Denis Lapière : « L’adaptation cinématographique de Charly est en tournage ! ».

12 août 2004 0 commentaire
  • La bande dessinée {Charly} de {{Magda}} et {{Lapière}} (Editions Dupuis) va être adaptée au cinéma. Le film, qui porte à l'écran les quatre premiers épisodes de la série, sera réalisé par {{Cédric Khan}}, le réalisateur de "{Feux rouges}" et de "{Roberto Zucco}"). Le tournage a commencé depuis une semaine. Le scénariste de la BD, Denis Lapière, nous a confié comment sa BD « {Charly} » est devenue "{L'Avion}".

Le premier cycle de Charly était axé sur la relation entre un jeune enfant, Charly, et un jouet d’apparence inoffensive. « Capitaine Foudre », un vaisseau spatial façonné dans du plastique, se révéla très vite avoir un terrifiant potentiel agressif. Il est capable en effet d’assouvir la volonté inconsciente de l’enfant provoquant la destruction de biens matériels et même, mort d’homme ! Les autorités feront tout pour arrêter les pérégrinations de ce « jouet d’enfer », commandé par un enfant de sept ans !

« Un producteur indépendant avait acheté les droits pour une adaptation cinématographique, nous explique Denis Lapière. Il m’avait demandé d’écrire un script s’inspirant des quatre premiers albums de la série ». Le producteur a confié le projet à Cédric Khan (le réalisateur de Feux Rouges, Roberto Succo). Il a rapidement souhaité modifier le synopsis initial. « Certains éléments, dont la fin de mon script, posaient des problèmes, admet Denis Lapière. Il a donc transformé mon travail, avec l’aide de Ismaël Ferouki et Gilles Marchand, pour le rendre beaucoup plus cohérent. »

Denis Lapière : « L'adaptation cinématographique de Charly est en tournage ! ».

« Le film sera fidèle à l’univers et aux ambiances de la série, mais contiendra de nombreux changements », souligne Denis Lapière. La mort du papa de Charly qui s’est déroulée lors d’inquiétants événements fantastiques en Frise (cfr : le T2 - L’île Perdue) devrait notamment avoir lieu dans d’autres circonstances. Autre petit changement : Ce « jouet d’enfer » sera un avion plutôt qu’un vaisseau spatial. Il l’appellera logiquement « L’Avion »

Le projet a connu quelques petites péripéties financières, comme souvent dans le cinéma, et la production du film a été reprise par la maison de production Fidélité qui avait notamment financé les derniers films de François Ozon (Huit Femmes, Swimming Pool, 5x2 et de Yann Moix (Podium). « Le fait que le film soit produit par Fidélité est un gage de qualité, explique Denis Lapière. Cette adaptation restera axée « grand public », tout en respectant une grande exigence cinématographique. Les films de François Ozon, en règle générale, respectent totalement ce canevas. Cédric Khan, quant à lui, s’est approprié le récit en restant fidèle à l’univers de la série. »

Le film devrait sortir dans les salles obscures pour Noël 2005. Son budget avoisinerait les dix millions d’euros. Un montant modeste malgré de nombreux effets spéciaux. Isabelle Carré et Vincent Lindon incarneraient les parents de Charly. Lambert Wilson, quant à lui, devrait prêter ses traits à un personnage à l’attitude ambiguë. Un jeune acteur jouerait le rôle de Charly.

Le tournage devrait se dérouler en treize semaines, en Béarn, puis à Pyla, Cap-Ferret et ensuite en studio à Cologne (en Allemagne). Le réalisateur, Cédric Khan, a confié au journal Sud-Ouest à propos des premiers jours de tournage : « Nous avons un peu de soucis avec la météo mais les conditions de tournage sont excellentes. Tourner avec les enfants demande une attention énorme mais c’est aussi passionnant. Ce sont eux qui donnent le tempo. »

Isabelle Carré
Photo DR.

Un nouveau développement pour les éditions Dupuis ?

Depuis l’expérience Largo Winch, l’éditeur aborde avec beaucoup de volontarisme les possibilités d’adaptation de son catalogue en dessins animés, en séries télévisées ou en films. La maison d’édition belge a depuis longtemps une division spécialisée dans la production audiovisuelle. Léon Perahia, directeur de Dupuis Audiovisuel, l’a récemment décrite dans Bandes Dessinées Magazines (N°1) : « On approche les chaînes de télévision, on leur pitche le projet, et si cela les intéresse, on le co-développe avec eux. Une fois ce développement réalisé, nous nous chargeons du montage financier et de la recherche des partenaires qui permettent de boucler le financement global. Nous assurons sa production [...]. Nous sommes impliqués de manière extrêmement forte puisque, une fois le projet fini, nous en assurons également l’exploitation commerciale. Nous sommes intégrés de façon verticale en partant de l’œuvre d’origine jusqu’à l’exploitation finale, que se soit sous la forme de produits dérivés, de séries télé ou de produits vidéo. ». Cette stratégie permet à l’éditeur de renforcer l’image de ses BD sur le marché francophone et de figurer au plus prêt de la stratégie marketing développée pour le lancement d’un film ou d’un téléfilm.

Et la Bande dessinée Charly, dans tout ça ?

Une vie Eternelle, Le onzième album de Charly sortira à la rentrée. Le dessin sera toujours assuré par Magda. Nous y retrouverons le personnage principal à l’âge de seize ans. Il est devenu médium, condamné à voir ce que les autres ne perçoivent pas.

En accompagnant sa mère et son ami Jacques, en croisière sur le Nil, Charly sent inconsciemment qu’il va se passer quelque chose durant ce voyage, comme un appel qui l’attire irrémédiablement. Pourtant, l’attaque du groupe de terroristes les prend par surprise. En frôlant la mort, les capacités de Charly à voir l’indicible se développent et le voilà emporté dans les limbes, au secours d’une jeune danseuse, morte il y a quelques milliers d’années !

Cette série est relativement atypique dans le monde de la bande dessinée puisque le lecteur a suivi la croissance de Charly au gré des années. « Cette idée s’est imposée, confie Denis Lapière. Au travers les six premiers albums, je voulais aborder une vision de l’enfance. Ce n’était pas très pertinent de ne pas faire évoluer le personnage. L’adolescence était un sujet que je n’abordais dans aucune autres de mes séries. J’ai envie continuer l’évolution de Charly, et peut être d’arrêter la série lorsqu’il sera devenu totalement adulte ». La vision de l’enfance et de l’adolescence de Denis Lapière est influencée par les propres enfants de l’auteur. Ils étaient enfants lors de la création de la BD. Aujourd’hui, ils sont adolescents. « J’aborde l’adolescence avec pas mal de documentation sous la main », conclut ironiquement le scénariste.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?