Disparition inopinée de Philippe Delaby

29 janvier 2014 16 commentaires
  • Philippe Delaby est décédé inopinément ce mardi, il venait de fêter ses 53 ans. Unanimement considéré comme l'un des plus grands dessinateurs réalistes de l'époque, il avait trouvé un alter ego en Jean Dufaux avec qui il réalisa "Murena" et "Complainte des Landes Perdues". Retour sur une carrière hélas trop courte.
Disparition inopinée de Philippe Delaby
"L’étoile polaire", une série débutée en
1994, aux Editions du Lombard

Passé par l’Ecole des Beaux-Arts de Tournai, où il apprend le dessin académique et la technique de la peinture à l’huile, Philippe Delaby débute dans le Journal Tintin en 1987. Il réalise de nombreuses illustrations et histoires courtes (scénarisées par Yves Duval puis Jean-Luc Vernal) et déjà son penchant naturel pour la bande dessinée historique s’exprime. Il enchaîne les albums dans cette veine :« Arthur au royaume de l’impossible », « Richard Coeur de Lion », « Bran ». Malheureusement, Tintin est sur le déclin, et les éditions du Lombard sont en plein redéploiement. L’éditeur cherche à dépoussiérer son image et le catalogue n’a pas de visibilité très claire. C’est ainsi que sa première série d’envergure « L’étoile polaire », dont les scénarios sont signés par Luc Dellisse, ne connaît pas un succès foudroyant, malgré d’indéniables qualités graphiques. Pour autant, le trait de plus en plus affirmé de Delaby ne passe pas inaperçu. Une rencontre va infléchir son destin : celle de Jean Dufaux.

"Murena", le renouveau du peplum
dès 1997.

En 1997, Dufaux et Delaby imaginent, sous les auspices d’Yves Schlirf leur éditeur chez Dargaud, de redonner du lustre au péplum en bande dessinée, qui depuis de longues années ne (sur)vit que par « Alix » de Jacques Martin. Ce que les deux auteurs veulent c’est redonner du souffle à ce genre alors en désuétude. L’histoire leur donnera raison puisque quelques années plus tard, « Gladiator » (au cinéma) et « Rome » (à la télévision) suivront le chemin d’un renouveau du peplum.

Le succès de « Murena » est immédiat. Le dessin précis et vigoureux de Philippe Delaby et les tourments scénaristiques de Jean Dufaux installent la série parmi les nouveaux best-sellers. On n’avait jamais traité l’Antiquité romaine et la Rome de Néron de cette manière en bande dessinée. Les lecteurs plébiscitent ce traitement réaliste et âpre de cette période de l’histoire.

Un extrait de Murena T9
© Delaby - Dufaux - Dargaud

Preuve qu’il se sent bien dans la série, Philippe Delaby trouve un rythme de travail serein et dessine un album par an (une cadence inimaginable pour lui quelques années auparavant), sans mettre à mal son soucis du détail.

"Complainte des landes perdues", un nouveau regard
sur la fantaisie médiévale de Dufaux et Rosinski

Le succès grandissant, Philippe Delaby accepte la proposition de dessiner le nouveau cycle de « Complainte des Landes Perdues », à la suite de Gregorz Rosinski, comme une respiration entre deux albums de « Murena ». Delaby travaillait sur un nouvel album de la Complainte quand une crise cardiaque l’a emporté.

Fidèle en amitié, Delaby n’imaginait pas travailler avec quelqu’un d’autre que Jean Dufaux, comme il nous le confiait en 2008 : « Il a été révélateur pour beaucoup de choses ! Rencontrer Jean n’a pas été qu’un tournant dans ma vie professionnelle, mais aussi dans ma vie affective. C’est quelqu’un qui compte beaucoup pour moi. Nous vivons un tel partage, une telle amitié, que je n’ai pas envie de commettre une infidélité avec un autre scénariste... ». Sa disparition prématurée aura scellé cette promesse.

Grand admirateur d’Ingres, Philippe Delaby aura tout au long de sa carrière fait sienne cette pensée du grand peintre : « le dessin est la probité de l’art ».

Philippe Delaby et Jean Dufaux au Comic Con
en 2012

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photos : (c) N. Anspach (médaillon) - D. Pasamonik (portrait)

Tous les dessins sont (c) Dargaud, sauf mention contraire.

A propos de Philippe Delaby, sur ActuaBD :

> « Avec La Complainte des landes perdues, nous explorons les tréfonds de l’âme humaine ! » (Entretien en novembre 2008)

> Complaintes des Landes Perdues T5, T7

> Murena T4,T5,T6, T7, T9

 
Participez à la discussion
16 Messages :
  • Disparition inopinée de Philippe Delaby
    29 janvier 2014 16:02, par vincent

    La claque !!!!!!!!!! Je suis boulversé ! que la vie est parfois terriblement injuste !

    Répondre à ce message

  • Vraiment triste de le voir disparaitre. Avait il fini le dernier tome de la complainte ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par mmarvinbear le 30 janvier 2014 à  03:55 :

      N’est-ce pas un peu indécent que de s’inquiéter de sa série préférée alors que le pauvre gars n’est même pas encore mis en terre ?

      ( Et Murena ? Qui va reprendre Murena alors, vous le savez ? )

      Répondre à ce message

      • Répondu le 30 janvier 2014 à  09:11 :

        je ne pense pas qu’il s’agisse d’indécence. La complainte n’est pas ma série préférée et murena non plus. je les apprécie. Nous savons que philippe delaby avait terminé la couverture du dernier album au mois de décembre (voir son blog) et donc je voulais savoir si tout était terminé pour qu’on puisse profiter une dernière fois du talent de ce grand monsieur. Ce dernier album était attendu courant 2014.

        Pour information tout le monde sait depuis 2 ans que Beatrice tilliez dessine le cycle 3 de la complainte. Donc pas de mystère et encore moins d’indécence de ma part en ce jour triste

        je pense qu’il faut se garder d’extrapoler un texte de 3 lignes. IL peut y avoir une infinité d’extrapolation différente à partir d’une phrase.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 31 janvier 2014 à  12:07 :

          C’est effectivement complètement indécent..et c’est un euphémisme !!.Incroyable d’écrire un tel truc..!!
          Mes pensées vont à sa famille ,ses amis,ses proches,pas à ce qu’il a fini ou non !!
          Je l’avais rencontré quelquefois,c’était un homme de grandes qualités humaines..

          Répondre à ce message

          • Répondu le 1er février 2014 à  13:32 :

            Personnellement,je ne l’ai jamais rencontré. Donc je ne connais pas cet homme bien que j’apprécie énormément son travail. vous voyez ou je veux en venir.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Philippe Sternis le 5 février 2014 à  12:40 :

              Bonjour,
              En tant qu’auteur , je suis continuellement désespéré de lire les commentaires des uns et des autres , suite au décès de l’un ou l’autre de mes confrères, la question réccurente étant de savoir si quelqu’un pourra reprendre voire terminer la série en cours ( que l’auteur a bien sûr lâchement abandonnée en quittant prématurément notre monde avant d’avoir achevé son travail...), ou si tel ou tel album sera réédité, j’en passe et des meilleures...j’en suis toujours incrédule !!
              D’habitude, je laisse faire, mais cette fois, je dis "ASSEZ !!!"
              Je prends la plume, une plume noire, une plume de deuil.
              Philippe Delaby était certes un grand auteur, très talentueux, mais il était avant tout un grand Monsieur, un Humain, avec ses passions , la BD , oui, mais bien d’autres, sa famille etc....
              Nombre d’auteurs, et non des moindres, décident par eux-mêmes de quitter notre monde, usés qu’ils sont par le travail de création, les exigences des uns et des autres, l’indifférence de certains éditeurs...et l’ingratitude et l’égoisme d’une partie du public !
              Continuer de faire de la BD à l’heure actuelle, est un véritable parcours du combattant, pour la majorité des auteurs !
              J’en ai connu pas mal, et certains parmi mes amis....qui ont laissé tomber...qui ont cessé de vivre , tout simplement.
              Philippe était un gars costaud. Il avait encore de beaux jours devant lui...et pas seulement pour l’ogresse Bande dessinée !
              La Faucheuse en a décidé autrement !!!
              Alors , je demande, par respect pour lui, et pour l’ensemble de la profession, de vous abstenir de commentaires déplacés.
              Ca doit être possible. Je l’espère !

              Et surtout : le SILENCE.

              Merci

              Répondre à ce message

            • Répondu par Un auteur effrayé par l’attitude indigne de certains lecteurs (...) le 5 février 2014 à  18:38 :

              Je ne comprends pas. Ou plutôt j’ai peur de comprendre : vous ne connaissiez pas Delaby, donc vous pouvez vous permettre d’être indécent et ne pas respecter une période minimal de deuil en égard à sa famille et ses proches ? Abject !

              Répondre à ce message

            • Répondu par Berthy le 5 février 2014 à  20:32 :

              Non,je ne vois pas où vous voulez en venir et cela m’est complètement égal..!!Arrêtez d’écrire vos inepties et...
              Suivez le conseil de Mr Sternis dont j’apprécie la justesse de son post :
              SILENCE !!

              Répondre à ce message

  • Disparition inopinée de Philippe Delaby
    29 janvier 2014 17:02, par Stéphane Lemaire

    Quelle triste nouvelle ! La gentillesse et le rire tonitruant de Philippe vont terriblement nous manquer.

    Répondre à ce message

  • Disparition inopinée de Philippe Delaby
    29 janvier 2014 17:31, par David Sporcq

    Quelle tristesse ! 53 ans, beaucoup trop tôt pour partir.
    Sa série Murena est vraiment exceptionnelle. Avec Jean Dufaux, il avait renouvelé le genre. Chacune de ses planches est un chef d’oeuvre.
    C’est un drame pour sa famille. Et, la bande dessinée perd un immense talent. Il manquera énormément à ses lecteurs.
    Merci pour ce que vous nous laissez, M. Philippe Delaby. On aurait tant aimé continuer à vous suivre dans cette belle aventure.

    Répondre à ce message

  • Disparition inopinée de Philippe Delaby
    29 janvier 2014 18:13, par Phil. "Icecool" Tomblaine

    L’année, qui débute sous la grisaille et la pluie, pleurera assurément cet immense auteur : tout le Festival d’Angoulême songera aussi et sans doute à l’homme comme à l’artiste.

    Répondre à ce message

  • Disparition inopinée de Philippe Delaby
    29 janvier 2014 18:34, par Serge BUCH

    Philippe Delaby, parmi toutes les "grosses pointures" qui ont travaillé avec Jean Dufaux (Marini, Pellejero, Rosinski et quelques autres encore) a sans doute été son plus brillant partenaire. D’ailleurs Murena est, à mes yeux, la meilleure série de toute sa carrière à ce jour. Sa disparition brutale va laisser un immense vide dans le monde de la bande dessinée alors que le succès de son travail ne faisait que croître à chaque nouvelle parution d’un de ses albums. A sa famille, à tous ses amis et proches,je leur adresse mes condoléances et je partage leur peine inconsolable. Philippe Delaby : un grand artiste qui n’a pas été honoré à l’aune de son magnifique talent.

    Répondre à ce message

  • Disparition inopinée de Philippe Delaby
    3 février 2014 15:18, par Rodolphe d’Udekem

    Effectivement, une véritable claque ! quelle tristesse pour sa famille, ses proches et le 9e art. Je me souviendrai avec plaisir et nostalgie d’une longue soirée de discussion au resto lors de l’ouverture du festival BD de Bruxelles, il y a 3 ans de cela, lorsqu’il avait reçu le Grand Prix Saint-Michel. La vie peut nous réserver des surprises et pas toujours que des bonnes. Bon vent L’artiste.

    Répondre à ce message

  • Disparition inopinée de Philippe Delaby
    4 février 2014 15:45, par Mistral

    D’abord merci pour cet article qui m’apprend cette triste nouvelle... parce qu’ailleurs dans les médias non spécialisés, rien à signaler, en-dessous du radar ! J’espère qu’à Angoulême, ils se seront au moins fendus d’un petit communiqué ? Sur la page actualités du site officiel en tout cas, la dernière disparition signalée remonte à septembre, un certain Gilles Verlant - inconnu à mon bataillon, mais paix à son âme quand même... (rien sur Cavanna non plus, cela dit).

    Trêve d’acrimonie, Philippe Delaby était un très grand artiste de la veine réaliste. Quelle splendeur que ses planches et illustrations de la Rome de Claude et Néron ! J’appréciais tout autant son trait dans la Complainte. Une grande exposition rétrospective s’impose pour faire honneur à son oeuvre comme elle le mérite.

    Je n’ai malheureusement pas eu la chance de rencontrer l’homme lui-même, les files de dédicace s’étant très vite allongées devant sa table, et je le regrette d’autant plus que nombreux sont ceux à témoigner de sa gentillesse et de sa gaieté naturelle. Avec une pensée pour ses proches et amis qui doivent durement ressentir cette perte, je ne puis exprimer que ma tristesse mais aussi ma gratitude.

    Répondre à ce message