Die T. 1 – Par Kieron Gillen & Stéphanie Hans – Panini Comics

2 octobre 2020 0 commentaire
  • Nouvelle série indépendante pour le scénariste Kieron Gillen (The Wicked + The Divine, X-Men, Dark Vador). Ce dernier nous invite à découvrir une très dangereuse partie de jeu de rôle, où les participants risquent bien davantage que la survie de leurs avatars.

Dominic, surnommé Ash, joue régulièrement avec son meilleur ami Solomon, surnommé lui Sol, à des jeux de rôle, surtout ceux de type Donjons & Dragons qui requièrent beaucoup de temps et d’investissement de la part des joueurs. Nés le même jour, Ash et Sol fêtent en 1991 leur seizième anniversaire. Trop vieux pour une fête et trop jeunes pour aller au bar, Sol propose à Ash de faire une partie de jeu de rôle à partir d’un nouveau jeu qu’il a préparé. Rejoints par la petite sœur d’Ash et trois amis, la partie commence...

Le scénariste Kieron Gillen prend alors le lecteur par surprise : nous ne découvrons pas le contenu de cette partie, mais seulement son résultat où les jeunes joueurs ont disparu durant deux ans et l’un d’entre eux, Sol, n’est jamais réapparu. La police et la mère de Sol ont bien tenté de demander aux enfants où est le jeune disparu et ce qui leur est arrivé durant ces deux années, mais les adolescents gardent mystérieusement le silence.

À l’occasion de son quarantième anniversaire, Ash décide de revoir sa sœur le temps d’un verre dans un bar. Chacun de ses anniversaires lui rappelle Sol, même si lui ni aucun de ses anciens camarades de jeu n’a raconté les événements qui se sont produits durant leurs deux années d’absence. Abîmés par une vie chaotique depuis leur retour, Ash et sa sœur noient leur spleen dans l’alcool, jusqu’à ce que le barman apporte un colis destiné à Ash. Dedans, quel ne fut pas son effroi de découvrir le dé de Sol, qui ne devait pas avoir quitté le jeu...

Ash et ses amis vont donc se retrouver, à contrecœur, à rejouer au jeu de rôle préparé il y a des décennies par Sol. En retrouvant leurs avatars, le groupe d’Ash va faire plonger le lecteur dans un monde fictif où diverses inspirations se mêlent. On navigue ainsi de l’heroic fantasy pur jus vers un univers cyberpunk, en passant par un monde de tranchées qui ne jurerait pas sur des photographies prises lors de la Première Guerre mondiale.

Pas de chance pour nos héros, Sol est vivant et a pris la tête du monde qu’ils ont quitté lors de leur première partie : avec le temps, il est finalement parvenu à connecter le monde du jeu de rôle et le monde réel, afin notamment de se venger de ses anciens amis qui l’ont laissé pour mort.

Die T. 1 – Par Kieron Gillen & Stéphanie Hans – Panini Comics
Dans le jeu, Ash a le pouvoir de manipuler les hommes au son de sa voix. Il tire profit de cet avantage grâce à son ami, qui lui peut créer des armes surpuissantes en fonction de l’intensité de sa tristesse.
© 2020 Kieron Gillen Limited & Stéphanie Hans Studio

Une intrigue classique s’installe alors, pour nous surprendre simplement à la chute de cet album. Celui-ci se révèle être un tome d’exposition pour une série qui connaîtra très probablement une suite en terme de parutions. Kieron Gillen prend son temps pour exposer son monde aux multiples références et pour présenter ses personnages principaux.

Pour une large partie du groupe, le scénariste parvient à créer de l’intérêt ou de l’empathie, ce qui permet de s’accrocher à cette histoire, au-delà d’une intrigue qui surprend peu comme évoqué précédemment. Nous avons ainsi trouvé intéressant le personnage de la sœur d’Ash, amputée d’un bras dans la réalité à cause de la première partie et qui retrouve son corps cybernétique surpuissant dans le monde fictif. Des retrouvailles qui pourraient lui faire oublier sa procédure de divorce difficile où elle essaye d’obtenir la garde de ses enfants ? Bien que nous sommes aux prémisses de son développement, nous sommes aussi très curieux à propos du personnage d’Ash, qui se trouve avoir l’avatar d’une femme aux pouvoirs divins dans le monde fictif. La question du genre n’est que évoquée pour l’instant, mais la réaction d’Ash et de sa sœur sur ce sujet nous intrigue pour la suite de la série.

Considérés comme des Parangons, nos joueurs sont traités tels des dieux dans le monde fictif.
© 2020 Kieron Gillen Limited & Stéphanie Hans Studio

Le premier album de Die peut mériter le coup d’œil, surtout pour les amateurs de jeux de rôle ou de fantasy en général. Malgré une intrigue qui, pour l’instant, surprend peu le lecteur, la galerie de personnages ici présentée peut intriguer et mériter qu’on la suive le temps de quelques albums. En tout cas, l’une des principales forces de cet album réside dans sa patte graphique : les planches de la dessinatrice Stéphanie Hans mettent agréablement en valeur le récit proposé par le scénariste Kieron Gillen. À noter si vous êtes intéressés : cet album bénéficie durant ses premiers mois de parution d’un prix découverte de 10 euros dans le catalogue Panini de cette rentrée.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Die | Mortelle Fantasy. Par Kieron Gillen (scénario) et Stéphanie Hans (dessins). Traduction de Makma/Mathieu Auverdin. Panini Comics, collection Best of Fusion. Sortie le 2 septembre 2020. 184 pages. 10,00 euros.

  Un commentaire ?