Deux nouvelles collections féminines chez Soleil

9 juillet 2009 0 commentaire
  • À l'instigation et sous la direction d'Audrey Alwett, co-scénariste de Sinbad, Soleil crée deux collections 'Girly' : Blackberry, plutôt sombre et passionnée, Strawberry, orientée contemporain dans un format de poche pour rencontrer un public féminin adolescent.

Deux nouvelles collections féminines chez SoleilMis-à-part les Shôjo, Witch et quelques essais réalisés chez Dargaud, la bande dessinée est plus une histoire de ’mecs’, et si cela plaît aux filles, tant mieux !

Soleil décide de changer cette donne en lançant simultanément deux collections au contenu et au format radicalement différent : Blackberry et Strawberry paraîtront respectivement fin août et fin septembre 2009. Comme une prépublication a été lancée dans Lanfeust Mag de cet été, il est grand temps de s’y intéresser !

Co-scénariste d’Arleston, Andrey Alwett s’est lancé dans ces histoires à destination du public féminin en se rendant compte que l’équivalent des romans tels que L’accro du Shopping ou le Journal d’une princesse, n’existait pas en bande dessinée. Elle propose alors à Soleil un concept de récits légers et funs pour adolescentes. En un an, la collection s’est enrichie de bien des auteures qui, paraît-il, avaient envie de développer leur fibre féminine depuis longtemps.

Les Street Girls en action !

Strawberry (traduisez ’fraise’ pour les non-anglophiles) déclinera donc des sujets qui passionnent les ados, avec un humour tantôt garce, tantôt tendre, des coups de gueule et des coups de cœur ! Le format de 96 pages est prévu pour entrer dans un sac à main (155 x 220mm). La collection sera dotée d’un ’traitement dynamique moderne et de couleurs flashies’.

Blackberry (c’est-à-dire ’mûres’ en français) fera la part belle aux épopées romantiques, fantastiques ou victoriennes. D’un trait plus fin, dans un format standard de 48 pages couleurs à 12€90, ces albums contiendront ’tout ce qui plaît aux rêveuses : drame, passion, magie et beauté’. Bien entendu, cela peut paraître étonnant de fonder deux collections différentes en même temps, visant une cible de marché presque identique.

"En vérité, la collection Blackberry n’était directement pas au programme", explique Alwett. "Elle a été développée par nécessité [car] Aurore et Algésiras avaient déjà signé le projet Elinor Jones chez Soleil, traitant d’une couturière dans l’Angleterre victorienne. De mon côté, je travaillais depuis plus de six mois avec Nora Moretti sur l’adaptation [...] de Princesse Sara. J’avais [donc] en main ces deux projets très manifestement féminins, mais ils ne collaient pas au côté pop, fun et moderne que je souhaitais instaurer dans Strawberry. J’ai donc développé en parallèle la collection Blackberry qui se voulait plus romantique, avec un côté rêveur et historique souvent marqué."

Princesse Sara

"Pour Strawberry, [...], continue la directrice des collections, la narration des auteurs est souvent beaucoup plus moderne, elle se rapproche bien plus du manga avec une structure explosée, des cases qui débordent, etc. De grandes pages n’auraient pas fait honneur à cette narration très vivante, on aurait risqué un effet confus. Nous avons donc imaginé un format proche du A5 (155x220 mm) de 96 pages, avec des grandes gardes pleines de clins d’œil et du vernis sélectif sur la couverture. Bref, on a voulu un objet aussi fun que son contenu. Et en plus, ces livres ne coûteront que 9,95 euros, un prix à hauteur de l’argent de poche de nos lectrices."

La collection Blackberry s’enrichira également à la fin d’année de gros livres de 96 pages, format 247x267 mm, écrits à la fois en français et en japonais. Les dessins de François Amoretti qui traitaient de Gothic-Lolitas, ces princesses modernes venues du Japon, ne semblaient pas concluant en BD, alors que le public était demandeur de ce style. Blackburry nous promet pour chaque Noël un ’beau-livre’, toujours sur une thématique féminine.

En attendant, voici le pitch de Gothic-Lolitas, livré par le dessinateur lui-même : "[Mon livre est] un conte moderne et sucré qui rend hommage aux rêves de toutes ces princesses d’aujourd’hui. L’héroïne, Sumire, rêve de devenir une Lolita accomplie pour savoir servir le thé, écrire des poèmes et réaliser d’incroyables pâtisseries. Pour cela, quoi de mieux que d’aller s’instruire dans une école pour Lolitas ? Mais un tel établissement n’existe pas. Alors, la jeune fille décide de fonder elle-même son école, faisant appel aux talents de multiples collaboratrices qu’elle rencontre sur son chemin. Évidemment, de nombreux obstacles se dressent sur la route de ces jeunes filles qui demeurent de grandes incomprises...". Voici le décor posé.

Est donc déjà prévu dans la collection Blackberry, Sweet Sorcellery, écrit par Andrey Alwett et dessiné par un collectif composé entre autres d’Aurore(Pixie, Kookaburra Universe 10, Serrière, Kmixe, Niccolaci, Kappou et pour les couleurs, Cyril Vincent(Tykko des Sables). Ce récit, dont vous pouvez lire une douzaine de planches dans le Lanfeust Mag, s’articule autour d’une jeune sorcière qui rêve de créer des Cristabulles, des histoires destinées aux sorciers mais qui perd un morceau de son cœur à chaque nouveau conte. Une façon d’entrer dans la psychologie des différentes étapes de la vie de cette jeune héroïne, Aï-Lynn, dessinée par Serrière, tout en laissant le champ libre, graphiquement parlant, aux autres auteurs.

Comme expliqué ci-dessus, on retrouve également dans Blackberry Gothic Lolita et l’adaptation de La Petite Princesse qui devient Princesse Sara, le célèbre roman transformé en animé dans les années 1980, mettant en scène cette jeune orpheline dans un terrible pensionnat londonien.

Pour Strawberry, sortiront bientôt Geek and Girly, de Rutile & Nephyla, traitant d’un jeu de drague sur Internet, et Street Girls, d’Ericka Sarmiento et d’Émilie Decrock, mettant en scène deux bandes qui rivalisent dans leur art : le graffiti !

Les planches de Serrière tissent la toile de fond de Sweet Sorcellery

On attend impatiemment le 26 août pour savourer à leur réelle valeur, ces histoires sucrées-salées ! Sinon, faites un crochet par les blogs des auteurs, certains valent vraiment ce détour !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Visiter :
- les blog des deux collections
- le blog d’Ood Serrière
- le blog d’Aurore
- le blog de François Amoretti

  Un commentaire ?