Desberg et Vallès passent au Lombard

11 mai 2005 0 commentaire
  • Les auteurs de la série « Tosca » (éditions Glénat), Stephen Desberg et Francis Vallès, ont décidé de changer d'éditeur à la faveur d'une nouvelle collaboration commune. Leur nouvelle série, « Rafales », rejoint « IR$ » au Lombard dans le registre des récits à thème géopolitique, mais avec comme un héros journaliste, correspondant de guerre, qui nous rappelle opportunément les enjeux dont dépendent la vie des journalistes actuellement pris en otage en Irak.
Desberg et Vallès passent au Lombard
Stephen Desberg

La géopolitique fascine depuis toujours le scénariste Stephen Desberg. Si Jean Van Hamme est attaché à expliquer les arcanes de l’économie ou des services secrets américains, ses héros gardent leur quant à soi et dominent finalement une situation dont ils sortent souvent vainqueurs. Chez Desberg, on n’a pas cette positivité que l’on trouve chez l’auteur de XIII. Chez lui, l’argent et le cynisme mènent le monde et l’entraînent dans une insondable noirceur. Là où chez l’auteur de Largo Winch, il y a une volonté encyclopédique de décrire un mode opératoire laissant au lecteur le soin de tirer lui-même les conclusions, de construire sa propre morale, il y a chez Desberg une véritable remise en cause des mécanismes de la géopolitique avec, à peine en filigrane, la dénonciation d’un mode de pensée et d’un rapport impérialiste au monde qui est celui de l’actuelle gouvernance des États-unis. Desberg est un révolutionnaire, man !


Corporate America

IR$
de Bernard Vrancken et Stephen Desberg au Lombard.

C’est que ce fils d’un Américain et d’une Française, vivant en Belgique (voir notre entretien où il raconte une partie de sa biographie), sait de quoi il parle. Dans son dernier album de la série IR$ (dessins de Vrancken, aux Editions du Lombard), Corporate America, Desberg montre bien comment des groupes sans scrupules soutiennent l’élection du candidat républicain issu des milieux pétroliers, pour mieux recueillir les fruits de la politique étrangère dont les jalons se posent en Afghanistan et en Irak. L’allusion est transparente : ce sont bien G.W. Bush et sa clique de pétroliers texans qui, avec l’aide de sociétés comme Halliburton ou Carlyle, dans lesquelles ses amis et sa propre famille ont des intérêts, ont mis sous leur coupe réglée la politique étrangère de la première puissance mondiale. Dans IR$ - Corporate America, le héros, Larry B. Max, a un compte personnel à régler avec le bras armé de cette politique secrète, Johnny Madsen, un personnage qu’il connaît bien puisqu’il a dû lui céder la société de son père défunt sous l’effet de différentes pressions dans la panoplie desquelles figurait la menace contre ses proches. Cette dimension personnelle crédibilise un scénario qui sinon ne serait qu’un commentaire désabusé de l’actualité.

Reporter sans frontières

Avec cette nouvelle série, Rafales » : Tome 1 : Les Inhumains (dont le titre évoque aussi bien le crépitement du fusil mitrailleur que de celui de l’appareil photographique) Francis Vallès et Desberg mettent en scène un reporter photographe, Sébastien Christie, traquant les agissements d’une multinationale, cet autre aspect de la politique internationale. Là aussi, les méchants garçons sont du côté du grand capital, de la « main invisible » qui manipule les nations pour mieux les asservir. On sent poindre le développement fantastique avec la création d’une « nouvelle espèce », fruit des recherches d’un savant allemand. Mais cet aspect ne transparaît pas encore dans ce premier album qui se contente de mettre les personnages en place. Inutile de dire que nous en attendons vivement la suite.

Le journaliste Sébastien Christie
passe un mauvais quart d’heure en Afghanistan.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Crédits photos : Bernard Vrancken. Photo : Henry- Stephen Desberg- Photo : Laurent Melikian (Bandes Dessinées Magazine)- Francis Vallès. Tous sont © Lombard

  Un commentaire ?