Dictature écologique – Par Jean BGG – Editions Groinge

19 janvier 2007 0 commentaire
  • « Ecologie, capitalisme et religion sont-ils biodégradables ? ». « C’est une bonne question » répondrait Ségo. « Ne faisons pas le jeu des racailles par de la provocation » répondrait Sarko. Jean BGG, avec ce livre apparemment anodin, touche à un point fondamental de la problématique contemporaine : la démocratie est-elle assez forte pour assurer le bien de tous ?

N’attendons pas de la bande dessinée à ce qu’elle nous développe une thèse de troisième cycle. Mais, quand même, quelques-unes des questions qui sont posées dans ce petit ouvrage au dessin fruste font réfléchir, ne fut-ce que parce qu’elles sont marquées d’un bon sens obtus. Cet opuscule est directement influencé par une actualité mise en évidence par le documentaire d’Al Gore, Une Vérité qui dérange, récemment mobilisée par Nicolas Hulot : dans quel monde vivrons-nous demain ? Entre le chantage énergétique et le danger nucléaire, avons-nous vraiment le choix ? Et quand bien même l’aurions-nous, nos sociétés sont-elles capables de l’imposer par la voie démocratique ? Comment une BD aussi légère peut-elle traiter d’un sujet aussi grave ?

Elle y arrive pourtant en nous montrant un président iranien qui ressemble quand même un peu à un Mahmoud Ahmadinejad presque sympathique qui s’émeut de l’évolution funeste de la planète et qui, pour préserver l’énergie fossile, s’intéresse au nucléaire, par bon sens écologique en fait, non sans constater que la démocratie, en ces matières, est « un tantinet pénible ». Mais à peine s’apprête-t-il à serrer la vis face à l’insubordination de ses sous-fifres que son conseiller politique le rappelle à la raison, lui demande de se comporter un peu normalement : « Un peu de démagogie, que diable ! ».

Notre imprévisible président saura se reprendre en convertissant un docteur de la foi à la consommation d’un breuvage champagnisé sous le prétexte que sa destruction polluerait la terre, cette œuvre divine. La farce est hénaurme, mais salutaire : le président perse en conclut que seule la dictature écologique permettra d’imposer une solution durable. Une dictature écologique comme on parlait naguère d’une dictature du prolétariat… Il est bien là tout le mérite de ce petit livre : celui d’imaginer que toute politique doit s’accompagner d’une idéologie assimilable. « On sort peu démocrate du spectacle de la démocratie » disait Paul Léautaud. OK, mais sans doute sort-on quand même un peu démocrate du spectacle de la dictature...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Format 11x18 cm, Noir & Blanc, Souple, relié cousu collé, 58 pp, 7€
Editions Groinge
9 rue Beaumont
06300 Nice (France)

  Un commentaire ?