Dilemma - Par Clarke - Le Lombard

  • Un one-shot à double fin, à mi-chemin entre Grèce antique et Allemagne nazie.

En 354 avant J.-C., Diogène, Platon, Aristote et Xénophon, tous disciples de feu Démocrite, se réunissent pour discuter du déterminisme, notion chère à leur ancien maître. « Le déterminisme… Ce futur qui n’est que fils du présent et petit-fils du passé… Ce que nous a apporté Démocrite, ce n’est pas un jouet destiné à assouvir notre penchant pour les joutes intellectuelles, mais bien un outil qui permettra sans doute de poser des actes irréversibles. En un mot : est-il possible de modeler l’apparence des descendants quand nous connaissons les aïeux ? ». S’en suivent plusieurs semaines de discussion, où les quatre philosophes prévoient les siècles à venir, tel qu’ils les imaginent.
Dilemma - Par Clarke - Le Lombard
1937, en Égypte. L’archéologue allemand Michael Dorffman découvre une cinquantaine d’amphores dans une grotte contenant des codes antiques reprenant les débats de notre quatuor de philosophes grecs. Ces manuscrits annoncent clairement tous les évènements à venir du Moyen-Âge, de l’époque moderne et jusqu’à l’époque contemporaine, imaginant une série d’évènements conduisant Celtes et Germains au conflit. Tout ce qui est décrit eut vraiment lieu : la conquête de Rome par les Wisigoths, la victoire des Francs sur les Burgondes, Napoléon, le Sturm und Drang, la Première Guerre mondiale… jusqu’à « une guerre qui doit bouleverser l’ordre du monde et laisser des cicatrices profondes ».

Michael ne sait alors pas quelle position adopter : livrer ces manuscrits aux nazis ou aux alliés ? Il se retrouve rapidement pris au milieu d’enjeux qui le dépassent, victime à la fois des militaires allemands et d’une association secrète qui a en réalité pour but d’empêcher que ce qui est écrit sur ces manuscrits ne se réalise pas. Le dilemme est poussé à son paroxysme quand, en fin d’album, il doit choisir entre la protection de ses intérêts personnels et la chute du IIIe Reich.
Dilemma - Par Clarke - Le Lombard
Face à ce choix cornélien, deux versions de l’album ont été réalisées. En librairie, vous achèterez un album qui contiendra une de ces deux fins, et vous trouverez l’autre en ligne, grâce à un lien internet donné à la dernière page de la bande dessinée. Le procédé original et inventif montre bien l’ambition narrative et éditoriale entourant cet album.

Qu’en avons-nous pensé ? Sur la forme, Clarke, l’auteur de Mélusine, qui a pris un virage « réaliste » avec Nocturnes ou Réalités obliques, livre un album très classique, mais efficace. Le dessin est parfois figé, surtout en ce qui concerne les visages, et la mise en couleur l’« aplatit » encore davantage, mais la narration est fluide, et l’on se plonge dans cet album d’aventure avec plaisir, en restant tenu en haleine jusqu’aux dernières pages.

Dilemma - Par Clarke - Le Lombard

Le fond, en revanche, est plus dérangeant. Il ne s’agit bien sûr pas d’accuser l’auteur de dédouaner les nazis de leurs responsabilités en ne faisant d’eux que les pantins d’une histoire qui les dépasse, tel n’est pas le propos de cet album. Quoique.

Ce qui peut déranger, néanmoins, ce sont les quelques pages finales, qui dans une version se situent dans l’Allemagne nazie de 2016, et dans l’autre dans l’Allemagne que l’on connaît, également en 2016. Tout cela semble donner l’impression que les travers de notre mondialisation actuelle (délocalisations d’entreprises, recul des droits sociaux, etc.) sont aussi terribles que ne le serait une Europe nazie, et que finalement, l’épisode nazi n’aurait été qu’une étape permettant l’aboutissement d’une dictature globale, avec la domination de notre monde par une « minorité de plus en plus puissante et intouchable ». Vivons-nous dans une « dictature globale à l’échelle de la planète » ?

Et surtout, le vrai problème de l’album tient à un contre-sens sur la notion de déterminisme. Les premières pages nous montrent les philosophes dissertant sur cette notion, l’idée étant que nous serions déterminés par les gènes et l’éducation de nos ancêtres. Mais le reste de l’album verse en réalité dans le complotisme, avec une société secrète créée par Xénophon, dont les membres furent présents en marge de tous les grands évènements de l’Histoire pour faire en sorte qu’elle se déroule selon les plans machiavéliques du savant grec. Nulle démonstration du poids, ou de l’absence de poids, du déterminisme ici, mais une énième déclinaison sur le thème des sociétés secrètes, ce que l’on retrouve dans de très nombreuses séries, par exemple Le Triangle Secret, qui partent du principe qu’une société secrète, souvent chrétienne, régit le monde depuis ses origines. Ici, la racine est grecque, certes, mais le principe est le même.
Cet album, de facture classique et efficace, laisse finalement songeur quant au message qu’il est censé véhiculer.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Dilemma - Par Clarke - Le Lombard
    12 février 2016 18:03, par JFrançois

    En gros vous reprochez à l’auteur d’être de droite (alors que pourquoi pas, il pense ce qu’il veut), et la théorie du complot, avant d’être devenu une arme politique était un ressort romanesque, il peut encore l’être, ce n’est pas interdit ni nécessairement louche. Moi j’aime beaucoup le dessin et les couleurs.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD