Dieu en personne - Par Marc-Antoine Mathieu - Delcourt

21 septembre 2009 0 commentaire
  • Que se passerait-il si Dieu venait publiquement se présenter aux hommes ? C'est sur cet axiome que se base l'essai de Marc-Antoine Mathieu, paru le 9/09/2009. Un album très philosophique qui profite une fois de plus du trait si particulier de l'auteur, où l'humour et l'absurde se disputent pour dépeindre au mieux notre société.

Dans une file d’attente, un petit bonhomme attend patiemment son tour. Au moment de décliner son identité, il se présente sous le nom de "Dieu". Il n’a pas de domicile, pas de papiers, ni de numéro de sécurité sociale.

L’irruption de cette énigme métaphysique "en personne" déclenche un phénomène médiatique majeur car la confirmation de certains prodiges ne laisse plus de place au doute. Dieu s’est incarné parmi les hommes, mais le moment de stupeur passé, c’est un procès géant qui va bientôt s’organiser contre ce "Coupable Universel".

Dieu en personne - Par Marc-Antoine Mathieu - Delcourt
On passe de la science à la ’connaissance’

Si Marc-Antoine Mathieu avait déjà bien disserté sur la bande dessinée, ses limites et ses possibilités grâce à son héros le plus connu, Julius Corentin Acquefacques, il passe clairement à la vitesse supérieure en s’attaquant à une des plus grandes questions que l’humanité ne s’est jamais posée : Dieu existe-il ?

Les chapitres balisent le rythme de lecture. C’est aussi l’occasion de profiter du style si particulier de Marc-Antoine Mathieu

Biaisant les redondances énoncées à travers les siècles, il Le fait directement apparaître au lecteur, au moyen d’un long reportage télévisé consacré à Sa carrière ultra-médiatique sur Terre, et Son procès très controversé.

Si les religions (en particulier la chrétienne) basent leur croyance sur le libre-arbitre afin de ne pas imposer la foi à l’homme, c’est le parti inverse qui est pris en ligne de compte : si l’existence de Dieu n’est plus à contester, il reste pourtant des millions de questions à lui poser ! Pourquoi les guerres et la souffrance ? Pourquoi cet abandon de l’homme ? Et pourquoi être revenu ? Tout cela sera organisé dans un grand procès où l’humanité sera prise à partie.

Partant de la physique pour rapidement se consacrer à la métaphysique, cette projection de la déification permet à l’auteur d’aborder une quantité de questions liées à la perception humaine de la présence divine. Cet axiome permet avec plus de réussite de caricaturer allègrement notre société, avide d’icônes médiatiques, et de pointer du doigt ses défauts : surconsommation, besoin de matériel pour échapper à la solitude, égoïsme omniprésent, etc.

Marc-Antoine Mathieu égratigne également les éditeurs propres à sortir des livres ineptes [1] pour le plaisir de vendre, les délégués en communication qui connaissent tout mieux que vous, les profiteurs de tous bords qui tentent de d’accaparer toute nouveauté afin d’engranger de rapides profits, etc.

Dans une technique graphique moins novatrice que précédemment mais tout aussi efficace pour décrire les masses idiotes et imprégnées du système, l’auteur a donc disserté en tous sens pour nous livrer un album d’une centaine de pages plutôt intéressantes. Si on passe au-dessus de quelques réflexions absconses, l’immersion de Dieu parmi les hommes révèle qu’avant tout, c’est la question qui est importante, motrice pour faire avancer les choses, alors que la réponse donnée laisse un vide empli de sens, mais dépourvu de quête. Comme ce sont souvent les interrogations et les rêves qui ont lancé Julius Corentin dans ses recherches, on peut dire que la boucle est bouclée.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC
Lire les 20 premières planches de l’album
Lire l’interview de Marc-Antoine Mathieu sur le site de Delcourt.

[1On remarquera au milieu des autres, le titre d’un album de Moebius.

  Un commentaire ?