Disparition de Marcel Marlier, l’auteur de Martine

23 janvier 2011 5 commentaires
  • {{Marcel Marlier}}, le dessinateur de la collection de livres illustrés {Martine} est décédé le 18 janvier dernier. Cette série mettant en scène une petite fille dans sa vie quotidienne, confrontée à des aventures d’une certaine bonhommie. Avec plus de 100 millions d'albums vendus, elle constitue le deuxième grand succès éditorial des éditions Casterman, après {Tintin}.

Disparition de Marcel Marlier, l'auteur de <i>Martine</i>L’illustrateur, né en 1930, a commencé sa carrière en illustrant des ouvrages pédagogiques avant d’être repéré par les éditions Casterman qui lui proposent d’illustrer quelques classiques. En 1954, Marlier crée avec Gilbert Delahaye, un ancien ouvrier typographe de l’éditeur de Tintin, la série Martine. Marcel Marlier donne à la jeune enfant un visage qui, dira-t-il plus tard dans plusieurs interviews, est fortement inspirée d’une « jeune fille qu’il regardait quand il était gamin ».

Dans Martine, les auteurs s’adressent aux enfants. Ils mettent en scène un monde idéalisé privilégiant l’insouciance, la candeur, la douceur, la sensibilité. Ces figures narratives ou graphiques sont perçues par certains adultes comme un peu naïves, mais en réalité les auteurs évitaient toute mièvrerie. Illustrateur rigoureux et réaliste, Marcel Marlier apportait fraicheur et sensualité à ses personnages.

Marcel Marlier avait illustré soixante livres de Martine. La dernière aventure de la jeune fille était sortie en 2010, Martine et le prince mystérieux. Suite au décès de son compère Gilbert Delahaye en 1997, Jean-Louis Marlier, son fils, avait repris l’écriture des histoires. Martine est un phénomène éditorial, et l’une des valeurs sûres de Casterman. Les 60 titres de la série se sont vendus à plus de 65 millions d’exemplaires en langue française et 35 millions en langue étrangère, de la Pologne, à l’Indonésie en passant par la Corée. Une adaptation de Martine en dessins animés, produit par les Armateurs [1], est actuellement en cours de réalisation. Marcel Marlier avait décidé que sa série ne se poursuivrait pas après sa disparition.

(c) Marcel Marlier, Casterman.

Marcel Marlier avait également illustré pour les éditions Casterman des auteurs comme Alexandre Dumas (Les Croisières aventureuses du capitaine Pamphile, 1951), la comtesse de Ségur (Le petit de Crac, 1953 ; Un jour de bonheur, 1960) ou Jeanne-Marie Leprince de Beaumont (La belle et la bête, 1973). En 1969, toujours chez Casterman, il créa la série Jean-Lou et Sophie qu’il signa seul.

Avec sa disparition, le livre pour la jeunesse perd l’un de ses plus illustres représentants, certes suranné mais désormais éternel.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Photo en médaillon : Marcel Marlier à la Foire du Livre de Bruxelles, en 2009 (c) Nicolas Anspach

[1On leur doit aussi Kirikou, Les Triplettes de Belleville et l’adaptation de Allez raconte ! de Lewis Trondheim et José Parrondo. Les Armateurs travaillent également sur une adaptation de Pico Bogue.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Notons que Les Armateurs sont justement en train d’adapter Martine en dessin animé.

    Répondre à ce message

    • Répondu par ishimou le 23 janvier 2011 à  12:35 :

      Hier soir, dans l’émission de Laurent Ruquier "on n’est pas couché",(émission en direct) Jonathan Lambert s’est autorisé un sketch parodique tout à fait déplacé et irrespectueux pour le deuil de la famille de Marcel Marlier. Déguisé en Martine il insistait lourdement sur le côté petite culotte et autres allusions scabreuses. Jonathan Lambert n’est pas très original il reprend les ragots et les moqueries et confirme son addiction au mauvais goût.
      Ce qui m’attriste, c’est de voir que les imbéciles ont d’une certaine manière réussi à abîmer quelque chose. Ce personnage qui à le tort de connaître un succès planétaire, n’a jamais eu d’autre but que l’émerveillement un peu naïf, sans grand discours, ni psychologisme pour dépressifs.
      Juste du beau et de la tendresse, concepts éternels.

      Répondre à ce message

  • Amusant de constater que sur la couv de la première édition n’apparait que le nom de l’auteur des textes et pas l’illustrateur, il y a pourtant fort à parier que le succès de la série doit plus aux merveilleux dessins de Marlier qu’au style littéraire de Gilbert Delahaye.

    Répondre à ce message

  • Disparition de Marcel Marlier, l’auteur de Martine
    23 janvier 2011 17:19, par Patrick Gaumer

    En octobre 2004, Laure Garcia (du Nouvel Obs’) et moi-même, avions eu le bonheur de rencontrer ce grand Monsieur, en compagnie de nos filles respectives. Très joli souvenir.

    Vendredi dernier, j’étais interviewé sur la Radio Suisse Romande (lien ci-dessous) et ai dû slalomer autour de quelques questions oiseuses. L’occasion, surtout, de saluer ce grand illustrateur.

    http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/forum/?date=21-01-2011

    Bien amicalement,

    Patrick Gaumer

    Répondre à ce message

  • Un grand illustrateur et un homme charmant, très respectueux de ses lecteurs... Grande tristesse.

    Répondre à ce message