Don’t Call It Mystery T. 1 - Par Yumi Tamura - Noeve Grafx

25 mai 2021 6 BD d’Asie par Guillaume Boutet
  • Retour inattendu en France de la très brillante Yumi Tamura, auteure de "Basara" et de "7 Seeds", avec sa nouvelle série, à la fibre policière et psychologique. Un premier tome époustouflant, au ton et à la justesse sidérants.

Totonô Kunô, étudiant solitaire, qui aime réfléchir et se préparer de bons petits plats, a le chic pour se retrouver mêlé à des affaires criminelles. Tout commence lorsque la police vient le trouver, le soupçonnant du meurtre d’un de ses camarades. Et ce n’est pas fini : quelque temps plus tard, en prenant le bus, il se retrouve entraîné dans une autre affaire...

Le principe du manga peut se résumer à "Totonô qui parle", ce qui constitue un changement radical pour Yumi Tamura qui nous a habitués à des aventures fleuves aux très nombreux personnages. Cette fois-ci il s’agit donc d’un récit de mystères, basé sur de longues discussions où Totonô expose ses points de vue sur la société, les relations humaines, le travail, la famille, l’amour, etc.

Un principe simple, mais qui permet à la mangaka de travailler l’un de ses points forts : les portraits de personnages. En effet, ses séries d’aventures étaient aussi, et sans doute en premier lieu, de vastes études de caractères, mélangées au travers de rencontres, de conflits, d’histoires d’amour ou de haine.

Don't Call It Mystery T. 1 - Par Yumi Tamura - Noeve Grafx
© by TAMURA Yumi / Shôgakukan

Dernier manga, débuté en 2017, de la célèbre auteure de Basara (1990-1998, chez Kana) et de 7 Seeds (2001-2017, chez Pika) spécialiste en josei manga d’aventure, tendance post-apocalypse, il s’agit donc d’une surprise. Moins pour son sujet que pour le fait de la revoir en France.

En effet, bien que ses œuvres soient bardées de prix au Japon [1], celles-ci n’ont pas connu en France un grand succès. Ainsi, en 2012, les éditions Pika ont arrêté 7 Seeds au bout du dixième tome (sur 35 volumes). Presque dix ans après, Noeve Grafx, nouveau label manga, retente l’aventure, avec certaines autres œuvres considérées comme difficiles en France.

C’est donc l’occasion, et une recommandation appuyée de notre part, de découvrir ce nouveau titre : un joli exercice de style, passionnant à lire grâce à l’humour et à l’humanisme de la mangaka, et à un anti-héros qui porte sur ses prochains un regard aussi perçant que lucide, sans haine ni jugement.

© by TAMURA Yumi / Shôgakukan

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

Cultura BDFugue FNAC Amazon

Don’t Call It Mystery T. 1. Par Yumi Tamura. Traduction Yukari Maeda & Patrick Honnoré. Noeve Grafx. Sortie le 13 mai 2021. 192 pages. 7,95 euros.

Acheter ce livre sur BD Fugue, FNAC, Amazon

Sur ActuaBD :
- "7 Seeds" de Yumi Tamura adapté... sur Netflix !

[1Et comme ses précédentes séries, Don’t Call It Mystery a été nominée pour plusieurs prix manga : aux 12e et 13e Prix Manga Taisho (2019-20), au 65e Shogakukan Manga Award (2019), et au 44e Kodansha Manga Award (2020).

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Franchement, c’est graphiquement d’une pauvreté affligeante, avec une multitudes de bulles qui remplissent le vide des cases. Et la couverture ressemble à une mauvaise colorisation aéro des années 80. Tout ça ne donne même pas envie de le lire, tant il y a des mangas de meilleur niveau.

    Répondre à ce message

    • Répondu par kyle william le 25 mai à  22:41 :

      La mise en couleur de la couverture ne rend pas justice aux pages intérieures qui sont élégantes et très bien composées, un peu dans l’esprit de la géniale et trop rare Kiriko Nananan.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Milles Sabords le 26 mai à  09:11 :

        Ce genre de Manga éthéré, ou l’on reproduit cinq fois la même attitude de personnage pour ne dire qu’une chose, n’est vraiment pas ma tasse de thé. Je sais que le vide des cases est parfois une forme de langage qui marque un temps, une pause, une émotion, mais le répétitif du procédé finit par lasser.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 26 mai à  12:49 :

          Il faudrait peut-être voir plus que deux pages pour juger.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 26 mai à  16:34 :

            Il faut surtout lire pour juger une bd, pas seulement jeter un coup d’œil à deux pages et en tirer des généralités.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 27 mai à  05:03 :

              Il y a tellement de mangas qui sortent chaque mois qu’on ne peut pas tous lire. Le dessin permet de sélectionner.

              Répondre à ce message