Newsletter ActuaBD

Disney se paye un catalogue de comics

  • Disney, toujours à la recherche de nouvelles propriétés intellectuelles, vient d'acquérir tout un ensemble de séries de BD fantastiques.

Les lecteurs de comics en VF ont peut-être entendu parler de la défunte maison d’édition américaine CrossGen, chez qui sont parus des titres comme Ruse, la série de Mark Waid et Butch Guice, en cours de parution chez Sémic France.

Il a été révélé voilà quelques jours qu’une filiale de Disney a acquis les droits des titres CrossGen en rachetant les actifs dans la faillite. Si l’on ne sait pas encore ce que deviendront la plupart des séries, il semble déjà évident que Disney, et plus exactement sa maison d’édition de livres pour enfants Hyperion Books, a été très attiré par Abadazad, la série pour jeune public créée par JM DeMatteis et Michael Ploog. Dans un contexte américain où d’autres maisons d’éditions de livres pour enfants lancent des séries de BD (Scholastic va pour commencer republier Bone, la série bien connue de Jeff Smith, mais cette fois-ci en couleurs, pour atteindre de nouveaux lecteurs. Suivront d’autres séries inédites de BD), Hyperion Books paraît donc décidé à peser de tout le poids de Disney sur un marché en pleine expansion.

Des sorcières qui rapportent

Disney se paye un catalogue de comicsUn article du magazine Hollywood Reporter souligne que l’acquisition des actifs de CrossGen (dont Disney maintiendrait les fondateurs comme consultants) intervient au moment où Disney lance aux États-unis sa série de télé basée sur W.I.T.C.H, une BD entièrement créée et produite en Italie dans les studios de Topolino et qui depuis 2001 jouit dans ce pays, et dans plusieurs autres pays européens, d’un succès sans précédent. La direction de la compagnie remarque que cette série est aujourd’hui la quatrième licence la plus rentable du groupe, publiée en journaux dans une vingtaine de pays dans le monde. Il y a là une prise de conscience nouvelle. « L’édition est vraiment un incubateur de nouveaux contenus » confie Deborah Dugan, la présidente de Disney Publishing, à Hollywood Reporter. « À partir du moment où [avec W.I.T.C.H], nous ciblons une population de jeunes filles de 10-12 ans qui sont, on le sait, de grandes lectrices, pourquoi ne tenterions-nous pas les comics ? ». Disney, remarque le magazine californien, contrôle 50% de la BD non-manga dans le monde et fait son chiffre essentiellement en dehors des États-unis.

En perte de vitesse aux USA, Disney espère que les personnages de CrossGen vont permettre la reconquête des secteurs où la compagnie est puissante, notamment dans le domaine éducatif. Mais la directrice éditoriale de Disney prévient : « Nous n’aurons pas honte de développer une nouvelle ligne éditoriale en direction des adultes. » Deborah Duncan ajoute que le groupe pourra opérer de nombreuses synergies dans l’exploitation des univers de CrossGen sur l’Internet - un secteur où, semble-t-il, Disney a acquis un savoir-faire décisif.

Un nouvel Harry Potter ?

Abadazad raconte les aventures d’une jeune fille à la recherche de son petit frère, disparu plusieurs années auparavant sans laisser de trace. La jeune fille se trouvera projetée dans le monde merveilleux éponyme, dont son frère adorait lire les histoires.

Seuls trois numéros du comic étaient parus avant la cessation d’activité de l’éditeur, mais les critiques avaient été extrêmement favorables. DeMatteis, scénariste connu pour son travail sur de multiples séries de super-héros comme le Spider-Man : La Dernière Chasse de Kraven (récemment réédité par Marvel France) ainsi que pour des histoires plus adultes comme l’excellent Blood (Emmanuel Proust Éditions), et Ploog, un grand dessinateur dont le Santa Claus vient de ressortir chez Delcourt, avaient créé un univers merveilleux qui avait toutes les chances de plaire aux lecteurs de tous âges.

Dans l’espoir de publier un nouveau succès mondial, Disney leur donne donc une deuxième chance... mais Abadazad n’appartient pas aux auteurs. S’il semble qu’ils soient tous deux heureux de continuer leur travail sur la série, qui reprendra sous une forme hybride mélangeant prose, bande dessinée et illustrations, DeMatteis et Ploog n’auront pas le contrôle total de leur création. Espérons donc que leur nouvel éditeur ne cherchera pas à aseptiser ce qui promet d’être une belle virée dans un univers imaginaire évocateur et surprenant.

Deux planches du 1er numéro de Abadazad

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Source : The Pulse et Hollywood Reporter.

 
Newsletter ActuaBD