Djinn - T5 : Africa - par Dufaux & Mirallès - Dargaud

23 novembre 2005 0 commentaire
  • Début d'un nouveau cycle d'aventures pour Jade. Jean Dufaux et Ana Mirallès entraînent leur héroïne sur les terres africaines. Après l'Orient, la magie du continent africain va-t-elle réveiller en Jade l'esprit du Djinn ?

Sauvagement attaqué par des indigènes, le bateau transportant le couple Nelson et Jade s’échoue sur la rive d’un fleuve africain. Lorsque Charles Augery découvre le carnage, le jeune capitaine ne peut que constater les dégâts : Lady Nelson a été laissée pour morte au milieu des cadavres jonchant le pont du navire ; Jade et Lord Nelson, eux, ont disparus, enlevés par la tribu des Orushi. En effet, la révolte gronde parmi les indigènes qui veulent chasser les blancs de leurs territoires, et la perle noire que porte Jade à l’oreille rappelle Anaktu, la déesse des fièvres, patronne des guerres tribales.

Avec Africa, c’est un nouveau cycle de la sensuelle série de Jean Dufaux et Ana Mirallès qui débute. Au centre de l’intrigue, on retrouve l’envoûtante Jade et le couple Nelson, sur lesquels le scénariste semble vouloir se concentrer. De ce fait, certains personnages des épisodes précédents (Ibram Malik, Kim Nelson, Monsieur Prim) ont été mis (provisoirement ?) de côté. Le monde des harems est délaissé au profit d’une Afrique coloniale où les noirs cherchent à chasser l’envahisseur blanc. L’Afrique, c’est aussi une terre de légendes avec des sorciers tout-puissants dotés de pouvoirs surnaturels. Quoi de plus normal que d’y retrouver Jade ? Dufaux revient à une narration plus classique, abandonnant les allers retours passé-présent des albums précédents. Le pinceau d’Ana Mirralès est décidément très doué pour dessiner les courbes voluptueuses et envoûtantes des corps féminins. Les contrastes, les ombres et les lumières sont magnifiques, grâce au trait et aux couleurs de la dessinatrice espagnole. Toujours aussi à l’aise, Mirralès retrouve les décors africains et donc l’univers de A la recherche de la Licorne.

Avec une intrigue prenante, ce nouveau cycle démarre sous les meilleurs auspices. Vu la qualité des premiers albums, la suite devrait tenir toutes ces promesses. Merci aux auteurs d’avoir décidé de poursuivre leur collaboration !

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?