Dimitri Kennes tourne la page de MAD Fabrik et fonde son propre label

3 mars 2014 0 commentaire
  • Ancien directeur général de Dupuis, Dimitri Kennes était une des pierres angulaires de MAD Fabrik avant que celle-ci ne soit vendue aux éditions Glénat. Il se consacre dès lors à sa propre maison d'édition qui propose des bandes dessinées, mais pas que cela !

Quelques mois après la vente de MAD Fabrik aux éditions Glénat, Dimitri Kennes a tourné la page et développe Kennes Editions, une maison fondée en 2013 et orientée vers les romans, la jeunesse ainsi que ... la bande dessinée. "En gros, je veux être éditeur généraliste, nous expliquait-il. « Peu importe le genre pourvu qu’il y ait le livre ! »"

Dimitri Kennes tourne la page de MAD Fabrik et fonde son propre labelL’équipe éditoriale se compose de Lisette Morival, Jean-Pierre Ceuppens et Fabrizio Borrini dont on se souvient de l’implication colorée au sein du journal de Spirou et des éditions Dupuis. Enfin, Christopher qui a signé Les Colocataires chez Dupuis ou encore Lovesong au Lombard a intégré l’équipe en tant qu’éditeur.

Christopher, fer-de-lance des premières bandes dessinées du nouveau label

C’est d’ailleurs avec une des séries de Christopher que Kennes Editions se lance dans la bande dessinée. Précédemment publié à La Comédie Illustrée et chez Carabas, Les Filles mettent en scène une bande de cinq amies aux début de la vingtaine. Amours folles, ruptures, confidences, amitiés et parfois rivalités constituent la charpente de cette série très authentique. Une véritable immersion dans la vie de ces jeunes femmes qui ravira les lectrices et laissera pantois les lecteurs ! Les cinq premiers tomes seront réédités successivement en février, avril, juin, septembre et novembre 2014, avant que les nouveautés des tomes 6 et 7 ne sortent pour 2015.

Christopher livre une vision féminine du monde bluffante d’authenticité

Christopher est également le scénariste d’un étonnant road-movie musical dessiné par Rubén Pellejero. Il faudra attendre l’année prochaine pour que le dessinateur espagnol termine les 200 pages dans lesquelles Ulysse, architecte d’intérieur de 40 ans, part pour l’ile de Wight afin d’y disperser les cendres de son père. L’accomplissement ces dernières volontés va permettre à Ulysse de mieux comprendre son géniteur à travers sa passion pour le rock. Une belle façon de se rappeler, 40 ans plus tard, du mythique concert de l’Ile de Wight qui a réuni des monstres sacrés comme Jimi Hendrix, les Who ou les Doors...

Christopher & Rubén Pellejero

Le label édite également Max et Bouzoukis, à mi-chemin entre la bande dessinée et les histoires illustrées, destinés au premier âge de la lecture. Avec pas moins de six nouveautés par an, Falzar & David Evrard font vivre leurs personnages dans les magasines scolaires depuis 2001. Lorsqu’on se rappelle que ce sont dans les mêmes magazines qu’est né Ducobu, on comprend le potentiel de leurs aventures en librairie.

"Dans le secteur des romans, j’arrive avec une collection « made in Québec », raconte Dimitri Kennes, Je reprends uniquement des bestsellers qui mêlent un plaisir de lecture et qui visent un public assez large. Ensuite, j’arriverai avec le maître du thriller québécois Martin Michaud et enfin avec une belle collection de romans historiques."

La politique belge passée au vitriol

Outre le mythe féminin et la musique, Kennes Editions ne craint pas non plus de se frotter aux politiques. Le 16 avril, à quelques semaines des élections fédérales belges, sortira Bad Bartje, une chronique acide d’un jeune radical flamand. Le lecteur comprendra rapidement qu’il s’agit là d’une caricature de Bart de Wever, le leader nationaliste flamand, à l’origine de la crise gouvernementale que traversa la Belgique après les élections de 2010. La couverture présente le ketje, une boîte d’allumette en poche et le sourire narquois, alors les symboles de l’union belge brûle à l’arrière-plan. Le titre de ce premier tome Acta est fabula rappelle que le leader séparatiste de la NVA, historien amateur de bandes dessinées, aime ponctuer ses discours de locutions latines.

Les gags scénarisés par Falzar se basent sur les récentes décisions de Bart de Wever en tant que bourgmestre d’Anvers, la plus grand ville de Flandres, ou son aversion supposée des francophones. On notera également le détournement des contes de fées, ou les allusions à certains héros de bande dessinée belges, le tout dessiné par Marco Paulo. Les Belges pourront découvrir dès le 15 mars des prépublications de cette série dans les quotidiens du groupe Sud Presse, afin que l’arrivée en librairie ne mette le feu aux poudres.

Falzar & Marco Paulo ne font pas dans le détail !

Romans jeunesse et bande dessinée : même combat !

Le premier roman jeunesse...

Enfin, l’événement bande dessinée 2014 pour la nouvelle et énergétique structure sera sans nul doute l’adaptation de La Vie compliquée de Léa-Olivier. Kennes Editions avait inauguré son lancement avec ce véritable phénomène éditorial au Québec.

...et la couverture provisoire du premier album

Cette série de romans jeunesse nous emmène à Montréal, en compagnie de Léa, 14 ans, qui vient tout juste d’y emménager avec ses parents. Séparée de sa meilleure amie Marilou et de son amoureux Thomas, elle peine à se faire à son nouvel environnement, et à son école où les autres filles la snobent. Les échanges par mail et Skype lui permettent de briser sa solitude même si son Thomas ne se révèle pas très doué pour les relations à distance.

Les cinq tomes parus en moins d’un an ont rencontré un remarquable engouement auprès du jeune lectorat féminin, prolongeant ainsi en Europe le succès rencontré au Québec. Il n’en fallait pas plus pour imaginer une adaptation en bande dessinée qui sera réalisée par Alcante au scénario et Ludo Borecki qui a travaillé sur les Schtroumpfs, Robin Dubois, Johan et Pirlouit, etc. Les premières pages présentent une représentation réaliste de Montréal, avec une grande densité de dialogues et d’incursions de messages informatiques : de quoi donner un bonne idée des romans, tout en jouant sur les physionomies des personnages et leurs sentiments.

Les planches reprennent l’univers des romans, avec les échanges électroniques et la vie à Montréal

"Je ne veux pas m’installer comme une maison « BD », mais comme un éditeur, explique Dimitri Kennes, "Ce sont les projets qui me séduiront qui décideront de l’ampleur d’un genre ou d’un autre. Je crois aussi énormément au mélange et à l’interconnexion des genres : les adaptations de l’un à l’autre, etc."

C’est sur cette même base d’interconnexion que mise la maison d’édition avec L’Incroyable Histoire de Benoit-Olivier, une série de romans du Québec, et équivalent masculin de Léa Olivier. Les quatre premiers romans paraissent en 2014, et une adaptation en bande dessinée est également en cours, toujours avec Alcante au scénario.

"Nous allons prolonger ce lien entre romans jeunesse et bande dessinée, détaille l’éditeur. Ainsi, nous développerons en parallèle l’univers de Ninn, basé sur le métro parisien, mais qui dévoilera une part d’ombre, de secret et de rêve ! Jean-Michel Darlot au scénario avait collaboré avec Mathieu Bonhomme sur Victor et Anaïs, tandis que le dessin de la série à paraître en 2015 sera signé Johan Pilet, à qui on doit Caktus, Barzoon Circus et la suite de Ratafia.

Kennes Editions semble donc décidé à jouer sa carte entre bande dessinée et littérature. L’excellent démarrage de leurs premiers titres promet. Une maison à surveiller de près !

Un avant-goût de Ninn

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo en médaillon : © Edouard Janssens
Illustrations de l’article : © Kennes Editions.

Lire notre précédente interview de Dimitri Kennes : "Mad Fabrik est une entreprise qui gère à 360° toute la production de Midam."

  Un commentaire ?