour l’éditeur : il doit absorber quasiment le coût total des ouvrages avant de percevoir les premières recettes. Sur une série de 7 volumes, il est facile d’imaginer que cela représente un véritable investissement. Mais avec son million d’exemplaires vendus [3], Corbeyran est un des scénaristes à succès de la maison Delcourt. L’éditeur parisien préfère donc parler de pari plutôt que de risques.

"Cela nous oblige en tant qu’éditeur à se poser autrement les questions d’approches commerciales et marketing pour inciter les lecteurs à se laisser tenter par ces livres spécifiques", tempère Thierry Joor."Nous cherchons à rassurer les lecteurs en leur disant qu’il pourront lire l’ensemble d’une série sur un temps très court et qu’il ne devront pas patienter d’année en année pour connaître la suite de l’intrigue. Il faut répondre aux lecteurs du XXIème siècle qui sont envahis - souvent pour leur plus grand plaisir - par d’excellentes séries télévisuelles. Et par les mangas toujours... Sans oublier le fait essentiel, celui de se faire plaisir !"

Volume 1 : Génèse
© Pécau/Kordey/Delcourt

Pour accompagner la sortie de L’histoire secrète, l’éditeur a créé une bande-annonce sur le net et proposé un pack (tomes 1+2) à un tarif préférentiel (19,90 euros au lieu de 26). Ce dispositif est d’ores et déjà prévu pour les tomes 3 et 4. Pour La Loi des 12 tables, Delcourt a prévu l’achat d’espaces publicitaires dans les magazines spécialisés BD [4] et un partenariat avec la chaîne 13ème rue pour une visibilité TV et internet. Toutefois, la prudence reste de mise et les deux séries ont démarré avec un tirage initial d’environ 25.000 exemplaires. Même si les deux premiers tomes de L’Histoire secrète parus en novembre 2005 sont déjà réimprimés, la pression est quand même là pour les auteurs.

Jean-Pierre Pécau : "Ce que j’ai toujours aimé dans la BD, c’est son côté "léger". Si un album ne marche pas, les conséquences économiques ne sont pas catastrophiques. Par contre, une série de 7 albums en 1 an, c’est autre chose. Le risque financier n’est pas le même... Et pour la première fois de ma vie, j’ai l’angoisse que le public ne suive pas ! Par ailleurs, sur une série classique, on peut corriger certaines choses d’un album à l’autre. Une série en devenir, on peut toujours la contrôler. Là, l’ensemble est figé. Et pourtant, je n’arrête pas depuis 6 mois de remettre mes choix en cause. Mais c’est trop tard..."

Il est bien sûr trop tôt pour faire un bilan de cette fréquence de publication. Mais Delcourt y croit fermement. D’autres projets sont déjà en développement et l’un verra le jour dès septembre 2006 : il s’intègrera dans la nouvelle collection baptisée Impact, dirigée par le scénariste David Chauvel. "Sans en dévoiler trop, et comme le souligne la publicité dans notre catalogue, il s’agit d’histoires dont les intrigues sont à forte densité. Son slogan : quand la loi des séries frappe la bande dessinée...", conclut Thierry Joor.

Face aux mangas qui ne cessent de conquérir des parts de marché, Delcourt tente ici une aventure audacieuse pour se rapprocher des exigences d’un certain public. Rendez-vous en fin d’année pour arrêter le chrono et tirer quelques leçons éditoriales et commerciales...

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Pour l’anectode, "12 tables" devait s’écrire "XII tables". Le marketing a peut-être craint une confusion avec la série XIII de Van Hamme et Vance...

[2Igor Kordey (4 albums), Goran Sudzuka et Leo Pilipovic (2 albums).

[3dont 700.000 ex. pour L’Univers des Stryges.

[4BoDoï, Canal BD, Suprême Dimension et Virgin l’hebdo.

  Un commentaire ?